1-71

1-71

Sénat de Belgique

Belgische Senaat

Annales parlementaires

Parlementaire handelingen

SÉANCE DU JEUDI 7 NOVEMBRE 1996

VERGADERING VAN DONDERDAG 7 NOVEMBER 1996

(Vervolg-Suite)

DEMANDE D'EXPLICATIONS DE MME DELCOURT-PÊTRE AU MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES SUR « L'APPLICATION DES MESURES DÉCIDÉES PAR LE GOUVERNEMENT EN MATIÈRE D'ALLOCATIONS FAMILIALES »

VRAAG OM UITLEG VAN MEVROUW DELCOURT-PETRE AAN DE MINISTER VAN SOCIALE ZAKEN OVER « DE TOEPASSING VAN DE DOOR DE REGERING GENOMEN MAATREGELEN INZAKE KINDERBIJSLAG »

M. le Président. ­ L'ordre du jour appelle la demande d'explications de Mme Delcourt au ministre des Affaires sociales sur « l'application des mesures décidées par le Gouvernement en matière d'allocations familiales ».

La parole est à Mme Delcourt.

Mme Delcourt-Pêtre (PSC). ­ Monsieur le Président, ma demande d'explications porte sur les décisions annoncées par le Gouvernement dans le secteur des allocations familiales.

Selon les informations dont nous disposons, une mesure serait prise en ce qui concerne les suppléments d'âge accordés aux enfants atteignant l'âge de 6, 12 et 16 ans. Ce dernier supplément serait reporté à 18 ans.

Toujours selon les informations dont nous disposons, il serait question d'accorder, à partir du 1er janvier 1997, la moitié du supplément d'âge pour le premier enfant d'une famille ou l'enfant unique. La proposition du Gouvernement serait d'appliquer cette décision à tous les ménages dont les revenus dépassent 550 000 francs par an.

Ces décisions m'ont étonnée car je pensais que les mesures gouvernementales ne prévoyaient pas de nouvelles formes de sélectivité en matière d'allocations familiales. Or, la liaison des revenus des ménages et des suppléments d'âge implique une nouvelle forme de sélectivité. Cette mesure semble d'autant plus curieuse qu'elle ne paraît pas applicable. En effet, l'Office national d'allocations familiales pour travailleurs salariés n'est pas informé des revenus des ménages, composés de cohabitants en tout cas. Cette mesure paraît donc inapplicable. Je rappelle d'ailleurs que c'est la raison pour laquelle, en 1993, lorsqu'il avait été question d'introduire une sélectivité dans les prestations d'allocations familiales, le Gouvernement avait finalement renoncé à prendre une telle mesure.

J'en viens au problème que constituerait la diminution, à partir du 1er janvier 1997, du supplément d'âge pour le premier enfant d'une famille ou pour les enfants uniques.

Cette mesure est très complexe. Elle va en effet créer de nouvelles catégories d'enfants au sein des familles.

Abordant la pratique dans le secteur des allocations familiales, je me permets de poser quelques questions quant à l'applicabilité de cette mesure. Dans le cas d'un enfant âgé de cinq ans en 1996, la mesure sera-t-elle appliquée une seule fois ? Sera-t-elle au contraire appliquée trois fois au cours de l'enfance et de l'adolescence de ce même enfant, à l'âge de six ans, de douze ans et de dix-huit ans ?

Les familles recomposées ­ actuellement très nombreuses ­ comportent souvent des enfants liés au statut des salariés et d'autres relevant du statut des indépendants. Dans le cas d'une famille ayant la charge d'un enfant âgé de six ans qui dépend du statut des salariés et d'un autre enfant lié au statut des indépendants, la diminution pour le supplément d'âge sera-t-elle appliquée deux fois ?

Autre complication que j'illustrerai par l'exemple d'un enfant âgé de six ans, aîné d'une famille disloquée par un divorce. En cas de constitution d'une nouvelle famille, la mesure de la demi-augmentation lui sera-t-elle appliquée ?

Je crois avoir démontré la complication de cette mesure dans les faits. Elle me paraît tout à fait contradictoire à des orientations prises au cours des dernières années, qui avaient conduit à une simplification et à une plus grande transparence dans le secteur des allocations familiales. Des efforts considérables avaient été accomplis dans ce sens. Je pense notamment à la trimestrialisation. L'attribution des prestations en matière d'allocations familiales semblait satisfaire les familles.

