Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-1150

de Latifa Gahouchi (PS) du 26 mars 2021

au vice-premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Covid-19 - Campagne de vaccination - Stratégie - Situation très préoccupante dans les écoles - Enseignants - Vaccination prioritaire

épidémie
vaccin
vaccination
établissement d'enseignement
enseignant

Chronologie

26/3/2021 Envoi question (Fin du délai de réponse: 29/4/2021 )

Question n° 7-1150 du 26 mars 2021 : (Question posée en français)

Le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le coronavirus a expliqué lors de la conférence de presse bihebdomadaire du Centre de crise et de l'institut Sciensano que l'augmentation des cas de Covid-19 est de 60 % chez les enfants et de 56 % chez les adolescents. Il a ajouté que les jeunes âgés de dix à douze ans sont les plus touchés.

De plus, les écoles sont devenues le premier type de «cluster». Le dernier rapport épidémiologique de l'institut Sciensano pointait qu'entre le 8 et le 14 mars 2021, 37 % des nouveaux «clusters» étaient actifs dans les établissements scolaires.

L'Office de la naissance et de l'enfance (ONE) affirmait par voie de communiqué, que 1 906 cas avaient été signalés dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles entre le 8 et le 14 mars 2021.

La ministre de l'Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles a réaffirmé qu'elle souhaitait que les enseignants soient prioritaires dans la vaccination, alors que vous n'avez pas opté pour cette priorité.

Selon vous, ce que demandent les ministres de l'Enseignement tant au nord qu'au sud du pays ne pourrait de toute façon intervenir qu'à la mi-mai, après la vaccination des personnes de plus de soixante-cinq ans et des patients souffrant de comorbidités.

En effet, le schéma de vaccination a été établi en Conférence interministérielle (CIM) Santé, et donc avec l'accord des entités fédérées.

Cette question a également été transmise à votre collègue la ministre de la Santé en Région wallonne, Madame Morreale. En ma qualité de sénatrice et compte tenu du fait de la transversalité de la problématique, je me permets de vous l'adresser également.

Les pistes de réflexion en matière de gestion de la pandémie relèvent selon moi de tous les niveaux de pouvoir. En outre la politique de prévention de la Santé publique est du ressort des entités fédérées.

Au vu de la situation très préoccupante dans les écoles et en fonction de ce qui précède, ne serait-il pas nécessaire de réunir rapidement la CIM Santé et de modifier le schéma de vaccination et de vacciner les enseignants en priorité?