Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8144

de Nele Lijnen (Open Vld) du 14 février 2013

au vice-premier ministre et ministre des Pensions

Travail à domicile - Services du ministre ou du secrétaire d'État - Chiffres - Mesures

travail à domicile
travail à distance
ministère
statistique officielle

Chronologie

14/2/2013 Envoi question
28/3/2013 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-8140
Aussi posée à : question écrite 5-8141
Aussi posée à : question écrite 5-8142
Aussi posée à : question écrite 5-8143
Aussi posée à : question écrite 5-8145
Aussi posée à : question écrite 5-8146
Aussi posée à : question écrite 5-8147
Aussi posée à : question écrite 5-8148
Aussi posée à : question écrite 5-8149
Aussi posée à : question écrite 5-8150
Aussi posée à : question écrite 5-8151
Aussi posée à : question écrite 5-8152
Aussi posée à : question écrite 5-8153
Aussi posée à : question écrite 5-8154
Aussi posée à : question écrite 5-8155
Aussi posée à : question écrite 5-8156
Aussi posée à : question écrite 5-8157
Aussi posée à : question écrite 5-8158

Question n° 5-8144 du 14 février 2013 : (Question posée en néerlandais)

Ces dernières années, les entreprises s'intéressent de plus en plus au travail à domicile (ou télétravail). Le nom le dit lui-même : le travailleur effectue son travail à son domicile et non sur le lieu de travail, ce qui offre des avantages au travailleur et à l'employeur. Le travailleur ne perd pas de temps à se déplacer et ce temps peut être mis à profit pour travailler. Le travailleur peut mieux planifier sa journée : il ou elle peut, par exemple, consacrer une heure de la journée à ses enfants et travailler une heure de plus en soirée. Cette liberté peut engendrer une plus grande motivation et moins de stress chez le travailleur, ce qui peut aboutir à de meilleurs résultats et davantage de créativité. Moins de déplacements et de consommation (par exemple d'électricité) au travail est positif pour l'environnement et signifie moins de frais pour l'employeur. Selon le site web, 2 506 personnes ont participé à la Journée nationale du télétravail de 2012. Le SPF Sécurité sociale et le SPF Chancellerie du premier ministre figurent dans la liste des participants.

Un argument que l'on peut opposer au télétravail est la non-présence physique de la personne sur le lieu de travail. Les techniques modernes permettent cependant de résoudre ce problème. Des vidéoconférences avec différents partenaires peuvent être organisées par le biais de programmes de chat et de videochat ( Skype par exemple). Les services de Cloud computing (par exemple Dropbox) permettent de stocker des fichiers via internet de sorte qu'ils sont partout disponibles online en toute sécurité.

Je souhaite poser les questions suivantes sur ce sujet :

1. Le télétravail prend-il de l'ampleur dans vos services ? Disposez-vous de chiffres à ce sujet et, dans l'affirmative, pouvez-vous les communiquer ? Pouvez-vous dresser un état des lieux du télétravail pour les cinq dernières années ? Dans la négative, estimez-vous utile de rassembler à l'avenir des chiffres à ce sujet ?

2. Le télétravail est-il encouragé auprès de vos collaborateurs ? Pourquoi oui/non ?

3. Le télétravail représente-t-il une économie pour vos services ? Disposez-vous de chiffres à ce sujet ?

4. Des initiatives ont-elles déjà été prises dans vos services pour promouvoir le télétravail ? Dans l'affirmative, pouvez-vous expliquer cela ? Dans la négative, pourquoi pas ?

5. Comptez-vous prendre à l'avenir des initiatives à ce sujet ? Pourquoi oui/non ?

6. Si la personne travaille à domicile, utilise-t-on des programmes, par exemple, de vidéo-chat ou de cloud computing ? Les travailleurs reçoivent-ils une formation pour utiliser ces programmes correctement et en toute sécurité, ou compte-t-on sur l'auto-formation ?

