Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-1

de Bart Tommelein (Open Vld) du 9 aôut 2010

au ministre de la Défense

Afghanistan - Missiles sol-air - Protection des avions F-16

Afghanistan
force multinationale
avion de combat
missile
force à l'étranger

Chronologie

9/8/2010 Envoi question
29/9/2010 Réponse

Question n° 5-1 du 9 aôut 2010 : (Question posée en néerlandais)

Actuellement, six avions F-16 belges sont mobilisés en Afghanistan dans le cadre de la FIAS. Il ressort de différents documents militaires et de récentes informations parues dans la presse nationale et internationale que les Talibans disposent de missiles sol-air en Afghanistan. Ainsi, en 2007, un hélicoptère Chinook a été abattu par un missile sol-air dans la province de Helmand. Sept soldats y ont perdu la vie. En outre, en 2007, un C-130 qui effectuait un ravitaillement en vol a également failli être touché par un missile sol-air. Deux appareils Harrier ont aussi été pris pour cible en août 2007 par un projectile inconnu qui avait atteint l'altitude de 21 000 pieds. Diverses sources indiquent que les Talibans font tout pour se procurer des missiles sol-air MANPAD. Inutile de vous signaler les similitudes avec les missiles « Stinger » utilisés avec succès dans les années 80 contre l'armée soviétique. En outre, les Talibans semblent également utiliser des RPG contre les avions. En août 2009, pas moins de 32 RPG ont été tirés contre des avions et des hélicoptères.

Je suis conscient que le gouvernement est actuellement en affaires courantes mais, étant donné la gravité de la menace à l'encontre de nos avions F-16 que nous mobilisons en Afghanistan et les nouvelles informations en la matière, je me permets de vous soumettre quelques questions urgentes :

1) Avez-vous connaissance d'incidents en Afghanistan au cours desquels des missiles sol-air ont été tirés contre des appareils de la FIAS ou de nos alliés sur place ? Dans la négative, comment expliquez-vous les diverses informations à ce sujet ? Dans l'affirmative, pouvez-vous nous donner des explications détaillées concernant le type de projectiles tirés ?

2) Á ce jour, des missiles sol-air ont-ils été tirés contre nos appareils sur place ? Si oui, de quel type de projectile s'agissait-il et pouvez-vous préciser combien de fois ces incidents ont eu lieu et s'il y avait un danger réel pour l'équipage et/ou les appareils ?

3) Á ce jour, des RPG ont-ils été tirés contre nos appareils sur place ? Si oui, de quel type de projectile s'agissait-il et pouvez-vous préciser combien de fois ces incidents ont eu lieu et s'il y avait un danger réel pour l'équipage et/ou les appareils ?

4) Les règles d'engagement et les caveats ainsi que le modus operandi de notre force aérienne en Afghanistan doivent-ils être adaptés eu égard à la nouvelle menace supposée que représentent les missiles sol-air ? Dans la négative, pourquoi ne faut-il pas le faire ? Dans la négative, pouvez-vous expliciter votre position ?

5) Pensez-vous que les systèmes actuels de défense des avions F-16 mobilisés en Afghanistan sont suffisants étant donné la présence éventuelle de missiles sol-air ? Pouvez-vous préciser votre position de façon circonstanciée ?

Réponse reçue le 29 septembre 2010 :

L'honorable membre est prié de trouver ci-après la réponse à ses questions.

1. Notre présence physique continue et notre représentation au sein de la chaîne de commandement de la FIAS par la présence d’officiers belges au siège de l’État-major de la FIAS à Kaboul mais également le système d’alerte et de rapportage de la FIAS, font que le détachement F16 belge à Kandahar, les équipages C-130 et les autorités militaires de belges sont immédiatement informés de tout incident impliquant des missiles antiaériens signalés à intérieur de l'Afghanistan. Jusqu’à présent, il s’agissait essentiellement d’incidents impliquant des armes non-guidées de type RPG (Rocket-Propelled Grenade) et d'armes légères ("small arms"). Étant donné la nature de ces armes (non guidées et limitées en portée), il appert que ce sont en particulier les hélicoptères avec une faible vitesse et une altitude limitée qui sont vulnérables à de telles attaques.

2/3.Depuis la participation belge à la FIAS, un seul évènement est à signaler à l’encontre d’un de nos C-130 durant sa phase d’atterrissage (tir possible de RPG – non confirmé – le projectile à manqué la cible).

4.Les « règles d'engagement » ou les « caveats » tout comme le modus operandi de nos avions de la Composante Aérienne ne doivent pas être adapté car ils répondent à la menace actuelle.

5.Oui. Les F 16 de notre Composante Aérienne sont équipés de systèmes de détection passive et de systèmes de défense active. Le mode opératoire de ces dispositifs est conçu pour minimaliser le risque d'interception par des missiles antiaériens.