Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-522

de Latifa Gahouchi (PS) du 27 avril 2020

à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, et de l'Asile et la Migration

Crise du coronavirus - Propagation - Prévention - Respect des normes - Étude sur le coronavirus de l'Université d'Anvers - Résultats - Mesures - Concertation avec les entités fédérées (Covid-19)

maladie infectieuse
épidémie
prévention des maladies
Sciensano
enquête sociale

Chronologie

27/4/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 28/5/2020 )
27/5/2020 Réponse

Question n° 7-522 du 27 avril 2020 : (Question posée en français)

La grande étude sur le coronavirus de l'Université d'Anvers a révélé dans le courant du mois d'avril 2020 que plus de la moitié (57 %) des personnes qui présentent deux symptômes ou plus du Covid-19 sortent de chez eux sans protection supplémentaire.

Par ailleurs, selon la même source, seulement 4 % des personnes qui présentent deux symptômes ou plus sortent dans la rue avec un masque buccal.

Toujours selon les résultats de l'enquête, de plus en plus de personnes sont confrontées au Covid-19 dans leur environnement immédiat: près de la moitié des participants connaissent quelqu'un qui a été gravement malade, 15 % connaissent quelqu'un qui a été hospitalisé et 9 % connaissent quelqu'un qui est décédé.

Le nombre de participants à l'étude aurait dépassé les 170 000 ces dernières semaines.

«Il existe certainement une forme de lassitude du coronavirus dans la société», explique le chercheur Koen Pepermans pour justifier ces chiffres.

Plusieurs aspects de la vie des personnes sont analysés par cette étude, mais je tenais à m'attarder uniquement sur ceux qui permettent aux gouvernements de faire des prévisions sur la propagation du virus et d'estimer l'impact de l'évolution de l'épidémie et les mesures à prendre au niveau sanitaire.

À cet égard, cette question relève de la compétence du Sénat de par sa transversalité, le volet relatif à la prévention relevant notamment des entités fédérées.

1) Disposez-vous d'informations complémentaires quant à ce souci évident en termes de respect des normes par la population et de prévention de la Santé de tout un chacun?

2) Des mesures sont-elles prises en collaboration avec les entités fédérées pour rencontrer ce constat interpellant?

Réponse reçue le 27 mai 2020 :

Depuis le début de la crise du Covid-19, Sciensano a organisé deux enquêtes en ligne (approximativement 45 000 participants à chaque enquête) qui ont notamment porté sur le respect des mesures de prévention prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du virus. Les résultats montrent qu'une grande majorité de la population (> 85 %) respecte strictement ces mesures. Néanmoins, si l'on compare les résultats des deux enquêtes, on constate que le pourcentage de la population qui ne respecte pas (ou plus) strictement ces mesures a légèrement augmenté. La mesure de «distanciation sociale» et la nécessité de rester à la maison sont particulièrement difficiles pour certains groupes de la population. Il convient toutefois d'ajouter que, parmi les personnes qui indiquent ne pas respecter strictement les mesures en vigueur, nombreuses sont celles qui disent être prudentes dans leurs contacts avec les autres. De plus, les deux enquêtes ont été organisées au plus fort de la crise. En attendant, le gouvernement a déjà assoupli un certain nombre de mesures, sachant que, même si elles étaient nécessaires, ces mesures étaient difficiles à respecter pour certains, surtout pour les jeunes, qui pour la majorité ne se considèrent pas comme un groupe à risque. Pour eux, la «fatigue de la quarantaine» est peut-être plus importante que pour d'autres groupes de population; et les mesures imposées sont plus difficilement supportables.

Une troisième enquête de santé Covid-19 est prévue pour fin mai 2020. Dans cette enquête, le respect des mesures en vigueur sera à nouveau évalué. Malgré l'assouplissement introduit récemment, les mesures de base visant à prévenir la propagation du virus Covid-19 restent en place jusqu'à nouvel ordre et il reste nécessaire de réitérer leur utilité, une tâche qui incombe à toutes les autorités.