Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-1346

de Latifa Gahouchi (PS) du 10 septembre 2021

au vice-premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Santé mentale - Prévention du suicide

santé mentale
politique de la santé
suicide

Chronologie

10/9/2021 Envoi question (Fin du délai de réponse: 14/10/2021 )

Question n° 7-1346 du 10 septembre 2021 : (Question posée en français)

En cette journée dédiée à la prévention du suicide, l'ASBL «Un pass dans l'Impasse» rappelle, en mentionnant des données chiffrées, que le suicide est bien une cause de décès qui doit nous interpeller.

Il serait même la première cause de mortalité chez les 15-44 ans !

En 2018, 1 782 Belges – 1 277 hommes, 505 femmes – auraient mis fin à leurs jours.

La Belgique occuperait la sixième place dans le classement des pays européens présentant le taux de suicides le plus élevé.

Toujours selon l'ASBL précitée il serait impossible d'obtenir des chiffres fiables plus récents.

Les données liées au suicide seraient compliquées à collecter, il y aurait des soucis pour l'encodage et il faut également attendre que certaines enquêtes soient clôturées après le décès d'une personne.

Et donc, les chiffres seraient communiqués avec trois années de retard.

Cette question relève bien de la compétence du Sénat par sa transversalité. La politique en matière de soins de santé mentale est une compétence qui relève, d'une part, de l'autorité fédérale et, d'autre part, des Communautés.

La réforme des soins en santé mentale pour adultes a notamment visé à mettre en place des dispositifs en santé mentale intégrés dans la communauté.

L'idée étant de partir de l'environnement familial, social et culturel en visant l'inclusion dans la société.

Ainsi, pour inverser la courbe des chiffres, l'ASBL a mis en place en 2020 un réseau de sentinelles en prévention du suicide.

Il s'agit de volontaires, des gens de tous horizons, formés en quelques heures et gratuitement pour détecter une personne en détresse suicidaire et orienter celle-ci, avec son accord, vers un professionnel pour une prise en charge rapide.

Un dispositif similaire aurait été mis en place à destination des indépendants au niveau fédéral ? Qu'en est-il ?

Votre département est-il en contact avec les entités fédérées par rapport à ce dossier ?

Disposez-vous d'informations complémentaires quant aux initiatives prises aux différents niveaux de pouvoir ?