Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-521

de Latifa Gahouchi (PS) du 27 avril 2020

à la première ministre, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Crise du coronavirus - Gestion de la crise - «Modèle» allemand - Application en Belgique (Covid-19)

maladie infectieuse
épidémie
gestion de crise
Allemagne

Chronologie

27/4/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 28/5/2020 )
27/5/2020 Réponse

Question n° 7-521 du 27 avril 2020 : (Question posée en français)

Depuis le 16 mars 2020, la Belgique a choisi la stratégie du confinement dans la gestion de l'épidémie du Covid-19.

L'Allemagne a quant à elle décidé d'adopter une autre stratégie, tout à fait différente.

Dès l'apparition du premier cas de Covid-19, le 21 janvier 2020 en Bavière, le gouvernement a choisi une stratégie de tests rapides pour dénicher les foyers d'infection, isoler les malades et mettre l'entourage en quarantaine. L'Allemagne aurait ainsi effectué plus de 1,7 million de tests au 17 avril 2020 avec un rythme de 350 000 par semaine! Dès les premiers symptômes, les Allemands se rendent chez leur médecin traitant qui les envoie dans un des centres de tests installés dans trois cents districts. L'importance des soins ambulatoires a permis de détecter le virus à un stade précoce de la maladie, de délester les structures hospitalières et d'augmenter les chances de guérison rapide.

Aucun hôpital ne s'est retrouvé en situation de saturation pendant la crise. Avec 28 000 places en soins intensifs (25 000 avec respirateurs artificiels), l'Allemagne était dès le départ préparée à l'afflux de malades. Depuis janvier 2020, le nombre de lits est passé à 40 000 si bien que le taux d'occupation est actuellement inférieur à la normale (50 % contre 70 % d'habitude). Par ailleurs, l'Allemagne a passé une commande de 10 000 respirateurs artificiels.

Par ailleurs, dès le départ, le gouvernement allemand a annoncé des mesures d'aides à ses entreprises. Plus de 1 200 milliards d'euros ont été mobilisés pour soutenir l'économie. Chômage partiel, reports de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ou de charges sociales, crédits d'impôt, prêts garantis par l'État, etc. Autant de mesures qui permettront à des milliers de petites et moyennes entreprises (PME) de reprendre le travail sans devoir licencier. L'État a également débloqué 50 milliards d'euros pour les autoentrepreneurs, artistes, restaurateurs, commerçants ou petits agriculteurs.

Cette question relève bien de la compétence du Sénat de par sa transversalité. L'exécution des politiques en matière de (dé)confinement est une compétence des entités fédérées.

1) Je sais que le gouvernement s'efforce de prendre les mesures qui s'imposent dans cette situation inédite. La crise sanitaire est mondiale et la tâche est ardue…

Disposez-vous cependant d'informations par rapport aux problèmes soulevés par d'aucuns dans la gestion de cette crise concernant notamment les commandes de masques, les tests massifs qui semblent tarder, etc.?

2) Malgré les énormes efforts entrepris, qu'est-ce qui a manqué à notre pays pour s'aligner sur un modèle comme celui de l'Allemagne?

Réponse reçue le 27 mai 2020 :

Je me réfère à la réponse donnée par le ministre de la Protection de la vie privée.