Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8288

de Nele Lijnen (Open Vld) du 25 février 2013

au vice-premier ministre et ministre des Finances et du Développement durable, chargé de la Fonction publique

Manifestation du jeudi 11 février 2013 - Participation - Grève - Travail à domicile - Conséquences

statistique officielle
grève
droit de manifester
ministère
syndicat de fonctionnaires
travail à distance
travail à domicile

Chronologie

25/2/2013 Envoi question
2/4/2013 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-8287
Aussi posée à : question écrite 5-8289
Aussi posée à : question écrite 5-8290
Aussi posée à : question écrite 5-8291
Aussi posée à : question écrite 5-8292
Aussi posée à : question écrite 5-8293
Aussi posée à : question écrite 5-8294
Aussi posée à : question écrite 5-8295
Aussi posée à : question écrite 5-8296
Aussi posée à : question écrite 5-8297
Aussi posée à : question écrite 5-8298
Aussi posée à : question écrite 5-8299

Question n° 5-8288 du 25 février 2013 : (Question posée en néerlandais)

Le jeudi 11 février 2013, les organisations syndicales ont voulu lancer un signal fort au gouvernement en faveur du maintien de l'index et contre le blocage salarial en organisant une manifestation à Bruxelles. De très nombreuses personnes ont arrêté le travail au moins pendant quelques heures pour participer à la manifestation à Bruxelles. Bien qu'il s'agisse d'une manifestation, la SNCB a quand même communiqué que des actions de grève étaient possibles.

J'aimerais que les ministres répondent aux questions suivantes pour les services administratifs et entreprises publiques qui relèvent de leurs compétences :

1)

(a) Combien de personnes ont-elles participé à la manifestation ?

(b) Combien de ces personnes étaient-elles affiliées à un syndicat ?

(c) Ont-elles dû prendre congé pour participer à la manifestation ou bien leur salaire a-t-il été payé normalement ?

(d) Si elles ont été payées normalement doivent-elles rattraper le temps de travail perdu ?

2)

(a) Combien de personnes ont-elles travaillé à domicile pour échapper aux embouteillages que la manifestation a provoqués.

(b) Combien de ces personnes travaillent-elles de toute façon toujours à domicile le jeudi ?

3) Quelle perte de productivité la manifestation a-t-elle engendrée pour les services ?

4) Des collaborateurs des cabinets ont-ils aussi participé à la manifestation ?

5)

(a) Des personnes ont-elles aussi invoqué la manifestation pour faire grève ?

(b) Dans l'affirmative, de combien de personnes s'agit-il ?

(c) Cette grève a-t-elle alors été reconnue officiellement par les syndicats ?

(d) Quelles conséquences cette manifestation a-t-elle eues sur le salaire des grévistes ?

Réponse reçue le 2 avril 2013 :

1.a), 1.b) et 4) Le nombre de participants à la manifestation n’est pas connu, et dès lors, le nombre de ces participants qui sont membres d’un syndicat ne l’est pas non plus. Aucun collaborateur du cabinet n’a participé à la manifestation.

1.c) Les membres du personnel participants ont dû, à cet effet, prendre un congé de vacances ou de récupération le 21 février 2013. Ce jour-là, 833 membres du personnel ont pris un congé de récupération et 904 un congé de vacances, mais il va de soi que ceci ne veut pas dire que tous ont participé à la manifestation.

1. d) Oui.

2.a) et 2. b) 165 membres du personnel ont travaillé à la maison ce jour-là, parmi lesquels 67 l’auraient fait de toute façon. Les autres ont effectivement travaillé à la maison pour éviter les difficultés de circulation découlant de la manifestation.

3) et 5) Outre leur participation à la manifestation, 55 membres du personnel ont également participé ce jour-là à une grève organisée par les organisations syndicales reconnues. Ils perdent de ce fait un jour de traitement. Étant donné le nombre relativement limité d'employés qui ont participé à cette grève, la perte de productivité peut être considérée comme assez négligeable.