Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-1377

de Latifa Gahouchi (PS) du 12 octobre 2021

au vice-premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Santé publique - Exposition au radon - Rayonnement

santé publique
sécurité nucléaire
pollution du sol
gaz rare
Agence fédérale de contrôle nucléaire
risque sanitaire

Chronologie

12/10/2021 Envoi question (Fin du délai de réponse: 11/11/2021 )

Question n° 7-1377 du 12 octobre 2021 : (Question posée en français)

Depuis le début de ce mois, comme chaque année d'ailleurs, durant deux mois, l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) et le Service d'Analyses des Milieux Intérieurs (SAMI) organisent une vaste campagne : "Du radon dans votre habitation ? Faites le test pour vous protéger."

En Brabant wallon, chaque citoyen mesure, à l'aide d'un détecteur approprié, le taux de radon dans son habitation ou sur son lieu de travail.

Cette question relève de la compétence du Sénat par sa transversalité. La prévention de la santé des concitoyens est bien une responsabilité qui incombe aux entités fédérées.

On le sait, le radon est un gaz radioactif que l'on retrouve dans le sol et les roches. Il s'infiltre dans des bâtiments à partir du sous sol, via des fissures, des joints, des approvisionnements d'eau ou encore des équipements sanitaires.

Il est dangereux en ce sens qu'il atteint les poumons et endommage les tissus.

Dans notre pays, environ 10 % des cas de cancers pulmonaires proviendraient de l'exposition au radon et il représenterait également la deuxième cause de cancer du poumon. Juste derrière le tabac.

L'objectif de l'action menée est de mesurer le rayonnement potentiel durant trois mois, en période hivernale, dans une pièce de vie du rez de chaussée.

Selon les résultats de l'analyse et le taux calculé, il conviendra de modifier l'aération, la ventilation et appliquer des conseils techniques conseillés.

Le service qui se charge d'analyser ces données est le SAMI. Son rôle est de se rendre au domicile de personnes souffrant de problème de santé pouvant être en lien avec leur logement. Outre le radon, les acariens, monoxydes de carbone, plombs ou encore moisissures sont également recherchés.

Le but poursuivi est d'améliorer la qualité de l'air de l'habitat, et de fait, la santé des occupants.

Disposez vous d'informations complémentaires quant aux données relatives à la problématique soulevée en termes de santé publique, notamment via l'Agence fédérale du contrôle nucléaire (AFCN)?

Des contacts sont ils pris avec vos collègues des entités fédérées ?

En effet si le sud du pays est plus touché par le radon que le nord, du fait de la nature du sous sol, il convient de se montrer attentif à la problématique sur l'ensemble du pays.