Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3901

de Bert Anciaux (sp.a) du 2 décembre 2011

à la ministre de l'Intérieur

La grève éclair des centrales 101

grève
téléphone
premiers secours
médecine d'urgence
lutte anti-incendie
police

Chronologie

2/12/2011 Envoi question
7/12/2011 Dossier clôturé

Requalification de : demande d'explications 5-1248
Réintroduite comme : question écrite 5-4869

Question n° 5-3901 du 2 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Mardi 27 septembre, le personnel de la centrale 101 à Gand a organisé une grève éclair. Les activités ont été suspendues entre 8 et 9 heures. Les travailleurs protestent contre la charge de travail trop élevée. Le syndicat a fait remarquer que 22 personnes assurent le service téléphone à la centrale de Gand alors qu'il en faudrait en réalité 28. Pendant l'action, c'est la police qui a répondu aux appels d'urgence passés à la centrale de Gand. Une action similaire avait eu lieu à la centrale d'Anvers la semaine précédente.

Ces grèves éclair sont le signal d'un malaise latent mais croissant. Il s'agit en l'occurrence d'un service qui se trouve à un carrefour important dans notre politique de sécurité, essentiel dans ce type de politique publique, à savoir protéger les citoyens et leur fournir les meilleurs soins, en tout cas lors de catastrophes et d'accidents. Le fonctionnement de ce type de services peut être considéré comme un baromètre d'efficacité et de performance d'une autorité. Ces grèves éclair traduisent dès lors un problème très sérieux.

Comment la ministre évalue-t-elle et interprète-t-elle les grèves éclair, entre autres des services 101 de Gand et d'Anvers ? Admet-elle que ce signal doit être considéré avec le plus grand sérieux ? La ministre comprend-elle les plaintes des membres du personnel concernés ? A-t-elle déjà organisé un entretien avec les membres du personnel et leurs représentants? Est-elle disposée à répondre aux revendications justifiées ? Dans l'affirmative, comment, quand et par quelles mesures ?

La ministre peut-elle garantir un fonctionnement suffisant des centrales 101, y compris pendant les grèves éclair ? Est-elle disposée à en assumer la responsabilité, maintenant qu'elle a été explicitement informée du malaise qui règne dans ces services ?