Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-754

de Latifa Gahouchi (PS) du 9 novembre 2020

au vice-premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Crise du coronavirus - Test PCR (polymerase chain reaction) - Prescription médicale - Médecins généralistes et pédiatres - Charge de travail administratif singulièrement augmentée - Mise en place éventuelle d'un centre d'appels (Covid-19)

épidémie
maladie infectieuse
prévention des maladies
examen médical
médecin

Chronologie

9/11/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 10/12/2020 )

Réintroduction de : question écrite 7-673

Question n° 7-754 du 9 novembre 2020 : (Question posée en français)

Cette question relève bien de la compétence du Sénat car elle concerne la Santé publique, et on sait que les aspects liés à la prévention relèvent notamment des entités fédérées.

Dans le contexte du traçage en pleine pandémie de Covid-19, les médecins sont totalement submergés: en plus de pratiquer la médecine, ils prestent une importante activité de secrétariat.

Chargés d'effectuer des tests PCR (polymerase chain reaction) à la chaîne, ils rédigent aussi énormément d'attestations et documents divers.

La revendication des médecins est claire: il s'agirait que les autorités trouvent un moyen pour que les tests soient rapides et ne passent pas forcément par la case «médecin généraliste».

Dans ce cadre, les pédiatres seraient particulièrement submergés d'appels, souvent pour de simples maux de gorge. On peut par ailleurs bien évidemment comprendre l'inquiétude des parents…

Cependant, les demandes de tests explosent; et pour respecter les critères de Sciensano, il faudrait idéalement tester tous les nez qui coulent. C'est une tâche considérable d'assumer toutes les étapes et le suivi de cette stratégie.

Faire passer le test PCR relève en effet bien de la mission des généralistes, mais ils consacrent un temps considérable au téléphone pour assurer le suivi, et notamment expliquer aux patients positifs qu'ils doivent se mettre en quarantaine. Il faut de plus pour certains patients organiser leur absence au travail.

Se référant à la Société de médecine générale, des praticiens affirment qu'il ne faut pas nécessairement une prescription pour se faire tester.

Selon eux, les patients devraient pouvoir se rendre directement en centre de test.

Pour assurer le suivi, ils avancent la piste de la mise en place d'un centre d'appels, à l'instar de ce qui se fait pour le traçage des contacts.

1) Avez-vous connaissance de cette problématique?

2) Des mesures sont-elles prises pour rencontrer les revendications du secteur?