4-52

4-52

Sénat de Belgique

Annales

JEUDI 11 DÉCEMBRE 2008 - SÉANCE DE L'APRÈS-MIDI

(Suite)

Demande d'explications de M. Josy Dubié au vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur sur «les menaces contre un journaliste belge d'origine turque» (nº 4-590)

M. le président. - M. Jean-Marc Delizée, secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, adjoint à la ministre de l'Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes, répondra.

M. Josy Dubié (Ecolo). - Dans une dépêche datée du 11 novembre 2008, l'agence de presse indépendante Info-Türk, située en Belgique et spécialisée dans la couverture des événements survenant en Anatolie, a fait état des déclarations ultranationalistes d'un ministre turc et de l'ambassadeur de Turquie à Bruxelles, Fuat Tanlay, prononcées lors d'une cérémonie à l'ambassade de Turquie à l'occasion de l'anniversaire de la mort de Kemal Atatürk, président-fondateur de la Turquie moderne.

L'agence Info-Türk rapporte que le ministre turc de la Défense nationale, M. Vecdi Gönül, a fait l'éloge de la politique de déportation des Grecs et des Arméniens de Turquie organisée au début de la République, affirmant que la création d'une nation turque n'aurait été possible que grâce à cette politique ordonnée par Atatürk.

Toujours selon cette agence, M. Fuat Tanlay, a quant à lui fait la lecture d'un poème haineux en éloge au drapeau turc disant : « Je creuserai la tombe de ceux qui ne te regardent pas avec mes yeux. Je ruinerai le nid de l'oiseau qui vole sans te saluer. »

À la suite de la dépêche d'Info-Türk, plusieurs sites pro-gouvernementaux ont lancé une nouvelle campagne contre l'agence, allant jusqu'à l'incitation au lynchage de son rédacteur en chef, M. Dogan Özgüden, d'origine turque mais de nationalité belge. Ainsi le 14 novembre 2008, le site officiel Beltürk a attaqué Info-Türk en faisant clairement allusion au lynchage en Turquie d'un journaliste d'opposition en 1922. Je cite : « Dans les années de la lutte nationale, le journaliste Ali Kemal a été tué par lynchage car il a demandé l'exécution de Mustafa Kemal Atatürk. En 2000, le nom de ce journaliste a été mis dans la liste de "journalistes martyres" établie par l'Association des Journalistes de Turquie. Après la victoire de la lutte nationale, Ali Kemal a été arrêté le 6 novembre 1922 à Istanbul et tué à İzmit par lynchage sur le chemin d'Ankara ».

Or le journaliste-éditeur Ragip Zarakolu, spécialiste en matière de répression des minorités en Turquie, précise que la raison du lynchage d'Ali Kemal n'était pas son opposition au mouvement kémaliste, mais sa détermination à poursuivre les responsables du génocide arménien, ce que réclame aussi M. Özgüden. Il faut se rappeler qu'en 2007, Hrant Dink, journaliste d'origine arménienne mais de nationalité turque, lui, avait été assassiné à Istanbul à la suite de provocations émanant des médias turcs.

M. Dogan Özgüden, menacé ouvertement de lynchage, a déposé une nouvelle plainte auprès du procureur du Roi contre les instigateurs de la violence et du lynchage. En effet, ce n'est pas la première fois qu'il est soumis à ce genre de pratique.

Le ministre compte-t-il prendre des mesures particulières pour assurer la protection de ce journaliste menacé et lui assurer ainsi le droit de poursuivre son travail ?

M. Jean-Marc Delizée, secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, adjoint à la ministre de l'Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes. - Je vous lis la réponse du ministre.

Le dossier de M. Özgüden a été transmis à la Direction Générale Centre de Crise dans le cadre de la circulaire COL 6/2004 du Collège des procureurs généraux auprès des cours d'appel en ce qui concerne la protection des personnalités, des fonctionnaires publics et des personnes privées menacées. Vous devez toutefois comprendre que dans l'intérêt de la sécurité de M. Özgüden, il n'est pas possible de communiquer les éventuelles mesures de protection qui ont été prises à l'égard de sa personne.

M. Josy Dubié (Ecolo). - Des mesures de protection ont donc été prises ?

M. Jean-Marc Delizée, secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, adjoint à la ministre de l'Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes. - Oui. Absolument.