Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-6592

de Ann Somers (Open Vld) du 27 janvier 2010

au ministre de la Défense

Réforme de l'armée - Fermeture de la citadelle de Diest - Dissolution du premier bataillon de Parachutistes - Adaptations

armée
personnel militaire
base militaire
pétition

Chronologie

27/1/2010 Envoi question (Fin du délai de réponse: 25/2/2010 )
26/2/2010 Réponse

Question n° 4-6592 du 27 janvier 2010 : (Question posée en néerlandais)

En réaction à l'annonce de la fermeture de la citadelle de Diest et de la dissolution du premier bataillon de Parachutistes, une pétition a été lancée pour le maintien de ce bataillon dans la « ville d'Orange ». Plus de 9 000 personnes ont signé cette pétition, qui sera bientôt transmise au ministre.

Puisqu'il a été sensible aux plaintes en provenance des casernes wallonnes de Bastogne et d'Arlon, il évaluera certainement la situation de la Flandre dans le même sens. Diest est, à cet égard, un élément important, étant donné l'importance historique de la citadelle et du premier bataillon de Parachutistes. En effet, la caserne de Bastogne reste ouverte en tant que musée d'histoire et gardera un effectif d'une centaine d'hommes. Outre le facteur historique, Diest présente aussi l'avantage d'offrir une combinaison idéale avec le centre de formation pour parachutistes de Schaffen.

1. Comment le ministre réagit-il à la pétition signée par plus de 9 000 personnes ?

2. Tiendra-t-il compte de la pétition, comme il l'a fait en faveur de quelques casernes wallonnes, et compte-t-il revoir et corriger le dossier de la fermeture de la citadelle de Diest ?

3. Reverra-t-il sa décision de dissoudre le premier bataillon de Parachutistes ?

4. Quelles corrections envisage-t-il concernant la fermeture de la citadelle, d'une part, et la dissolution du premier bataillon de Parachutistes, d'autre part ?

5. Le maintien de la citadelle de Diest reste-t-il une option et, dans l'affirmative, à quelles conditions, ou a-t-il toujours l'intention de fermer la citadelle ?

Réponse reçue le 26 février 2010 :

L'honorable membre est priée de trouver ci-après la réponse à ses questions.

  1. La pétition m’a été remise le 28 janvier. Elle traduit l’attachement de 9 000 personnes à la caserne de Diest, ce que je peux comprendre.

  2. Je suis conscient des difficultés que la fermeture d’un quartier comme Diest peu entraîner. Cette fermeture s’inscrit toutefois dans un cadre global d’adaptation des infrastructures aux besoins réels des forces armées.

  3. 4.5. Je renvoie l’honorable membre à ma réponse du 15 février 2010 à la question parlementaire écrite N° 55 du député Bruno Tobback.