SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2008-2009 Zitting 2008-2009
________________
10 novembre 2008 10 november 2008
________________
Question écrite n° 4-1973 Schriftelijke vraag nr. 4-1973

de Pol Van Den Driessche (CD&V)

van Pol Van Den Driessche (CD&V)

au ministre des Affaires étrangères

aan de minister van Buitenlandse Zaken
________________
Irak - Chrétiens - Oppression - Attitude de la Belgique Irak - Christenen - Onderdrukking - Houding van België 
________________
discrimination religieuse
demandeur d'asile
Iraq
chrétien
asile politique
groupe religieux
liberté de religion
arrestation
discriminatie op grond van godsdienst
asielzoeker
Irak
christen
politiek asiel
godsdienstige groep
vrijheid van godsdienst
arrestatie
________ ________
10/11/2008 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/12/2008 )
4/1/2009 Antwoord
10/11/2008 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 11/12/2008 )
4/1/2009 Antwoord
________ ________
Question n° 4-1973 du 10 novembre 2008 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 4-1973 d.d. 10 november 2008 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

J'ai appris de différentes sources que les chrétiens en Irak, plus précisément dans la région de Mossoul dans le nord du pays, souffrent de graves persécutions par des bandes armées liées à Al-Qaida.

Ainsi, leurs maisons sont détruites et ils sont obligés de quitter les villes pour vivre à la campagne dans des conditions lamentables.

Plus de 15.000 chrétiens auraient déjà pris la fuite.

1. Le ministre a-t-il reçu des informations sur ces événements par voie diplomatique ou autre ?

2. Quelles démarches accomplira-t-il pour intervenir auprès des autorités locales, nationales et supra-nationales pour dénoncer ces situations inacceptables ?

3. Quelles autres mesures ou actions prévoit-il pour lutter contre l'oppression des chrétiens en Irak ?

4. Quelle attitude la Belgique adoptera-t-elle à l'égard des chrétiens irakiens qui demandent l'asile dans notre pays parce qu'ils fuient ces persécutions ?

 

Uit verschillende bronnen verneem ik dat de christenen in Irak, meer bepaald in de regio Mosul in Noord-Irak, te lijden hebben onder ernstige vervolgingen door gewapende bendes, gelinkt aan Al-Quaida.

Zo worden hun huizen vernield en worden ze verplicht de steden te verlaten om op het platteland in erbarmelijke omstandigheden te leven.

Meer dan 15 000 christenen zouden hierdoor al op de vlucht zijn geslagen.

1. Heeft de geachte minister informatie over deze gebeurtenissen ontvangen via diplomatieke of ander weg ?

2. Welke stappen zal hij zetten om bij de lokale, nationale en supra-nationale overheden tussenbeide te komen om deze onaanvaardbare toestanden aan te klagen ?

3. Welke andere maatregelen of acties voorziet hij om de onderdrukking van de christenen in Irak tegen te gaan ?

4. Welke houding zal België aannemen tegenover Irakese christenen die in ons land asiel vragen omdat ze vluchten voor deze vervolging ?

 
Réponse reçue le 4 janvier 2009 : Antwoord ontvangen op 4 januari 2009 :

Je vous remercie de votre question qui traite de l’un des développements politico-sécuritaires les plus préoccupants des derniers mois en Irak.

1. À la date du 13 novembre 2008, et cela depuis la fin du mois de septembre, au moins trente-cinq chrétiens avaient été assassinés dans la ville de Mosul et dans ses environs. Ces assassinats ainsi qu’une intense campagne d’intimidation ont provoqué la fuite de deux mille familles, soit dix mille à douze mille personnes environ. Ces personnes ont cherché refuge dans les districts « chrétiens » de Hamdamya et de Telkeyf (dans la province de Ninive dont le chef-lieu est précisément Mosul) ou dans le reste du Kurdistan. Quelques centaines ont gagné la Syrie. Dans le même temps, on compte en revanche quelques centaines de retours mais les chiffres sont approximatifs. Notons que les attentats et les intimidations contre les chrétiens ne doivent pas faire oublier les violences perpétrées contre d’autres minorités présentes au Kurdistan, à savoir les Yézidis et les Shabaks.

Quant à l’identité des auteurs de ces attentas et intimidations, elle est encore sujette à débat. La piste Al Qaïda est certes accréditée par la haine des membres de cette organisation pour toute confession autre que l’Islam sunnite ainsi que par le fait que Mosul est devenu le lieu de regroupement d’Al Qaïda depuis les sévères défaites que lui a fait subir l’action combinée des troupes irakiennes et américaines. Mais cette campagne de terreur contre les chrétiens et les autres minorités doit aussi être analysée dans un contexte politique marqué, d’une part, par :

  • de virulents contentieux sur le tracé des « frontières internes » (Disputed Internal Boundaries) dont la plus emblématique est la question du statut de Kirkuk, une ville arabisée de force par Saddam Hussein que les responsables kurdes veulent voir, de même que la province homonyme, rattachées à la région autonome du Kurdistan. Comme vous le savez, le référendum sur l’autodétermination de Kirkuk a été reporté sine die. Outre Kirkuk, d’autres territoires sont contestés entre les diverses communautés ;

  • la revendication par les minorités (chrétiens, yézidis, shabaks, turkmènes) d’un quota de sièges assurant leur représentation effective dans le cadre des futures élections provinciales. Après de nombreuses tensions et suite notamment à une démarche de la présidence française à Bagdad, au nom des vingt-sept États membres de l’Union européenne, auprès du gouvernement irakien, la dernière version de loi organisant les élections provinciales prévoit l’attribution de ces quotas de sièges.

