Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3985

de Guido De Padt (Open Vld) du 23 décembre 2011

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur

Pays-Bas - Police - Application pour smartphone et tablette - Information en matière de sécurité

police locale
sécurité publique
informatique appliquée
administration électronique
relation administration-administré
Pays-Bas

Chronologie

23/12/2011 Envoi question
6/3/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-3519

Question n° 5-3985 du 23 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

La section Best-Oirschot-Son et Breugel de la police néerlandaise a développé une application pour smartphone et tablette lui permettant d'informer les citoyens sur les projets liés à la sécurité et de leur communiquer des informations actuelles sur le brigadier de leur quartier et sur les avis de recherche. Celui qui télécharge l'application à partir de l'app-store ou de l'android-market peut en outre signaler les situations d'insécurité ou suspectes. Le secrétaire d'État néerlandais à la Sécurité et à la Justice, Fred Teeven, est tellement conquis par le projet qu'il envisage de l'étendre à l'ensemble des Pays-Bas.

Je souhaiterais obtenir une réponse à la question suivante :

Que pense la ministre du projet néerlandais, lancé à Best - Oirschot - Son, qui permet de donner aux habitants des informations actuelles en matière de sécurité grâce à une application pour smartphone et tablette ? Envisage-t-elle de prendre une initiative semblable en Belgique ? Dans la négative, cette application ne permettrait-elle pas de combler le fossé entre le citoyen et la police ? Dans l'affirmative, combien le développement d'une telle application coûterait-il et quelles fonctions offrirait l'application ?

Réponse reçue le 6 mars 2012 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à ses questions.

L'utilisation des nouvelles technologies (smartphones, tablettes, médias sociaux...) fait actuellement l'objet d'une réflexion au sein des services de police.

Concernant les réseaux sociaux, nous disposons d'un texte stratégique « Une stratégie relative aux médias sociaux pour le service de police intégré » et un groupe de travail est en charge de sa mise en oeuvre pour la police fédérale.

Parallèlement à cela, certains mandataires locaux s'interrogent sur la manière de communiquer aujourd'hui avec le citoyen via Facebook, Twitter et autres médias sociaux, et sur le type d'informations qui peuvent être ou pas diffusées. De même, ils envisagent d'utiliser des pages ou blogs pour la communication avec les citoyens (réaction à une actualité, recevoir des informations opérationnelles, des plaintes...). Avec la réserve toutefois de savoir « jusqu'où peut-on communiquer ».

J’ai chargé la Commissaire Générale de la police fédérale de la mise en place d’un groupe de travail multidisciplinaire afin d’évaluer la possible implémentation du projet Néerlandais.