Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-658

de Annick Lambrecht (sp.a) du 22 septembre 2020

au ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges

Crise du coronavirus - Système de vélos partagés «Blue-bike» - Utilisation - Diminution - Relance - Intégration gratuite dans l'abonnement SNCB (Covid-19)

épidémie
mobilité durable
migration alternante
véhicule à deux roues
transport public
Société nationale des chemins de fer belges

Chronologie

22/9/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 22/10/2020 )
1/10/2020 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 7-709

Question n° 7-658 du 22 septembre 2020 : (Question posée en néerlandais)

La mobilité est évidemment une compétence transversale. Les règles qui l'encadrent émanent à la fois du niveau fédéral et du niveau régional.

L'épidémie de coronavirus a entraîné, cette année, une baisse sensible de l'utilisation du système de vélos partagés «Blue-bike».

L'utilisation des Blue-bikes, le système de vélos partagés mis en place par De Lijn, avait pourtant le vent en poupe depuis quelques années. C'est ce qu'indiquent les statistiques que j'ai obtenues auprès de la ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters.

Ces trois dernières années, le nombre de trajets n'a fait que croître. L'année dernière, le nombre de vélos empruntés a ainsi augmenté de 23 % par rapport à 2018, avec des pics jusqu'à 75 % à Anvers. La propagation du coronavirus et le confinement ont toutefois entraîné une nette baisse de l'utilisation en 2020.

Il est donc temps de relancer l'emploi de ces vélos partagés.

La mobilité partagée occupe une place importante dans la lutte que nous menons contre les embouteillages et le réchauffement climatique. Il s'agit de la solution d'avenir pour la mobilité.

Nous pourrions stimuler à nouveau l'utilisation du Blue-bike en l'intégrant gratuitement dans un abonnement de transports en commun durant un an. Cela permettrait à de nombreux usagers de profiter à nouveau de la commodité du Blue-bike. Ce serait en outre une forme de compensation du confinement. Durant la crise, de nombreuses personnes n'ont en effet pas pu faire usage de leur abonnement SNCB.

Avec cette mesure, nous ne ferions pas que stimuler l'utilisation des transports en commun combinés au vélo, nous offririons aussi une compensation aux abonnés pour la période durant laquelle ils n'ont pu emprunter les transports en commun.

Êtes-vous disposé à intégrer gratuitement, durant un an, l'abonnement Blue-bike dans l'abonnement SNCB ?