Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-3201

de Margriet Hermans (Open Vld) du 17 mars 2009

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères

Crise des crédits - Manque de financement dans les pays en développement - Banque mondiale - Cession d'un pourcentage du produit intérieur brut

crédit
marché financier
emprunt
Banque mondiale
produit intérieur brut
pays en développement
récession économique
aide au développement
Banque africaine de développement
Banque asiatique de développement
Fonds monétaire international
République démocratique du Congo
exploitation minière
Afrique
crise monétaire

Chronologie

17/3/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 16/4/2009 )
22/6/2009 Réponse

Aussi posée à : question écrite 4-3200
Aussi posée à : question écrite 4-3202

Question n° 4-3201 du 17 mars 2009 : (Question posée en néerlandais)

Les pays en développement pouraient être confrontés cette année à un manque de financement de 270 à 700 milliards de dollars (214 à 555 milliards d'euros). C'est la conséquence d'investissements en forte baisse à cause de la crise économique. C'est ce qui figure dans le rapport de la Banque mondiale qui a été rendu public hier soir.

Le rapport précise que, même si le manque réel se révèle moins important, les organismes internationaux comme la Banque mondiale ne pourront pas boucher seuls les trous. Les pays développés doivent délier les cordons de leur bourse. Le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, a appelé ces derniers mois à la création d'un fonds dans lequel les pays développés verseraient un pourcentage fixe de leur produit intérieur brut (PIB). Les investissements dans les pays en développement pourraient ainsi être payés.

J'aimerais obtenir une réponse aux questions suivantes.

1. Comment le ministre réagit-il au rapport de la Banque mondiale?

2. Peut-il indiquer quel sera l'impact concret sur nos pays partenaires de la crise des crédits? Peut-il ventiler l'impact estimé par pays partenaire?

3. Est-il exact que le secteur minier de la République démocratique du Congo serait immobilisé? Le ministre peut-il préciser l'impact de ce secteur sur les recettes de ce pays?

4. Peut-il indiquer comment notre pays contribuera au soutien des pays partenaires étant donné les effets de la crise?

5. Quelle est la position de notre gouvernement à l'égard de la création d'un fonds alimenté par les pays développés et dans lequel serait versé un pourcentage fixe du PIB? Ce projet a-t-il déjà été examiné lors de forums internationaux? Si c'est le cas, comment ont réagi les pays donateurs à cette suggestion?

Réponse reçue le 22 juin 2009 :

Je voudrais renvoyer l'honorable membre à la réponse du ministre de la Coopération au développement.