Je m'interroge dès lors réellement sur l'accroissement de la complexité du système qui semblait simple et cohérent.

J'en viens à ma dernière question. Je ne comprends pas pourquoi les décisions du Gouvernement ont porté sur les prestations familiales en tant que telles. Je sais qu'un accord s'était exprimé au sein du Gouvernement pour ne pas prendre de nouvelles mesures fiscales risquant de grever les revenus des travailleurs salariés. Toutefois, des mesures prises en matière de crédits d'impôt, d'avantages fiscaux accordés aux familles en fonction du nombre d'enfants par ménage ne sont pas, à proprement parler, susceptibles d'alourdir la fiscalité. Même si on envisageait de réduire ces avantages fiscaux, le Gouvernement ne serait pas en contradiction avec l'accord précité.

M. Swaelen reprend la présidence de l'assemblée

Ce type de mesures présente un triple avantage. Le premier est d'épargner les prestations familiales et de ne pas accroître la sélectivité.

Le deuxième est une transparence beaucoup plus importante et une simplification certaine, ce qui correspond à la voie empruntée au départ.

Enfin, des mesures prises sur le plan de la fiscalité seraient beaucoup plus justes en termes de justice sociale. En effet, les avantages fiscaux accordés aux familles ayant des enfants à charge bénéficient uniquement à celles qui, si je puis dire, sont suffisament riches pour pouvoir payer l'impôt.

J'aimerais savoir quelles sont les intentions du Gouvernement à cet égard et s'il est encore possible de prendre des mesures sur le plan de la fiscalité plutôt qu'en matière de prestations familiales.

De Voorzitter. ­ Het woord is aan mevrouw Van der Wildt.

Mevrouw Van der Wildt (SP). ­ Mijnheer de Voorzitter, in mijn uiteenzetting wil ik graag mevrouw Delcourt steunen in haar pertinente en zeer praktische vragen over de toepassing van de regeringsbeslissingen in het kader van de begrotingsopmaak en de aangekondigde maatregelen in de kinderbijslag. Ik wens hier evenwel onmiddellijk aan toe te voegen dat noch ikzelf noch mijn partij ons verzetten tegen maatregelen in deze sector, zolang zij beantwoorden aan een duidelijke politieke lijn en beleidsvisie. Ik verwijs hierbij uiteraard naar de kaderwet waarin werd aangekondigd dat het hele stelsel van de sociale zekerheid zou worden hervormd. De maatregelen waarover wij het hier hebben, staan echter ver af van enige hervorming.

Bij de bespreking van de kaderwet tot modernisering van de sociale zekerheid ­ die ik hier vermeld omdat de oppositie onze goedkeuring ervan steeds beschouwt als een zekere ongerijmdheid in ons politiek gedrag ­ werd voortdurend gewezen op de zogenaamde beschermingsfactoren die als garantie bij de diverse maatregelen zouden worden gehanteerd. Daardoor heeft de SP zich altijd akkoord kunnen verklaren met de bepalingen van de sociale kaderwet, ook met de artikelen over de kinderbijslag. Daarin wordt gesproken van « de modernisering van het stelsel met het oog op een vermindering van de bestaansonzekerheid ten gevolge van kinderlast en de aanpassing ervan aan de gewijzigde maatschappelijke omstandigheden, inzonderheid de verschillende gezins- en loopbaanvormen ».

Ik kan mij voorstellen dat tijdens de begrotingsbesprekingen alle mogelijkheden om meer financiële ruimte te creëren werden onderzocht. Globaal is de Regering zeker in haar budgetoefening geslaagd. Ik kan mij echter nauwelijks voorstellen dat de aangekondigde maatregelen in de kinderbijslag, die in 1997 zo'n 325 miljoen moeten opbrengen, enig verband houden met de tekst van de sociale kaderwet die ik zojuist citeerde. De hele operatie in de kinderbijslagregeling, die mevrouw Delcourt zo kritisch op haar toepasbaarheid heeft getoetst, heeft alles weg van een pasmuntregeling waarbij de verschillende partners rond de begrotingstafel hun deel hebben moeten inleveren. Er moest duidelijk iets gebeuren in de kinderbijslag, maar naar de concrete invulling van dat iets is men nog steeds op zoek. Nu de maatregelen in een koninklijk besluit moeten worden omgezet, vrees ik inderdaad voor een ingewikkeld en nagenoeg onuitvoerbaar systeem.

