SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2011-2012 Zitting 2011-2012
________________
28 décembre 2011 28 december 2011
________________
Question écrite n° 5-4376 Schriftelijke vraag nr. 5-4376

de Yves Buysse (Vlaams Belang)

van Yves Buysse (Vlaams Belang)

à la ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Ressortissants marocains en Belgique - Instances marocaines - Activités - Sûreté de l'État - Possibilités de contrôle Marokkaanse onderdanen in België - Marokkaanse instanties - Activiteiten - Veiligheid van de Staat - Mogelijk toezicht 
________________
Maroc
service secret
sûreté de l'Etat
naturalisation
Marokko
geheime dienst
staatsveiligheid
naturalisatie
________ ________
28/12/2011 Verzending vraag
26/3/2012 Antwoord
28/12/2011 Verzending vraag
26/3/2012 Antwoord
________ ________
Herindiening van : schriftelijke vraag 5-98 Herindiening van : schriftelijke vraag 5-98
________ ________
Question n° 5-4376 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-4376 d.d. 28 december 2011 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Depuis de nombreuses années, les instances marocaines se préoccupent des Marocains se trouvant dans notre pays. Cela concerne tant les Marocains qui n'ont pas (encore) la nationalité belge que ceux qui l'ont déjà acquise et s'effectue dans le cadre du Makhzen, une structure d'autorité marocaine pyramidale. Son objectif est essentiellement de contrôler le comportement des Marocains se trouvant à l'étranger et de maintenir et renforcer leurs liens avec la patrie marocaine.

À l'origine, ce contrôle était exercé par le biais de clubs de rencontre de la communauté marocaine dans notre pays. Actuellement, il est surtout exercé par la Fondation Hassan II, les services de renseignements et de sécurité marocains et d'autres organismes comme le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger. Mais on dit qu'il se fait aussi dans une large mesure par le biais de Marocains élus dans des institutions belges (conseillers communaux, parlementaires, ...), que recrutent les services marocains pour conserver une emprise sur la communauté marocaine dans notre pays.

Je souhaiterais recevoir une réponse aux questions suivantes :

1. Les actions d'instances marocaines dans notre pays, en particulier auprès des Marocains qui y vivent, sont-elles suivies par la Sûreté de l'État ? Dans l'affirmative, quelles constatations la Sûreté de l'État a-t-elle déjà faites à ce propos ?

2. Des mandataires (conseillers communaux, parlementaires et autres conseillers) d'origine marocaine sont-ils surveillés par la Sûreté de l'État quant à leurs liens éventuels avec les autorités publiques et les services secrets marocains ? Dans l'affirmative, quelles sont les constatations faites à ce propos ?

3. Le ministre estime-t-il que les actions de ces instances sont compatibles avec la politique d'intégration prônée par les différents gouvernements de ce pays à l'égard des migrants et avec la loyauté envers leur nouveau pays d'accueil exigée de ceux qui ont acquis la nationalité belge ?

4. Les autorités marocaines ont-elles déjà été interpellées à ce sujet par les instances belges et le cas échéant rappelées à l'ordre par le gouvernement belge ? Je souhaiterais recevoir les précisions nécessaires.

 

Al vele jaren bemoeien Marokkaanse instanties zich met de Marokkanen die zich in dit land bevinden. Het betreft dan zowel Marokkanen die (nog) niet de Belgische nationaliteit hebben als Marokkanen die intussen al wel de Belgische nationaliteit hebben verworven. Dat gebeurt dan in het kader van de zogenaamde Makhzen, een piramidale Marokkaanse gezagsstructuur. De bedoeling ervan is in essentie de Marokkanen in het buitenland te controleren op hun gedrag en hun banden met het Marokkaanse moederland te handhaven en te versterken.

Aanvankelijk gebeurde dit via zogenaamde ontmoetingsclubs van de Marokkaanse gemeenschap in dit land. Momenteel gebeurt het vooral via de Stichting Hassan II, de Marokkaanse inlichtingen- en veiligheidsdiensten, en andere instellingen zoals de Conseil de la Communauté marocaine à l'étranger. Maar het gebeurt naar verluidt ook in belangrijke mate via Marokkanen die verkozen zijn in Belgische instellingen (gemeenteraadsleden, parlementsleden, …) die door de Marokkaanse diensten worden geronseld om greep te houden op de Marokkaanse gemeenschap in dit land.

