SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2010-2011 Zitting 2010-2011
________________
27 janvier 2011 27 januari 2011
________________
Question écrite n° 5-1025 Schriftelijke vraag nr. 5-1025

de Elke Sleurs (N-VA)

van Elke Sleurs (N-VA)

au ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Adoption interne - Consentement obligatoire des parents légaux - Chiffres - Retrait du consentement initial Binnenlandse adoptie - Verplichte toestemming van de juridische ouders - Aantallen - Intrekking van initiële toestemming 
________________
adoption d'enfant
filiation
répartition géographique
statistique officielle
adoptie
afstamming
geografische spreiding
officiële statistiek
________ ________
27/1/2011 Verzending vraag
29/6/2011 Antwoord
27/1/2011 Verzending vraag
29/6/2011 Antwoord
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-1026 Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-1026
________ ________
Question n° 5-1025 du 27 janvier 2011 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-1025 d.d. 27 januari 2011 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

En Belgique, une femme qui souhaite confier son enfant à l'adoption après la naissance de celui-ci ne peut en décider seule. Lorsque la filiation d'un enfant est établie à la fois à l'égard de la mère et du père, les deux parents doivent en principe consentir à l'adoption.

Par ailleurs, il est légalement possible d'échapper à cette obligation, le consentement de l'autre parent ou celui d'un tuteur seulement étant suffisant. Cela n'est toutefois possible que lorsque l'un des parents ou les deux parents se trouve(nt) dans l'impossibilité de manifester sa volonté, n'a (ont) pas de résidence connue ou est (sont) déclaré(s) absent(s).

En Flandre, les services d'adoption interne ont déjà souligné par le passé que cette intervention obligatoire, par exemple l'obligation pour le parquet de demander l'avis des parents légaux, peut poser problème dans la procédure d'adoption pour les femmes qui choisissent de ne pas révéler leur grossesse à leur entourage.

Afin de pouvoir évaluer l'application de la loi sur l'adoption, je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes.

1) Depuis 2004, combien de fois le juge de la jeunesse a-t-il prononcé des adoptions alors que la filiation était établie tant à l'égard du père que de la mère ? Dans combien de cas la filiation n'était-elle établie que pour la mère ? Dans combien de cas ne l'était-elle que pour le père ? Dans combien de cas la filiation n'était-elle établie à l'égard d'aucun des deux parents ? Dans combien de cas s'est-il agi d'un parent séjournant illégalement dans notre pays ?

2) Depuis 2004, combien de fois le juge de la jeunesse a-t-il prononcé des adoptions alors que la filiation entre le parent et l'enfant était établie mais que, selon le juge, ce parent était dans l'impossibilité de manifester sa volonté, n'avait pas de résidence connue ou était déclaré absent ? Dans combien de cas seule la mère était-elle absente ? Dans combien de cas seul le père était-il absent ? Dans combien de cas les deux parents étaient-ils absents ? Combien de fois s'est-il agi d'un parent séjournant illégalement dans notre pays ? Je souhaiterais que ces chiffres soient ventilés par année et par région.

3) Combien de fois l'avis des parents légaux sollicité par le parquet durant la procédure d'adoption a-t-il été négatif (dans les cas où la filiation entre le parent et l'enfant était établie et où le parent n'a pas été considéré comme absent) ? Dans combien de cas l'avis négatif émanait-il du père légal ? Dans combien de cas de la mère légale ? Dans combien de cas s'agissait-il d'un parent séjournant illégalement dans notre pays ? Dans combien de cas l'avis d'un des parents a-t-il été positif et celui de l'autre parent négatif ? Combien de fois un des parents ou les deux parents a-t-il (ont-ils) fait défaut à l'audience ? Combien de fois fut-ce le père légal ? Combien de fois fut-ce la mère légale ? Le juge peut-il prononcer un jugement lorsque l'un des parents légaux n'est pas présent à l'audience ? Combien de fois s'est-il agi d'un parent séjournant illégalement dans notre pays ? Je souhaiterais que ces chiffres soient ventilés par année et par région.

4) Combien de fois le consentement initial à l'adoption plénière a-t-il été retiré ? Par qui (le père légal, la mère légale, le tuteur) ? Je souhaiterais que ces chiffres soient ventilés par année et par région.

 

Een vrouw die haar kind na de geboorte ter adoptie wil afstaan, kan daar in België niet alleen over beslissen. Wanneer de afstamming van een kind vaststaat ten opzichte van zowel de moeder als van de vader, dan moeten beiden in principe toestemming geven voor de adoptie.