Al jaren spreekt men over de noodzaak van een fundamentele hervorming van de kinderbijslagregeling, vanuit verschillende motieven waarop ik in het korte bestek van mijn betoog in aansluiting bij een vraag om uitleg niet kan ingaan. Deze regeringsmaatregelen maken het systeem echter nog ingewikkelder en houden helemaal geen rekening met nieuwe maatschappelijke stromingen en gezinsvormen. Bovendien discrimineert men kinderen binnen eenzelfde gezin. Wij zijn inderdaad ver verwijderd van het principe van de kinderbijslag als recht van het kind. Mevrouw Delcourt heeft voorbeelden aangehaald waarbij door de hersamenstelling van het gezin en het wisselen van de rangorde de leeftijfdstoeslag de ene keer volledig wordt toegekend en de andere keer wordt gehalveerd. Ik weet niet of de minister zich kan voorstellen welke administratieve procedure moet worden gecreëerd om dit allemaal te volgen en welk effect het zal hebben op de rechthebbende gezinnen. Veranderen van werkgever of een echtscheiding hebben onmiddellijk een vertraging in de uitvoering van de dossiers tot gevolg.

In verband met echtscheiding wil ik terloops wijzen op de noodzaak de kinderbijslagreglementering aan te passen aan de nieuwe bepalingen van de wet van 13 april 1995 inzake het begrip co-ouderschap. De huidige richtlijnen zijn aan deze wet nog niet aangepast en zo kan door de hersamenstelling van een gezin en de rangorde van de kinderen de kinderbijslag enkele duizenden franken meer of minder bedragen naargelang van de situatie van de betrokkenen. Dit onderstreept eens te meer de noodzaak van een fundamentele hervorming.

In de regeringsmaatregelen zijn er twee uitzonderingen waarbij men de leeftijdstoeslag onveranderd laat : bij de verhoogde uitkering van gehandicapte kinderen en bij de wezenbijslag. Vrouwenbewegingen en sociale organisaties vragen al jaren om een gelijke behandeling van wezen en kinderen uit echtscheidingsgezinnen. Is hier enige uitbreiding van vrijstelling naar deze categorie van gezinnen budgettair mogelijk ? Kan de inlevering voor bruto inkomens beneden de 550 000 frank worden teruggevraagd ?

De selectiviteit doet dus op een sluipende wijze haar intrede in deze sector van de sociale zekerheid. Ik vrees dat men, zoals mevrouw Delcourt zegt, over onvoldoende instrumenten zal beschikken om deze selectiviteit met enige rechtvaardigheid toe te passen. Bovendien moeten de betrokkenen de terugbetaling van hun inlevering twee jaar later zelf vragen via hun belastingbrief. Op een ogenblik dat de vierde-wereldbeweging vraagt naar de resultaten van de Regering in verband met bestrijding van armoede en bestaansonzekerheid, lijkt dit mij nogal tegenstrijdig.

Tot slot moet het mij toch van het hart dat ik het een hoogst eigenaardige gedachtengang of hersenkronkel vind dat men meent dat er automatisch equivalente extra maatregelen moeten volgen voor mensen zonder kinderen als maatregelen worden genomen in de sector van de kinderbijslagen. De logica ervan kan waarschijnlijk wel economische en budgettaire gronden hebben en kadert misschien in een bepaalde vorm van nataliteitspolitiek, maar met een dergelijke visie kwetst men mensen op emotioneel en persoonlijk vlak. Voor zo een overweging is er blijkbaar geen plaats in een begrotingsbespreking.

Ik pleit er dan ook voor dat de Regering, veel grondiger dan deze « vluggertjes » de hervorming van de kinderbijslagregeling ter harte neemt, in de zin zoals in de kaderwet was aangekondigd of via andere alternatieve wegen zoals de fiscaliteit.

