SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2013-2014 Zitting 2013-2014
________________
19 février 2014 19 februari 2014
________________
Question écrite n° 5-11153 Schriftelijke vraag nr. 5-11153

de Yves Buysse (Vlaams Belang)

van Yves Buysse (Vlaams Belang)

à la ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Prison de Bruges - Section sans drogue - Programmes antidrogue pour détenus - Situation - Résultats Gevangenis van Brugge - Drugsvrije afdeling - Drugsprogramma's voor gedetineerden - Stand van zaken - Resultaten 
________________
établissement pénitentiaire
toxicomanie
détenu
strafgevangenis
drugverslaving
gedetineerde
________ ________
19/2/2014 Verzending vraag
26/3/2014 Herkwalificatie
19/2/2014 Verzending vraag
26/3/2014 Herkwalificatie
________ ________
Geherkwalificeerd als : vraag om uitleg 5-4962 Geherkwalificeerd als : vraag om uitleg 5-4962
________ ________
Question n° 5-11153 du 19 février 2014 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-11153 d.d. 19 februari 2014 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Dans le complexe pénitentiaire de Bruges, une section sans drogue, la « D-side », a été créée en 2009. À l'époque, cette section offrait une place à 20 détenus masculins qui souhaitaient vivre sans drogue et ne pas être au contact de la drogue durant leur détention. Il s'agissait souvent de toxicomanes ou d'anciens toxicomanes qui voulaient cesser de se droguer ou craignaient de retomber dans la toxicomanie. Ils vivaient côte à côte au sein de la section mais séparés du reste de la prison. Leurs journées étaient partagées, selon un horaire strict, entre travail obligatoire et loisirs et des aptitudes personnelles et sociales leur étaient inculquées. Ils devaient aussi se soumettre à des contrôles visant à déceler la consommation de drogue pour pouvoir suivre le programme. Les (anciens) toxicomanes bénéficiaient d'un accompagnement thérapeutique pour éviter qu'ils rechutent. En 2012, le complexe pénitentiaire de Bruges a lancé pour la première fois le « Programme antidrogue de courte durée pour détenus toxicomanes ». Ce programme visait à conscientiser les toxicomanes aux effets (secondaires) de la drogue et à les motiver à remédier à leur problème de toxicomanie et à éviter de rechuter.

1) Comment les projets (« D-side » et « Programme antidrogue de courte durée pour détenus toxicomanes ») ont-ils évolué depuis leur lancement ? Ont-ils été arrêtés, étendus ou ajustés ?

2) Quel est le nombre de détenus qui ont participé aux projets et comment ont-ils été sélectionnés ?

3) Combien de détenus la section sans drogue peut-elle accueillir simultanément ?

4) Ces initiatives ont-elles été adoptées par d'autres établissements pénitentiaires belges ? Si oui, lesquels ?

5) Les résultats de l'évaluation de ces deux projets ont-ils été comparés à ceux de projets similaires, comme le projet « Boule de neige » mené dans quatre prisons de Wallonie, « Prévenez-vous ! » à Verviers, « B-Leave » et « Schakels » à Ruiselede ? Quelles conclusions en a-t-on tirées quant à la manière de lutter contre la drogue en prison ?

 

In 2009 werd in het penitentiaire complex van Brugge de drugsvrije afdeling "D-side" opgestart. Die afdeling bood toen plaats aan 20 mannelijke gedetineerden die drugsvrij wilden leven en tijdens hun detentie niet geconfronteerd wilden worden met drugs. Vaak ging het om drugsgebruikers of ex-drugsgebruikers die wilden stoppen met drugs of bang waren om te hervallen. Ze leefden samen op de afdeling, maar afgezonderd van de rest van de gevangenis. Ook leefden ze volgens een strikte dagstructuur van verplichte tewerkstelling en vrijetijdsbesteding en werden hen persoonlijke, sociale en leefvaardigheden bijgebracht. Ze moesten ook drugscontroles ondergaan als voorwaarde om het programma te volgen. (Ex-)drugsgebruikers werden therapeutisch begeleid om te voorkomen dat ze zouden hervallen in hun drugsgebruik. In 2012 startte het penitentiaire complex in Brugge voor het eerst met het "Kortdurend drugsprogramma voor drugsgebruikende gedetineerden". Dat programma wilde drugsgebruikende gedetineerden bewust maken van de (neven)effecten van drugs en hen motiveren om aan hun drugsprobleem te werken en te voorkomen dat ze zouden hervallen.

1) Hoe zijn de projecten ("D-Side" en "Kortdurend drugsprogramma voor drugsgebruikende gedetineerden") intussen geëvolueerd? Zijn ze stopgezet, uitgebreid of bijgestuurd?

2) Hoeveel gedetineerden hebben aan de projecten deelgenomen en hoe werden zij geselecteerd?

3) Hoeveel gedetineerden kunnen tegelijk in de drugsvrije zone verblijven?

4) Hebben die initiatieven navolging gekregen in andere Belgische strafinrichtingen? Zo ja, welke?

5) Werd de evaluatie van beide projecten vergeleken met die van de verwante projecten, zoals "Boule de Neige" in vier Waalse gevangenissen, "Prévenez-vous !" in Verviers, B-Leave en Schakels in Ruiselede? Zo ja, wat was daarvan het resultaat? Welke conclusies werden hieruit getrokken voor een verdere aanpak van het drugsprobleem in gevangenissen?