SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2010-2011 Zitting 2010-2011
________________
4 juillet 2011 4 juli 2011
________________
Question écrite n° 5-2671 Schriftelijke vraag nr. 5-2671

de Karl Vanlouwe (N-VA)

van Karl Vanlouwe (N-VA)

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et des Réformes institutionnelles

aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Institutionele Hervormingen
________________
L’encerclement du monastère tibétain de Kirti par des unités de l’armée chinoise De omsingeling van het Kirti klooster in Tibet door Chinese legereenheden 
________________
question du Tibet
Chine
institution religieuse
Tibet-kwestie
China
religieuze instelling
________ ________
4/7/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
4/7/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
________ ________
Requalification de : demande d'explications 5-942
Réintroduite comme : question écrite 5-4301
Requalification de : demande d'explications 5-942
Réintroduite comme : question écrite 5-4301
________ ________
Question n° 5-2671 du 4 juillet 2011 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-2671 d.d. 4 juli 2011 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Dans la province tibétaine de l'Amdo, occupée par les Chinois, des soldats chinois tiennent en otages les moines du monastère bouddhiste de Kirti. Depuis le 9 avril, les soldats encerclent le monastère, n'autorisant que sporadiquement l'approvisionnement en nourriture et ne permettant à aucun moine de sortir. Ce blocus vise à contraindre les moines à cesser toute rébellion contre la « rééducation patriotique » qui leur est imposée. Les autorités chinoises obligent tous les moines âgés de 18 à 40 ans à quitter le monastère pour prendre part à des camps de rééducation où la Constitution chinoise, le droit pénal et les règles relatives aux affaires religieuses leur seront enseignés. Selon les estimations, 2 500 moines sont ainsi presque totalement privés de nourriture.

Les troubles au monastère de Kirti, dans la ville de Ngaba, ont débuté le 16 mars lorsqu'un moine âgé de 21 ans s'est immolé par le feu pour commémorer le grand soulèvement tibétain de 2008. La répression brutale dirigée à l'époque contre les moines suscite encore des actions de protestation de moines et de citoyens.

La première tentative chinoise d'embarquer les moines à bord de camions durant la nuit du 12 avril a échoué car les habitants des environs ont formé une chaine humaine autour des camions. Trois civils auraient été tués. Depuis lors, plus de 300 moines et civils auraient été arrêtés et emmenés vers une destination inconnue. Des caméras de surveillance auraient également été installées tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du monastère pour permettre aux autorités chinoises de suivre de près les activités.

Bien que plus aucun étranger ne soit admis dans la région, les médias chinois affirment que la situation dans la région est « parfaitement normale ».

En attendant, le dalaï-lama a appelé la communauté internationale à faire part de ses protestations aux autorités chinoises et à réclamer davantage de retenue de la part de la police et de l'armée.

Voici les questions que j'adresse au ministre.

Les étrangers sont-ils interdits d'entrée dans la région de Ngaba, dans la province tibétaine de l'Amdo ?

La Chine confirme-t-elle l'existence de problèmes au monastère de Kirti et reconnaît-elle que d'importantes forces militaires isolent complètement le monastère ? Savez-vous qu'aucune denrée alimentaire ne peut être amenée au monastère ?

Les responsables européens se sont-ils déjà concertés afin de définir une réaction face à ces événements et d'exhorter Pékin à faire preuve de retenue ?

Quels sont les obstacles à une prise de position unanime à ce sujet ?

 

In Amdo-Tibet, dat bezet wordt door China, houden Chinese soldaten het boeddhistisch Kirti klooster gegijzeld. Sinds 9 april hebben de soldaten het klooster omsingeld en laten ze slechts sporadisch bevoorrading van voedsel toe en laten ze geen monniken meer naar buiten. Het opzet van de blokkade is de monniken ertoe te dwingen hun verzet tegen de opgelegde "patriotische heropvoeding" op te geven. De Chinese autoriteiten verplichtten alle monniken tussen 18 en 40 jaar het klooster te verlaten en deel te nemen aan heropvoedingskampen waar hen de Chinese grondwet, het strafrecht en regels voor religieuze zaken zullen bijgebracht worden. Ondertussen zitten de naar schatting 2,500 monniken bijna zonder voedsel.

De onrusten in het Kirti klooster in de stad Ngaba begonnen toen op 16 maart een 21-jarige monnik zichzelf in brand stak ter nagedachtenis van de grote Tibetaanse opstand in 2008. De brutale onderdrukking van de monniken zorgt nog steeds voor protestacties door monniken en burgers.

De eerste Chinese poging om de monniken weg te brengen met vrachtwagens tijdens de nacht van 12 april mislukte toen de buurtbewoners rond de vrachtwagens een menselijke ketting te vormden. Hierbij zouden drie burgerslachtoffers gevallen zijn. Sindsdien zouden meer dan 300 monniken en burgers gearresteerd en weggebracht zijn naar een onbekende bestemming. Er zouden ook beveiligingscamera's geïnstalleerd zijn zowel binnen als buiten het klooster die de activiteiten van dichtbij volgen.

Hoewel er geen buitenlanders worden meer worden toegelaten in de regio berichten Chinese media dat de toestand in de regio "volstrekt normaal" is.

Ondertussen heft de Dalai Lama de internationale gemeenschap opgeroepen om protest aan te tekenen bij de Chinese autoriteiten en om terughoudendheid te vragen van politie en soldaten.

Mijn vragen aan de minister zijn:

· Is er een inreisverbod voor buitenlanders in de Ngaba regio van de Amdo-Tibet?

· Bevestigt China dat er problemen zijn in het Kirti klooster en dat een grote troepenmacht het klooster geïsoleerd houdt? Hebt U weet van het feit dat er geen voedsel wordt binnengelaten in het klooster?

· Is er reeds op Europees vlak overleg gepleegd hoe op deze gebeurtenissen te reageren en Beijing tot terughoudendheid op te roepen?

· Wat zijn de pijnpunten om niet tot een eensgezind standpunt te komen hierover?