Tot slot wens ik nog een suggestie te doen. Misschien kunnen wij in het kader van de werkzaamheden rond de problematiek van de sociale uitsluiting met de minister en haar kabinetsmedewerkers een ruim debat over deze materie organiseren in een werkgroep binnen de commissie voor de Sociale Aangelegenheden.

M. le Président. ­ La parole est à M. Bock.

M. Bock (PRL-FDF). ­ Monsieur le Président, l'intervention de Mme Delcourt était annoncée ce matin dans le journal Le Soir . On y disait que cette proposition dénonçait une mesure impraticable, car il s'aggissait « d'allocations familiales sans logique ». Peut-être n'est-elle pas seulement sans logique, mais devrait-elle aussi être corrigée pour plus de justice ?

On a dit ici à plusieurs reprises que les allocations familiales étaient un droit de l'enfant. Nos trois familles politiques interviennent aujourd'hui; les autres font grand bruit mais on ne les voit pas ici ce soir. Puisque nous sommes d'accord sur le principe du droit qu'a l'enfant aux allocations familiales, nous devons agir en conséquence. Ce principe n'est que celui de la vie et de la justice.

Au risque de vous lasser, je vous répéterai : « Un enfant égale un enfant. » Il suffit de constater l'importance que chaque famille accorde à ses enfants ainsi qu'aux enfants des autres.

Une société sans familles ­ et chacun voit en ce terme le sens qui lui plaît ­ serait invivable. On peut faire appel à tous les plus grands savants, économistes, juristes du monde, rien n'assure la force que la société puise dans l'importance accordée aux familles.

Évidemment, nous partageons le souhait exprimé par Mme Delcourt. Sans sortir de notre sujet et sans entrer dans la polémique, cela pourrait être un accroc supplémentaire dû à l'attribution de pouvoirs spéciaux. Est-ce bien prudent ? N'avons-nous pas un devoir de rigueur au moment de faire des choix difficiles, et courageux ? Nous les ferons ou nous crierons avec les loups. Tôt ou tard, l'opinion publique finira bien par juger et par rendre justice à ceux qui auront vu clair.

Je ne compte pas m'attarder sur les remarques parfaitement justifiées, concernant les suppléments d'âge, exprimées par les deux intervenantes qui m'ont précédé à cette tribune. Il est regrettable en effet que ces suppléments soient réduits de moitié pour le premier enfant et reportés à dix-huit ans pour les enfants âgés de seize ans. Mais que dire dans ce cas des allocations familiales du premier enfant d'indépendants ? Impossible de lui supprimer son supplément d'âge puisqu'il n'en reçoit pas !

Je rappelle qu'en juin 1995, nous avions introduit une proposition de loi rappelant le principe « un enfant est un enfant » et dont le texte se terminait comme suit : « Les allocations familiales des enfants d'indépendants ne peuvent être inférieures aux prestations accordées pour les différentes catégories d'enfants par les lois coordonnées relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés. »

Cette proposition de loi voulait mettre tous les enfants du royaume sur le même pied. Faut-il rappeler qu'en matière d'allocations familiales, le premier enfant ou l'enfant unique d'indépendants se voit attribuer environ le tiers du montant prévu pour un enfant de salariés ?

Cette proposition de loi fut discutée le 23 janvier dernier. À ce moment, le Gouvernement a exprimé le souhait d'examiner cette question dans le cadre d'un plan global et a promis qu'avant les vacances d'été, des propositions seraient faites au Parlement concernant le statut social. À l'époque, le Gouvernement estimait que ce n'était pas le moment d'en débattre.

Peut-être ce moment est-il venu aujourd'hui, madame la ministre ? Il faut mettre fin à cette discrimination de manière à mettre sur pied d'égalité tous les enfants de notre pays. Il faut sortir de cette situation injuste. En ne rendant pas justice à tous les enfants, nous ne rendons pas service à notre société.

C'est pourquoi je vous demande, madame la ministre, de bien vouloir répercuter auprès de vos collègues du Gouvernement cette demande concernant les allocations familiales pour les enfants d'indépendants.