Graag kreeg ik een antwoord op de volgende vragen:

1. Worden de activiteiten van Marokkaanse instanties in ons land, meer in het bijzonder bij de Marokkanen die in dit land wonen, door de Veiligheid van de Staat gevolgd? Zo ja, welke vaststellingen heeft de Veiligheid van de Staat dienaangaande gedaan?

2. Worden mandatarissen (gemeenteraadsleden, parlementsleden en andere raadsleden) van Marokkaanse origine in het oog gehouden door de Veiligheid van de Staat voor wat betreft hun eventuele banden met Marokkaanse overheidsinstanties en geheime diensten? Zo ja, wat zijn de vaststellingen die dienaangaande werden gedaan?

3. Acht de minister de activiteiten van deze instanties verenigbaar met het inburgeringsbeleid ten aanzien van de migranten dat door de verschillende regeringen van dit land wordt gehuldigd en met de vereiste tot loyaliteit ten aanzien van hun nieuwe gastland voor degenen die de Belgische nationaliteit hebben verworven?

4. Werden de Marokkaanse autoriteiten hierop reeds aangesproken door de Belgische instanties en desgevallend reeds op de vingers getikt door de Belgische regering? Graag kreeg ik de nodige precisering.

 
Réponse reçue le 26 mars 2012 : Antwoord ontvangen op 26 maart 2012 :

La Sûreté de l'État suit les activités des instances et organisations marocaines dans notre pays lorsqu’elles ont un rapport avec l’espionnage, le terrorisme, l’extrémisme, la prolifération, les organisations sectaires nuisibles, les organisations criminelles ou l’ingérence et lorsqu’elles menacent ou pourraient menacer la sûreté intérieure de l’État, la sûreté extérieure de l’État ou le potentiel scientifique ou économique, visés dans les articles 7 et 8 de la loi du 30 novembre 1998 organique des services de renseignement et de sécurité.

La Sûreté de l’État constate que les instances et organisations marocaines établies en Belgique s'intéressent surtout à l'islam en Belgique (courants radicaux et islam institutionnel, l’Exécutif des Musulmans en Belgique) ainsi qu'à la défense des intérêts marocains concernant le Sahara occidental.

La Sûreté de l'État ne s'intéresse pas aux mandataires politiques d'origine marocaine en raison de leur origine uniquement car elle ne suit jamais les activités liées aux mandats parlementaires. Lorsque des activités relevant des compétences légales mentionnées dans 1) sont constatées, la Sûreté de l'État y accorde une attention toute particulière. Les infractions sont portées à la connaissance des autorités judiciaires. En cas d'urgence, je suis également averti en tant que ministre de tutelle.

De Veiligheid van de Staat volgt de activiteiten van Marokkaanse instanties en organisaties in ons land op indien deze verband houden met spionage, terrorisme, extremisme, proliferatie, schadelijke sektarische organisaties, criminele organisaties of inmenging en indien deze activiteiten een bedreiging (zouden kunnen) vormen voor de inwendige veiligheid van de Staat, de uitwendige veiligheid van de Staat of het wetenschappelijk en economisch potentieel, zoals bedoeld in artikelen 7 en 8 van de wet van 30 november 1998 houdende regeling van de inlichtingen- en veiligheidsdiensten.

De Veiligheid van de Staat stelt vast dat de Marokkaanse instanties en organisaties in België vooral geïnteresseerd zijn in de islam in België (radicale stromingen en institutionele islam, het Executief van de Moslims van België), en het verdedigen van de Marokkaanse belangen in verband met de Westelijke Sahara.

De Veiligheid van de Staat interesseert zich niet voor politieke mandatarissen van Marokkaanse afkomst louter omwille van hun origine. Activiteiten ontwikkeld binnen de parlementaire mandaten worden immers nooit opgevolgd door de Veiligheid van de Staat. Wanneer er echter activiteiten worden vastgesteld die vallen onder in 1) omschreven wettelijke bevoegdheden van de Veiligheid van de Staat, vormen zij voorwerp van aandacht van de Veiligheid van de Staat. Indien het om strafrechtelijke feiten gaat worden deze gemeld aan de gerechtelijke autoriteiten. In nodige gevallen informeert de Veiligheid van de Staat mij ook als voogdijminister.