Anderzijds is het wettelijk mogelijk om deze verplichting te omzeilen waardoor de toestemming van de andere ouder of alleen de toestemming van een voogd voldoende is. Dat is echter slechts mogelijk wanneer een (of beide ouders) zich in de onmogelijkheid bevindt (en) een wil te kennen te geven, geen gekende verblijfplaats heeft (hebben) of afwezig is (zijn) verklaard.

Binnenlandse adoptiediensten in Vlaanderen hebben er in het verleden op gewezen dat deze verplichte betrokkenheid, bijvoorbeeld het verplichte ingewonnen advies van de juridische ouders door het parket, in de adoptieprocedure problematisch is voor de vrouwen die ervoor kiezen hun zwangerschap geheim te houden voor hun omgeving.

Graag kreeg ik een antwoord op volgende vragen om de stand van zaken van de adoptiewet te kunnen evalueren:

1) Hoe vaak werden sinds 2004 adopties door de jeugdrechter uitgesproken waarbij de afstamming ten opzichte van zowel de moeder als de vader vaststond? Hoe vaak was dit alleen de moeder? Hoe vaak alleen de vader? Hoe vaak stond de afstamming ten opzichte van geen enkele ouder vast? Hoe vaak ging het om een ouder die illegaal in het land verbleef? Graag had ik deze cijfers uitgesplitst per jaar en per gewest gekregen.

2) Hoe vaak werden sinds 2004 adopties door de jeugdrechter uitgesproken waarbij de afstamming tussen ouder en kind vaststond, maar waarbij werd geoordeeld dat die ouder zich in de onmogelijkheid bevond om zijn wil te kennen te geven, geen gekende verblijfplaats had of afwezig was verklaard? Hoe vaak was alleen de moeder afwezig? Hoe vaak alleen de vader? Hoe vaak betrof het beide ouders? Hoe vaak ging het om een ouder die illegaal in het land verbleef? Graag had ik deze cijfers uitgesplitst per jaar en per gewest gekregen.

3) Hoe vaak was het tijdens de adoptieprocedure door het parket ingewonnen advies van de juridische ouders negatief (in de gevallen waarin de afstamming tussen ouder en kind vaststond en er niet werd geoordeeld dat de ouder afwezig was)? Hoe vaak was dat de juridische vader? Hoe vaak de juridische moeder? Hoe vaak ging het om een ouder die illegaal in het land verbleef? Hoe vaak was het oordeel van de ene ouder positief terwijl het oordeel van de andere negatief was? Hoe vaak gaf een van de of beide juridische ouders verstek op de zitting? Hoe vaak was dit de juridische vader? Hoe vaak de juridische moeder? Kan de rechter een vonnis vellen wanneer een van de juridische ouders niet aanwezig is op de zitting? Hoe vaak was dit een ouder die illegaal in het land verbleef? Graag had ik deze cijfers uitgesplitst per jaar en per gewest gekregen.

4) Hoe vaak werd de initiële toelating tot volle adoptie ingetrokken? Wie trok die toelating in (de juridische vader, de juridische moeder, de voogd)? Graag had ik deze cijfers uitgesplitst per jaar en per gewest gekregen.

 
Réponse reçue le 29 juin 2011 : Antwoord ontvangen op 29 juni 2011 :

Il n'est pas possible de répondre aux points un à quatre de la question, ces données ne pouvant pas être enregistrées dans l'application ICT des tribunaux de la jeunesse. Répondre à ces quatre points nécessiterait d'examiner tous les jugements et toutes les requêtes.

Le Bureau permanent Statistiques et Mesure de la charge de travail a lancé un projet qui doit permettre de procéder à une subdivision plus détaillée des affaires d'adoption. Il sera plus facile dans l'avenir de répondre à des questions spécifiques de ce type.

Vragen één tot en met vier kunnen niet worden beantwoord omdat deze gegevens niet in de ICT applicatie van de jeugdrechtbanken kunnen worden geregistreerd. Voor deze vier vragen zouden alle vonnissen en verzoekschriften moeten nagekeken worden.

Het Vast Bureau Statistiek en Werklastmeting is met een project gestart dat het mogelijk moet maken om een verdere onderverdeling in adoptiezaken door te voeren. Voor de toekomst zal het gemakkelijker worden dergelijke specifieke vragen te beantwoorden.