2-9

2-9

Belgische Senaat

Parlementaire handelingen

DONDERDAG 28 OKTOBER 1999 - NAMIDDAGVERGADERING

(Vervolg)

Mondelinge vraag van mevrouw Clotilde Nyssens aan de Minister van Binnenlandse Zaken en aan de Minister van Justitie over «de Europese school Berkendaal in Vorst» (nr. 2-11)

De voorzitter. - Minister Verwilghen zal antwoorden namens minister Duquesne.

Mme Clotilde Nyssens (PSC). - Je relaie ici une demande de l'association de parents des écoles européennes de Bruxelles. Ce problème n'est pas neuf. Vous savez que l'État belge a rénové à grands frais l'ex-Athénée de Berkendael, avenue de Berkendael, laquelle est située à proximité immédiate des prisons de Forest et de Saint-Gilles, en vue de l'occupation éventuelle de ce bâtiment par une annexe des écoles européennes existantes.

L'utilisation de cette école par les élèves de l'école européenne aurait été prévue au mois de septembre dernier. Suite à un refus de l'association de parents, ce bâtiment reste vide. Or, il est rénové par l'État belge pour un coût d'un demi-milliard. Il semblerait que la direction des écoles européennes ne soit pas totalement opposée à l'utilisation de ces locaux, mais les parents craignent pour leurs enfants la proximité immédiate des prisons. De plus, il est question de l'installation éventuelle d'un centre d'observation clinique de délinquants sexuels graves.

Ma question est la suivante. La décision d'installer ce centre est-elle prise ? Ce centre sera-t-il installé dans la prison de Forest ? Sera-t-il installé dans un bâtiment avoisinant, parce qu'il semble qu'il soit question de deux bâtiments. Dans l'affirmative, toutes les mesures de précaution nécessaires ont-elles été prises pour éviter les dangers éventuels et pour calmer la colère des parents qui ont manifesté ces jours-ci ?

M. Marc Verwilghen, ministre de la Justice. - Je crois utile de préciser que les prisons de Saint-Gilles et Forest sont implantées à l'endroit actuel depuis le siècle passé. À l'époque, les bâtiments de ces prisons n'étaient entourés d'aucun autre bâtiment.

Vous me demandez de confirmer l'existence d'un projet prévoyant la création d'un centre d'observation clinique pour délinquants sexuels sévères à proximité de l'école européenne.

L'arrêté royal du 19 avril 1999 prévoit la création d'un centre pénitentiaire de recherche et d'observation clinique. Ce centre pratiquera des expertises à l'usage du ministère de la Justice et des autorités judiciaires pour des personnes manifestant des problèmes particuliers en matière de pronostic de récidive et de traitement.

Une attention particulière sera accordée aux auteurs d'abus sexuels. Ce centre recevra le statut d'établissement scientifique, ce qui doit garantir l'indépendance nécessaire.

Pour l'instant, l'administration s'occupe de la préparation de la composition du cadre du personnel. Cela signifie que le centre n'est pas encore opérationnel. Aussi bien les membres du personnel que les détenus sont hébergés, comme vous le savez, à la prison de Forest. Cette dernière est suffisamment surveillée pour chaque catégorie de délinquant. Cela signifie également que la rue Berkendael n'accueillera pas un tel centre.

Ma réponse est donc négative. Je précise encore que la Régie des bâtiments a bien acheté un bâtiment qui servira à l'hébergement d'une partie de l'administration pénitentiaire ainsi que des commissions pour la libération conditionnelle.

Mme Clotilde Nyssens (PSC). - Je remercie le ministre de sa réponse. Dans quels délais le centre dont le ministre a parlé sera-t-il installé et opérationnel? Si je comprends bien, sa mise en _uvre est en cours.

M. Marc Verwilghen, ministre de la Justice. - Aucune date précise ne m'a encore été communiquée, mais je pense que tout devrait être en ordre au milieu de l'année prochaine.