Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-7135

de Willy Demeyer (PS) du 5 octobre 2012

au secrétaire d'État aux Réformes institutionnelles, adjoint au premier ministre, et secrétaire d'État à la Régie des bâtiments, adjoint au ministre des Finances et du Développement durable, chargé de la Fonction publique

Fléron - Justice de paix - Bâtiment - Dégradation - Réfection

juridiction civile
bâtiment public
sécurité des bâtiments

Chronologie

5/10/2012 Envoi question
18/6/2013 Rappel
10/10/2013 Réponse

Question n° 5-7135 du 5 octobre 2012 : (Question posée en français)

Le bâtiment de la justice de paix du canton de Fléron, construit il y a moins de 20 ans, connaît des problèmes d'humidité importants :

- humidité ascensionnelle en raison de l'absence d'une membrane d'étanchéité au niveau des fondations du bâtiment. L'humidité rend problématique le stockage des archives papiers, alors qu'il s'agit là de l'objet premier de cette cave.

- infiltrations diverses par les plafonds et les murs, le toit devant faire l'objet d'une réfection.

Récemment, une partie du plafonnage d'un plafond se serait écroulée, suite à une demande d'utilisation des toilettes publiques hommes. Celles-ci ont dû être fermées par mesure de sécurité.

D'après mes informations, le bâtiment se dégraderait lentement mais sûrement.

La juge de paix considère désormais que le bâtiment devient réellement dangereux.

Monsieur le Secrétaire d'Etat,

1) Êtes-vous au courant des problèmes rencontrés dans ce bâtiments ?

2) Quelles solutions envisagez-vous pour y remédier dans les meilleurs délais ?

Réponse reçue le 10 octobre 2013 :

1 – 2.

Réponse à une question identique, posée par monsieur Daniel Bacquelaine, numéro 13301 du 12 septembre 2012, a déjà été donnée

La Direction de la Régie des Bâtiments à Liège est parfaitement au courant de l’état de ce bâtiment comme de tous les autres complexes immobiliers dont elle a la gestion.  

La membrane d’étanchéité sous le premier lit de blocs d’élévation des maçonneries de caves, à laquelle vous faites allusion, est bien présente. 

Pour répondre au souhait de l’occupant qui demandait de pouvoir utiliser ces caves à l’usage de dépôt d’archives, la Régie des Bâtiments a particulièrement soigné l’étanchéité des maçonneries en contact avec les terres. Cette réalisation donne d’ailleurs parfaite satisfaction. 

Le problème d’humidité constaté provenait non de remontées d’eau ascensionnelle mais d’un défaut d’étanchéité de la toiture. Les eaux de précipitations trouvant un chemin via la coulisse du mur jusqu’au sommet du mur de fondation où elle s’écoulait le long de celui-ci côté cave. 

La Régie des Bâtiments a donc procédé le 7 août 2012 à la réparation nécessaire pour résoudre ce problème.  

Concernant les infiltrations dans les plafonds, l’origine est double et la responsabilité partagée. 

D’une part, les joints des coupoles d’éclairage soumis aux UV ont trop vite et trop mal vieillis, laissant par fortes pluies et grands vents, l’eau s’infiltrer le long des jouées de celles-ci. 

Le nécessaire a été fait par la Régie des Bâtiments le 23 janvier 2008. 

D’autre part, un entretien insuffisant des corniches a obstrué progressivement les évacuations. 

Lors de pluies très abondantes, celles-ci ne peuvent évacuer l’excédent d’eau qui ne peut s’écouler normalement par les tuyaux de descente encombrés notamment par les feuilles mortes. 

Dans ce cas, cet excédent d’eau se répand dans la sous toiture et s’écoule par les multiples percements des plafonds sous-jacents. 

Un entretien régulier du bâtiment par l’occupant devrait compléter la solution à apporter au problème.  

En plus des réparations nécessaires, la Régie des Bâtiments a également réalisé une révision complète de l’étanchéité de la toiture et de ses accessoires.