Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-5824

de Ann Somers (Open Vld) du 7 décembre 2009

à la ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Ligne Hasselt-Bruxelles - Retard du 13 octobre 2009 - Mesures

Société nationale des chemins de fer belges
durée du transport
migration alternante
information du consommateur

Chronologie

7/12/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/1/2010 )
19/4/2010 Réponse

Réintroduction de : question écrite 4-4872

Question n° 4-5824 du 7 décembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

Le 13 octobre 2009, le « train rapide » Hasselt-Bruxelles, arrivée prévue à 8 h du matin, est arrivé avec un retard d'une dizaine de minutes. Le train s'est arrêté quelques minutes à hauteur de Herent. Les voyageurs n'ont reçu aucune information quant au retard ou à la cause de celui-ci. Je crois toutefois me rappeler que les conducteurs sont censés informer les voyageurs dès qu'un train s'arrête trois minutes et à partir d'un retard de cinq minutes.

Je cite cet exemple pratique pour démontrer, une fois de plus, que la communication fait défaut sur cette ligne. Le 12 octobre 2009, le train de soirée, départ prévu à 17 h 09 à Bruxelles-Central, a également démarré en retard. Bien qu'il s'agissait d'un retard de plus de cinq minutes, aucune annonce n'a été faite et les panneaux d'information n'indiquaient aucun retard. Dans le train, la communication était de nouveau nulle.

1. Quelles sont les raisons du retard du train de soirée du 13 octobre 2009 évoqué ci-dessus ?

2. Pourquoi les voyageurs n'ont-ils pas été informés de ce retard et du motif de celui-ci ?

3. Est-il exact que les conducteurs sont censés devoir informer les voyageurs après trois minutes d'arrêt et à partir d'un retard de cinq minutes ?

4. Le ministre demandera-t-il pourquoi cela n'a pas été fait le 13 octobre ?

5. Combien de plaintes la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) a-t-elle déjà reçues cette année concernant des retards sur la ligne Hasselt-Bruxelles et inversement ?

6. À combien de plaintes a-t-on donné suite ?

7. À quelles constatations la SNCB est-elle arrivée ?

8. Parallèlement aux mesures générales classiques, quelles mesures prend-elle pour améliorer la communication sur la ligne Hasselt-Bruxelles dans un proche avenir ?

Réponse reçue le 19 avril 2010 :

1. Le mardi 13 octobre, le train 7306 a rencontré quelques problèmes lorsqu’il a dû emprunter la ligne 36 Leuven-Bruxelles. La circulation intense sur la ligne 36 et la saturation de la Jonction Nord-Midi ont pour conséquence que ce train est arrivé à Bruxelles-Midi avec un retard de douze minutes.

2. 3. 4. et 8. Je prie l’honorable membre de bien vouloir se référer à la réponse communiquée à sa question écrite n° 4-3842 du 17 juillet 2009, ainsi qu’à la réponse à sa question orale n° 4-871 du 15 juillet 2009.

5. et 6. Pour ce qui concerne la ligne 36 Bruxelles – Leuven, il y a eu 142 plaintes, et pour ce qui concerne la ligne 35 Leuven – Hasselt, il y a eu 47 plaintes, entre-temps toutes ont été répondues.

7. La ponctualité sur les lignes 35 et 36 est suivie de près et des mesures d’adaptation sont examinées, prises et évaluées. De plus, sur l’ensemble du réseau, une centaine de trains enregistrant une moins bonne régularité sont suivis quotidiennement et des possibilités d’amélioration sont recherchées pour ces trains.

Le train P 7306 n’est pas repris sur cette liste. Pour le mois d’octobre 2009, ce train atteignait à son arrivée à Bruxelles-Nord, soit avant d’entrer dans la Jonction Nord-Midi, un pourcentage de ponctualité de 90,5 % retard de maximum cinq minutes).