Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-631

de Latifa Gahouchi (PS) du 15 juillet 2020

au ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges

Lutte contre le racisme - Campagne de sensibilisation - Support - Voitures des trains - Accord éventuel de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB)

racisme
lutte contre la discrimination
Société nationale des chemins de fer belges
sensibilisation du public

Chronologie

15/7/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 13/8/2020 )
29/8/2020 Réponse

Question n° 7-631 du 15 juillet 2020 : (Question posée en français)

D'abord, je tiens à vous remercier pour votre réponse à la question que je vous ai adressée, relative aux graffitis sur le train sensibilisant la population aux actes racistes (question écrite n° 7-584).

Le train devait être nettoyé et les graffitis enlevés pour préserver le confort et la sécurité des voyageurs – c'est un élément de votre réponse – et je suis bien évidemment également sensible à ces aspects.

Vous étiez également interpellé par la portée et les motivations du message en question, c'est la raison pour laquelle je me permets de revenir sur ce dossier.

On sait que lors d'événements tragiques par le passé, les bus des TEC notamment véhiculaient des messages de sensibilisation, créés au moyen de techniques qui répondaient à votre souci de sécurité.

Je pense notamment aux enlèvements d'enfants qui ont ému tous nos concitoyens à la fin des années 1990.

À l'heure où le Sénat vient d'entamer l'examen d'un rapport d'information concernant le plan d'action interfédéral contre le racisme et la discrimination (doc. Sénat n° 7-139/1), je pense que les voitures de trains pourraient constituer un support efficace en termes de lutte contre ces actes racistes.

Cette question relève de la compétence du Sénat de par sa transversalité en termes de mobilité mais aussi en référence au plan interfédéral précité.

Si les éléments de sécurité et de confort pour le personnel et les voyageurs étaient ainsi totalement respectés, ne pourrions-nous envisager une campagne de sensibilisation avec l'accord de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB)?

Quelles mesures pensez-vous pouvoir appliquer concernant cette problématique?

Réponse reçue le 29 aôut 2020 :

Lorsque la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) est sollicitée, elle analyse les demandes qui lui sont faites en tenant compte de plusieurs paramètres, comme la faisabilité, la sécurité et les contraintes budgétaires.

Les trains sur lesquels nous avons apposés des stickers font l’objet de partenariats avec des évènements pour lesquels nous mettons en place une offre spéciale de trains ou des pass B Excursions (nouveau nom: Discovery Combi), par exemple des festivals, expo peintre Delvaux à Train World, etc.

Le train doit rester avant tout un vecteur de déplacement et non de communication, sauf exceptions 100 % liées aux activités de la SNCB (partenariats tourisme, etc.).

La SNCB dispose d’autres canaux de communication beaucoup mieux adaptés à la diffusion de ce type de messages (écrans en gares et dans les trains, site web, etc.).

À la SNCB, nous sommes particulièrement sensibles à tous ces messages et les mettons en avant au travers de divers actions: parmi de nombreux exemples, l’illumination de la gare centrale en orange à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, aux couleurs de l’arc en ciel / drapeaux sur certaines gares pour la Belgian Pride, nous collaborons avec Child Focus pour afficher les annonces de disparition d’enfants dans nos trains, nous collaborons également avec Think Pink, avec Médecins sans frontières, etc.