Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-4878

de Ann Somers (Open Vld) du 27 octobre 2009

au secrétaire d'État au Budget, adjoint au premier ministre, et secrétaire d'État au Budget, à la Politique de migration et d'asile, à la Politique des familles, et aux Institutions culturelles fédérales

Personnes âgées - Isolement - Composition et action du groupe de travail "Lutte contre les violences à l'égard des personnes âgées" - Coût

personne seule
personne âgée
violence domestique
sensibilisation du public

Chronologie

27/10/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 27/11/2009 )
24/11/2009 Réponse

Question n° 4-4878 du 27 octobre 2009 : (Question posée en néerlandais)

En réponse à ma question écrite n° 4-4222 relative à l'instauration d'une politique spécifique pour les personnes seules, le secrétaire d'État attire l'attention sur l'existence d'un groupe de travail composé des agences des entités fédérées compétentes en matière de lutte contre les violences à l'égard des personnes âgées. Ce groupe de travail devrait être élargi à des professeurs d'université et devrait également se pencher sur le problème de l'isolement auquel les personnes âgées peuvent être confrontées. La campagne d'information et de sensibilisation à ce sujet est prévue durant le premier semestre de 2010.

1. Entre-temps, quels professeurs siègent-ils dans le groupe de travail ?

2. Quand ce groupe de travail s'est-il réuni et quelles réunions figurent-elles encore à l'agenda de cette année ?

3. Le groupe de travail accordera-t-il une attention particulière au problème des gays et lesbiennes âgés que l'on sait particulièrement exposés au risque d'isolement ?

4. Quand la campagne d'information et de sensibilisation sera-t-elle lancée ?

5. Par qui sera-t-elle conçue ?

6. Quel est l'objectif précis de cette campagne ?

7. À combien le coût est-il estimé et qui financera quelle partie ?

Réponse reçue le 24 novembre 2009 :

Le Plan d’Action National de lutte contre les violences intrafamiliales a été mis en place en novembre 2008, en collaboration avec le cabinet de la vice-première ministre, Mme Milquet, qui gère le PAN lié aux violences intrafamiliales entre partenaires, tandis que le secrétariat d’État à la Politique des familles est en charge de la problématique des violences intrafamiliales subies par nos aînés.

De même, nous avons décidé de travailler avec l’ASBL « Inform’action » de manière à préparer une réflexion qui nous permette de trouver la bonne méthode pour lutter contre le fléau de la violence.

Cette réflexion a permis de donner la priorité aux concepts de bien-être et de repect ; en effet, nous estimons que le meilleur moyen de lutter contre toutes formes de violences intrafamiliales, est de travailler toutes formes de respect. Lorsque les personnes se respectent, le facteur risque « violence » diminue puisqu’ils établissent une relation de confiance et de bien-être qui représente un garde-fou contre la violence.

C’est ainsi que nous nous sommes choisi un logo portant la maxime « Pas de bien-être sans respect ».

La réflexion nous a ensuite conduit à identifier les partenaires institutionnels, et nous avons associé les entités fédérées pour la mise sur pied d’un groupe de pilotage pour cette action. Les membres de ce groupe sont : l’agence wallonne « Respect seniors », « Home info » et « Infor home » pour la Région Bruxelloise, et les CAW (Centrum voor Algemene Welzijn) et le « Vlaams Meldpunt voor Ouderen mis(be)handeling » pour la Région flamande.

L’objectif de ce groupe est de fédérer les différentes actions menées au sein des Régions.

1. Les personnalités du monde académique qui font partie du groupe de pilotage :

le Professeur Dominique VERTE, gérontologue social à la VUB ;

M. Albert EVRARD, chercheur aux FUNDP ;

Mme Marie-Thérèse CASMAN, chercheuse à l’ULG ;

Mme Sylvie CARBONELLE, socio-anthropologue, chercheuse et assistante à l’ULB.

À ce groupe s’ajoute Mme Anne-Sophie PARENT de la plate-forme européenne « AGE ».

2. Quand ce groupe de travail s’est-il déjà réuni et quelles réunions auront encore lieu cette année ?

Le groupe de pilotage s’est réunit une première fois le 25 juin 2009. Cette réunion avait pour objectif d’identifier les partenaires et de les faire se rencontrer.

Le groupe s’est revu le 28 septembre 2009. À cette occasion, nous avions invité le monde académique qui s’est félicité de l’action du secrétaire d’État de mettre les différents partenaires confrontés à la problématique du vieillissement de la population, autour de la table.

Une troisième réunion de ce groupe est prévue pour le 23 novembre 2009. À l’ordre du jour de cette réunion :

a) la place de la personne âgée en Europe ;

b) la campagne de sensibilisation.

D’autres réunions suivront en 2010 avec un timing d’une réunion tous les deux mois (approximativement).

En parallèle, nous rencontrons chaque semaine l’ASBL « Inform’action » pour l’encadrement du projet.

3. Le groupe de travail accordera-t-il également une attention spécifique à la problématique des holebis aînés, qui constitue, comme tout le monde sait, un groupe à risque important par rapport à l’isolement ?

Nous axons bien évidemment notre réflexion sur l’ensemble des personnes âgées dans un concept de globalité, et étant un projet de lutte contre les violences intrafamiliales, nous sommes désireux de traiter chaque aîné sur un pied d’égalité, en ce compris, les holebis aînés.

4. Quand démarrera la campagne d’information et de sensibilisation?

La campagne d’information et de sensibilisation devrait démarrer au deuxième trimestre 2010.

5. Qui concevra la campagne ?

Cette campagne d’information sera élaborée par le secrétariat d’État à la Politique des familles.

Un appel d’offre sera lancé prochainement dans cet objectif.

6. Quel est le but précis de la campagne ?

Le but précis de la campagne sera d’inciter à plus de respect au sein des familles pour assurer un plus grand bien-être, luttant par la même contre les violences intrafamiliales aux personnes âgées.

La méthode sera débattue avec le groupe de pilotage.

7. Quel est le coût estimé et qui financera quelle partie ?

Le coût de cette campagne d’information et de sensibilisation sera supporté par le budget 2010 de la cellule famille du secrétariat d’État.

Nous réfléchissons encore avec les divers partenaires autour de la table sur le type de campagne, le type de public et la manière de la diffuser. En fonction de ces éléments et des budgets envisageables, nous serons en mesure de fixer un coût pour cette campagne.