Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-621

de Willem-Frederik Schiltz (Open Vld) du 1 juillet 2020

au vice-premier ministre et ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, et Ministre de la Coopération au développement

Crise du coronavirus - Chômage des jeunes - Augmentation exponentielle - Statistiques - Mesures - Concertation avec les Régions (Covid-19)

épidémie
chômage des jeunes
statistique officielle

Chronologie

1/7/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 30/7/2020 )
27/7/2020 Réponse

Aussi posée à : question écrite 7-622

Question n° 7-621 du 1 juillet 2020 : (Question posée en néerlandais)

Ce sont les jeunes qui sont le plus touchés, et de loin, par la crise du coronavirus sur le marché de l'emploi. Les statistiques néerlandaises sont décevantes. Depuis février 2020, le nombre de jeunes actifs âgés de 15 à 25 ans a ainsi baissé de 139 000 unités.

Si, en février 2020, plus de 1,4 million de jeunes avaient encore un emploi, ils étaient moins de 1,3 million dans ce cas en mai 2020. C'est ce qu'indiquent les données du Nederlandse Centraal Bureau voor de statistiek (CBS- Office central néerlandais de statistique).

À titre comparatif, le nombre de personnes actives n'a diminué que de 18 000 unités dans la tranche d'âge de 25 à 45 ans et de 45 000 unités dans la tranche d'âge de 45 à 75 ans.

Parmi les 139 000 jeunes qui ont perdu leur emploi, tous ne sont pas officiellement au chômage. En effet, une partie d'entre eux ne recherchent pas d'emploi, convaincus que l'effort est vain. Ils ne figurent donc pas dans les statistiques de chômage. Le chômage des jeunes a pourtant augmenté sensiblement, passant de 6,3 % en février 2020 à 9,5 % en mai. Toujours à titre comparatif, le chômage global est passé de 2,9 % à 3,6 % seulement.

Si ce sont les jeunes qui sont le plus touchés, cela s'explique par leur position sur le marché de l'emploi. Ils travaillent souvent à temps partiel et dans des secteurs que la crise du Covid 19 a frappés de manière disproportionnée. Les règles relatives aux indemnités de licenciement jouent également en leur défaveur lorsque la situation économique se détériore.

D'autres pays dressent également un constat similaire.

Quant au caractère transversal de la présente question : elle porte sur une matière transversale relevant également de la compétence des Régions. Alors que les Régions avaient déjà d'importantes compétences en matière de placement et les Communautés en matière de formations, la sixième réforme de l'État a encore entraîné le transfert de vastes compétences en matière de politique du marché de l'emploi. La réglementation relative au droit du travail individuel et collectif, en ce compris le bien-être au travail, et la réglementation relative à la sécurité sociale restent toutefois fédérales, de même que la concertation sociale et la politique salariale. C'est aussi l'autorité fédérale qui détient la compétence résiduelle. D'où la présente question.

J'aimerais obtenir une réponse aux questions suivantes.

1) Constatez-vous, dans notre pays, une tendance semblable à une surreprésentation des jeunes dans le chômage économique temporaire induit par la crise du coronavirus et considéré comme du «chômage temporaire pour force majeure»? Dans l'affirmative, pouvez-vous me communiquer le nombre mensuel total de chômeurs relevant de ce régime, en chiffres absolus et en chiffres relatifs? Pouvez-vous fournir des chiffres détaillés? Dans la négative, comment expliquez-vous ce constat?

2) Pouvez-vous me dire si l'on observe déjà des tendances semblables à une aggravation disproportionnée du chômage des jeunes dans le chômage définitif? Pouvez-vous me communiquer des statistiques mensuelles globales, en chiffres absolus et en chiffres relatifs? Pouvez-vous donner des explications détaillées?

3) Pouvez-vous expliquer les mesures qui sont en préparation afin de limiter le chômage des jeunes?

4) Avez-vous déjà discuté spécifiquement de ces mesures avec les Régions au sein du Comité de concertation ou ailleurs? Dans l'affirmative, pouvez-vous préciser le contenu et le calendrier des mesures? Dans la négative, pour quelle raison?

5) Dans quelle mesure l'accroissement du chômage des jeunes est-il influencé par la durée moins longue du bénéfice des indemnités de licenciement? Pouvez-vous expliquer? Que convient-il de faire, selon vous?

Réponse reçue le 27 juillet 2020 :

Cette question ne relève pas de mes compétences, mais de la compétence de mon collègue, Nathalie Muylle, la ministre de l’Emploi, Économie et Consommateurs, Lutte contre la pauvreté, Égalité des chances et Personnes handicapées.