2. La Belgique est bien sûr préoccupée de cette campagne d’intimidation, au premier rang desquelles les chrétiens, laquelle contraste de manière dramatique avec une amélioration significative de la sécurité globale en Irak. Notre représentant auprès des Nations unies, siégeant au Conseil de sécurité, a insisté sur cette question lors du débat du 14 novembre 2008 consécutif à la présentation du rapport trimestriel du représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies sur les activités de la Mission d'assistance des Nations unies pour l'Irak (MANUI – United Nations Assistance Mission for Iraq - UNAMI).

Par ailleurs, la présidence française de l’Union européenne à Bagdad a effectué une démarche, au nom des vingt-sept États membres, auprès du gouvernement irakien en vue d’une prise en compte de la représentation des minorités dans la loi organisant les futures élections provinciales. Ainsi que je l’ai mentionné plus haut, la dernière version de la loi électorale adoptée prévoit l’attribution d’un quota de sièges pour les minorités chrétienne, yézidie, shabak et turkmène.

De manière plus générale, la Belgique a fait du rétablissement de l’État de droit en Irak un des volets majeurs de son action à cet égard. L’existence d’un État de droit est la meilleure garantie contre les violations des droits de l’homme et pour la protection des minorités. Aussi la Belgique contribue-t-elle de manière significative, depuis 2005, à l’Action commune EUJUST LEX qui a pour but de former des magistrats, des officiers de police et des responsables d’administration pénitentiaire irakiens.

Quant à un quota pour l’accueil de réfugiés irakiens en Belgique, une telle décision ne peut être prise que dans le cadre d’une décision concertée européenne.

Veuillez être assuré que mes services et moi-même continueront à suivre ce problème avec toute l’attention qu’il mérite.

Ik dank u voor uw vraag over een ontwikkeling op politiek en veiligheidsgebied die de jongste maanden alarmerende proporties heeft aangenomen in Irak.

1. Van eind september tot 13 november 2008 werden in de stad Mosul en omgeving ten minste vijfendertig christenen om het leven gebracht. Deze moorden en een hevige intimidatiecampagne deden tweeduizend christelijke families op de vlucht slaan, wat neerkomt op tienduizend à twaalfduizend personen die een veilig onderkomen zochten in de « christelijke » districten Hamdamya en Telkeyf (in de provincie Ninivah) of elders in Kurdistan. De aanslagen en intimidaties tegen christenen mogen evenwel niet doen vergeten dat ook andere minderheden in Kurdistan, zoals de Yazidi’s en de Shabaks het slachtoffer zijn van geweld.

Wie achter deze aanslagen zit is momenteel nog niet helemaal duidelijk. De Al Qaïda-piste is alleszins een mogelijkheid, rekening houdend met de haat die de leden van Al Qaïda koesteren ten aanzien van andere godsdiensten dan de Soennitische Islam. Daarnaast is het ook zo dat Al Qaïda na de verliezen die hen door de Iraakse en Amerikaanse troepen werden toegebracht, Mosul heeft gekozen als plaats van bijeenkomst. Deze terreurcampagne moet evenwel ook worden bekeken tegen een politieke achtergrond die wordt overheerst door:

  • heftige geschillen over het tracé van de « binnengrenzen » (Disputed Internal Boundaries) en met name over de status van Kirkuk. Maar naast Kirkuk zijn nog andere gebieden een punt van geschil tussen de verschillende gemeenschappen;

  • de eis van de minderheden (christenen, Yazidi’s, Shabaks, Turkmenen) dat hen een zetelquotum wordt toegekend dat voorziet in hun daadwerkelijke vertegenwoordiging bij de komende provinciale verkiezingen. Omdat de spanningen hoog opliepen en na de demarche die het Franse voorzitterschap in Bagdad namens de zevenentwintig lidstaten van de Europese Unie ten aanzien van de Iraakse regering deed, kon worden bewerkstelligd dat het toekennen van zetelquota in de laatste versie van de provinciale verkiezingswet is opgenomen.

2. België maakt zich uiteraard zorgen over deze intimidatiecampagne, die in de eerste plaats tegen christenen is gericht. Deze campagne steekt fel af tegen de algehele veiligheidssituatie in Irak, die aanzienlijk verbeterd is. Onze vertegenwoordiger bij de Verenigde Naties die in de Veiligheidsraad zetelt, vestigde de aandacht op deze kwestie tijdens het debat dat op 14 november 2008 volgde op de voorstelling van het driemaandelijks verslag van de speciaal vertegenwoordiger van de secretaris-generaal van de Verenigde Naties over de activiteiten van de United Nations Assistance Mission for Iraq (UNAMI/MANUI).

Zoals ik reeds aanstipte was er ook de demarche die het Franse Voorzitterschap van de Europese Unie in Bagdad ten aanzien van de Iraakse regering deed namens de zevenentwintig Lidstaten van de Europese Unie.

In het algemeen kan worden gesteld dat het herstel van de Rechtsstaat in Irak een van de grote punten is van de Belgische actie terzake. Een Rechtsstaat is de beste waarborg tegen schendingen van de rechten van de mens en voor de bescherming van minderheden. Sinds 2005 levert België dan ook een aanzienlijke bijdrage aan het gemeenschappelijk optreden EUJUST LEX. Dat heeft ten doel Iraakse magistraten, politieofficieren en verantwoordelijken van het gevangeniswezen op te leiden.

Een beslissing over de quota voor opvang van Iraakse vluchtelingen in België kan alleen in Europees overleg genomen worden.

Ik verzeker het geachte lid dat mijn diensten en ikzelf deze zaak met de nodige aandacht zullen volgen.