7. À votre avis, outre ceux qui sont cités dans l'exposé, quels autres avantages le télétravail procure-t-il à vos collaborateurs ?

Réponse reçue le 28 mars 2013 :

En réponse à ses questions, j’ai l’honneur de faire savoir à l’honorable membre ce qui suit.

Pour le Office national des pensions (ONP) :

1. L’office national des pensions a décidé d’ouvrir le télétravail à ses collaborateurs, le plus largement possible.

L’évolution du nombre de télétravailleurs à l’ONP au cours des cinq dernières années donne les chiffres suivant :

En 2008 10 agents

En 2009 23 agents

En 2010 23 agents

En 2011 75 agents

En 2012 181 agents

2. Le télétravail est encouragé. A l’ONP, il s’agit d’une nouvelle manière d’envisager le travail, basée sur la réalisation d’objectifs clairement définis. Cette organisation du travail répond aussi bien aux attentes du management qu’aux souhaits des collaborateurs.

3. Au stade actuel, l’ONP ne constate aucune diminution de ses coûts, ni en ce qui concerne l’utilisation des bureaux (l’ONP ne travaille pas en dynamic office c’est-à-dire que les bureaux des télétravailleurs restent inoccupés lorsqu’ils travaillent à domicile),ni en ce qui concerne la consommation d’énergie (les plateaux sont chauffés et éclairés de la même manière). A terme, l’ONP envisage toutefois de libérer six étages de la Tour du Midi.

4. L’ONP a mis sur pied un vaste projet visant à promouvoir une nouvelle culture d’entreprise. Ce projet, baptisé Dynamo, concerne la manière d’établir les objectifs, de mesurer les résultats obtenus, mais aussi de s’ouvrir à une nouvelle manière de travailler en ce qui concerne le lieu et le moment de l’exécution du travail. Vu l’ampleur du programme et la nécessité de rencontrer préalablement certaines conditions (matériel adéquat, déterminations des objectifs, formation et contrainte technique), la mise en œuvre se fait progressivement, service par service, selon en planning concerté.

5. Voir point 4.

6. Outre les communications habituelles (téléphone et mail), un programme de ‘chat’ est utilisé mais aucun système vidéo. Les agents reçoivent en interne les formations et le soutien nécessaires.

7. Une enquête faite en interne par l’ONP auprès des télétravailleurs montre 86,96 % d’agents « très satisfaits » de la possibilité de faire du télétravail. Outre les avantages concernant le temps de trajet, le personnel peut organiser de manière autonome son travail (auto-discipline, horaires et pauses)

Pour le Service des Pensions du Secteur public (SdPSP :

1. Au SdPSP, le télétravail n’a pas encore été formellement introduit bien qu’il soit sporadiquement autorisé. Je ne peux par conséquent pas vous fournir de chiffres. Bien entendu, des chiffres en matière de télétravail seront tenus à jour dès que celui-ci aura été introduit formellement.

2. Le télétravail était l’une des priorités absolues lors de l’enquête de satisfaction du personnel. Le SdPSP est absolument partisan du télétravail et du travail satellite mais les conditions de travail et les processus de travail doivent pour cela être aménagés et le règlement de travail doit être adapté.

3. Étant donné que le télétravail n’existe pas encore formellement au SdPSP, il n’est pas encore question d’économie.

4. En ce qui concerne les conditions de travail et les processus de travail, le SdPSP se situe pour l’instant en pleine transition du dossier de pension papier au dossier de pension électronique. Cette transition va de pair avec l’introduction de la gestion électronique des documents et de la gestion des relations clients. Cette transition n’est pas complètement terminée techniquement. Le changement de culture nécessaire en matière de travail avec exclusivement des données électroniques n’est pas achevé. En somme, le SdPSP devrait aussi pouvoir acquérir le Voice over IP. Le contexte budgétaire n’y est pas favorable.

5. Jusque 7 : voir ci-dessus.