Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-9898

de Nele Lijnen (Open Vld) du 24 septembre 2013

au vice-premier ministre et ministre de la Défense

Cybercriminalité - Chiffres - Hacking

criminalité informatique
ministère
protection des données

Chronologie

24/9/2013 Envoi question
30/10/2013 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-9897
Aussi posée à : question écrite 5-9899
Aussi posée à : question écrite 5-9900
Aussi posée à : question écrite 5-9901
Aussi posée à : question écrite 5-9902
Aussi posée à : question écrite 5-9903
Aussi posée à : question écrite 5-9904
Aussi posée à : question écrite 5-9905
Aussi posée à : question écrite 5-9906
Aussi posée à : question écrite 5-9907
Aussi posée à : question écrite 5-9908
Aussi posée à : question écrite 5-9909
Aussi posée à : question écrite 5-9910
Aussi posée à : question écrite 5-9911
Aussi posée à : question écrite 5-9912
Aussi posée à : question écrite 5-9913
Aussi posée à : question écrite 5-9914
Aussi posée à : question écrite 5-9915

Question n° 5-9898 du 24 septembre 2013 : (Question posée en néerlandais)

Eu égard à la cybercriminalité actuelle, je souhaiterais une réponse aux questions suivantes :

1. Pouvez-vous me décrire la situation présente dans vos services ? Ont-ils déjà été la victime de pirates ou de cybercriminels, et dans l'affirmative, combien de fois ?

2. Le nombre de cyberattaques contre vos services a-t-il augmenté ces dernières années ? Pouvez-vous préciser, le cas échéant en donnant des chiffres ?

3. Si vos services ont déjà été la cible d'attaques, quels étaient la nature et les effets de chaque incident ? Par exemple, a-t-on dérobé des informations, attaqué un serveur ou un PC ou saboté une infrastructure ? Pouvez-vous fournir des détails ?

4. Compte tenu des cyberattaques dirigées contre certains services publics, avez-vous pris des mesures en vue de renforcer la sécurité de vos services ? Si oui, lesquelles ? Si non, pourquoi pas ?

5. S'il est ou s'il devait être question d'une cyberattaque sur vos services, quelle est la procédure standard de traitement ?

6. Vos services ont-ils déjà dû s'adresser au parquet à la suite de faits de cybercriminalité, et à combien de reprises ? Pouvez-vous préciser ?

7. Vos services ou votre administration sont-ils tenus de signaler de telles attaques à FEDICT ou à CERT ? Pourquoi (pas) ?

8. Estimez-vous vraisemblable que vos services aient déjà été attaqués par des cybercriminels, mais que ces attaques soient passées inaperçues en raison de techniques flexibles faisant appel à des technologies avancées ?

Réponse reçue le 30 octobre 2013 :

L’honorable membre est prié de trouver ci-dessous la réponse à ses questions:

1. Fin de l’année dernière, le Service Général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) a fait l’objet d’une attaque cyber de haute technologie qui peut être classée dans la catégorie de l’espionnage cyber.

2. et 8. Le terme attaque cyber est un concept vague. La Défense détecte quotidiennement des attaques de malware (virus informatiques) sur ses réseaux. Quelque fois par mois, des virus de plus en plus sophistiqués y sont détectés.

3. Toutes les attaques qui ont été détectées avaient pour objectif le vol d’information sensible. Des tentatives de sabotage n’ont jamais été constatées. En vertu de la loi du 11 décembre 1998 relative aux informations classifiées, plus de détails ne peuvent être communiqués à ce sujet sous forme non-classifiée.

4. J’ai a pris l’initiative de développer sa propre capacité Cyberdefence en 2008. Des mesures techniques et conceptuelles sont prises pour mieux protéger les systèmes. L’équipe Cyberdefence de la Défense développe par exemple des techniques spéciales de détection d’intrusion et est ainsi capable de réagir rapidement face à des incidents.

5. La procédure de traitement des incidents de sécurité sur les réseaux informatiques de la Défense est systématiquement appliquée. Cette procédure prévoit l’intervention rapide de l’équipe Cyberdefence du SGRS en cas d’incidents graves.

6. La Défense doit avertir le Parquet Fédéral lors de la constatation d’infractions (informatiques) sur ses réseaux, comme la loi le prévoit.

7. La Défense est représentée dans le Belgian Network on Information Security (plateforme BELNIS) et travaille en étroite collaboration avec d’autres services comme le Computer Emergency Response Team (CERT).BE . Lors d’incidents de sécurité informatique, les experts du SGRS en évaluent leur gravité et si nécessaire, prennent contact avec d’autres services compétents.