Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-852

de Johan Verstreken (CD&V) du 3 mars 2016

à la ministre de la Mobilité, chargée de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges

Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) - Jabbeke - Gare ferroviaire - Point d'arrêt - Réouverture - Étude de la SNCB sur la localisation des haltes et des points d'arrêt sur le réseau - Résultats

Société nationale des chemins de fer belges
gare ferroviaire

Chronologie

3/3/2016 Envoi question (Fin du délai de réponse: 7/4/2016 )
17/5/2016 Réponse

Question n° 6-852 du 3 mars 2016 : (Question posée en néerlandais)

Motivation du caractère transversal de la question écrite: avec De Lijn et les autres a sociétés régionales de transport, la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) est un des instruments qui doivent proposer une offre intégrée de transports en commun, nécessaire pour garantir une accessibilité aisée en Flandre.

En 2013, j'avais interrogé le ministre des Entreprises publiques et de la Coopération au développement, chargé des Grandes villes, de l'époque, Jean-Pascal Labille, sur la réouverture de l'arrêt de Jabbeke (voir demande d'explications 5-3356 du 26 mars 2013, Sénat, Annales 5-228COM du 4 juin 2013, p. 14). Il y a longtemps que les habitants de cette commune et des environs demandent la réouverture de l’arrêt de Jabbeke. Actuellement, beaucoup de gens de la région empruntent le bus ou prennent leur voiture jusqu'à la gare d'Ostende ou de Bruges. Mais des travaux de rénovation à la gare d'Ostende réduisent les possibilités de parking, et la gare de Bruges est difficilement accessible aux heures de pointe.

Le ministre Labille m'avait répondu que la SNCB effectuait une étude objective sur l’implantation de haltes ou d’arrêts sur le réseau ferroviaire, et que cette étude incluait Jabbeke.

Jusqu'à présent, l'arrêt de Jabbeke n'est pas (encore) en service.

L'argument de la SNCB, affirmant qu'un arrêt supplémentaire allongerait les temps de parcours, est réfutable, puisque la plupart des trains IC s'arrêtent désormais plus longtemps en gare de Bruges. Selon moi, cet arrêt supplémentaire ne devrait pas causer de problèmes en termes de temps de parcours.

1) Pourquoi a-t-on décidé de ne pas rouvrir l'arrêt de Jabbeke?

2) Quel est le résultat de l'étude en ce qui concerne l'arrêt de Jabbeke?

3) La ministre estime-t-elle souhaitable de rouvrir l'arrêt de Jabbeke? Est-elle prête à l'envisager? Dans la négative, pourquoi pas?

Réponse reçue le 17 mai 2016 :

L'étude de Jabbeke s'inscrit dans le cadre d'un examen global de centaines de points d'arrêt actuels et potentiels à travers tout le pays. Il faut donc encore attendre les décisions définitives.

Une première analyse souligne toutefois que quelques centaines d'habitants de la commune de Jabbeke prennent d'ores et déjà le train, en général, à Bruges. Une réouverture du point d'arrêt de Jabbeke mènera donc principalement à un déplacement des voyageurs actuels, à condition il est vrai qu'un service de trains similaire à celui de Bruges soit offert à Jabbeke, ce qui n'est pas réaliste. Citons par ailleurs les plans de De Lijn en vue d’une relation de trams répondant mieux aux besoins locaux en matière de déplacement que le train.

Sur la base de l'étude globale rurale, la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) adoptera ultérieurement une position officielle quant à la réouverture ou non de l'arrêt de Jabbeke. Cependant, les premiers indicateurs montrent qu'un déplacement des voyageurs actuels de Bruges à Jabbeke pourrait engendrer peu de nouvelles recettes tandis qu'il y aura bel et bien des coûts d'exploitation supplémentaires, en plus des coûts d'investissement. En outre, il n'est pas du tout évident d'offrir un service de trains attrayant à Jabbeke sans désavantager plusieurs milliers de voyageurs entre Bruges et Ostende.

Tout cela est également abordé dans le cadre de la préparation du plan de transport de décembre 2017, dans laquelle les sociétés de transport public régionales sont impliquées.

Les arrêts plus longs qui, selon vous, pourraient être récupérés grâce à un arrêt à Jabbeke, ne sont pas si longs en réalité (deux ou trois minutes). Seul le train IC 02 Ostende-Anvers s'arrête quatre minutes à Bruges, uniquement en direction d'Ostende, mais il s'agit de la conséquence de restrictions ferroviaires au niveau technique en gare d'Ostende.