M. le Président. ­ La parole est à Mme De Galan, ministre.

Mme De Galan, ministre des Affaires sociales. ­ Monsieur le Président, je crains que ma réponse aux différents intervenants ne soit un peu frustrante. Je déteste manier la langue de bois, parler pour ne rien dire. Il me faut pourtant parler de la décision peaufinée, de ses modalités et de sa praticabilité. En effet, en tant que femme, j'ai plaidé auprès des groupes de travail et lors des réunions restreintes en faveur d'un système qui soit praticable.

Si le fait de réaliser une économie doit avoir pour conséquence de priver certaines familles de leurs allocations familiales à la date prévue, ce sera un coup d'épée dans l'eau, une mauvaise action. Selon moi, contrairement à ce que disent d'aucuns, bon nombre de familles n'utilisent pas leur allocations familiales ou leur prime de naissance pour aller au restaurant : elles ont réellement besoin de cet argent.

C'est demain seulement, madame Delcourt, que le Conseil des ministres se prononcera sur les formules les plus simples et les plus praticables en la matière. L'administrateur général de l'ONAFTS a expliqué en personne à l'ensemble des cabinets concernés les difficultés que poseraient des modalités trop compliquées et une sélectivité qui serait opérée par la suite et qui consisterait donc à annuler une mesure de diminution du supplément d'âge sur la base d'une feuille d'impôts. Je m'en remets à la sagesse de mes collègues pour prendre une décision à cet égard.

Je souhaiterais émettre une réserve par rapport à la réponse technique que je vais vous donner, madame Delcourt, en attendant les résultats que donnera la réunion de demain. Je vous demande donc de ne pas communiquer immédiatement mes réponses à votre correspondant du journal Le Soir, car elles seront peut-être caduques demain, vers 10 heures du matin. Je souhaiterais que nous puissions poursuivre ce débat dans la correction et la collégialité qui ont toujours prévalu dans ces dossiers.

Je précise d'emblée que le Vice-Premier ministre des Finances a expressément demandé de pouvoir rèpondre lui-même à votre dernière question et à toutes celles concernant la fiscalité, la fiscalisation, la prise en compte du montant dans le revenu du ménage, le système du crédit d'impôt ou tout autre système relevant de ses compétences. Il m'a également demandé de rappeler à l'honorable auditoire que les quatre partis de la majorité avaient convenu dans le cours de l'exercice budgétaire, de ne pas alourdir la fiscalité sur le travail. Par ailleurs, si je ne m'abuse, le Vice-Premier ministre avait déjà fait part de son souhait à certains d'entre vous.

Mevrouw Van der Wildt stelt voor een breed debat te voeren over de kinderbijslag, de sociale uitsluitingen en de sociale rechtvaardigheid. Op federaal niveau is de Senaat de meest aangewezen kamer om dit debat te voeren. Mevrouw Maximus heeft voorstellen gedaan in verband met het RIZIV en andere sociale mechanismen. Wij kunnen het hierover uitvoerig hebben in de commissie voor de Sociale Aangelegenheden van de Senaat. De uitvoering van de verschillende kaderwetten gebeurt op langere termijn, maar hier gaat het om een maatregel op korte termijn.

M. Bock m'a interrogé à propos des droits de l'enfant. Cette question relève d'un débat qui doit faire l'objet d'une réflexion profonde au sein de la commission. Dans le cadre général du droit de l'enfant, le statut pécuniaire de l'allocation familiale du premier enfant d'un indépendant paraît inique, mais, comme vous le savez, nos régimes en matière de sécurité sociale ne sont pas uniformes et le statut social de l'indépendant est financé d'une manière différente que celui du salarié. L'indépendant se trouve dans une situation différente, étant lui-même employeur et employé. Le statut social des indépendants ne relevant pas de mes compétences, je ne peux apporter de réponse. Dans la cadre d'une réforme du régime de sécurité sociale, je crois que ce point peut être abordé par la commission ad hoc en collaboration ­ pourquoi pas ­ avec les services de l'INASTI, compétents en la matière. Tels sont les accords, les réserves et les préambules dont je tenais à vous faire part.

Je répondrai à Mme Delcourt sur la base des notes dont je dispose. J'insiste sur le caractère provisoire de mes réponses puisque aucun accord n'a encore été dégagé.

Concernant la réduction de moitié des suppléments d'âge, la mesure s'applique pour l'enfant de premier rang n'ayant pas atteint six ans le 31 décembre 1996, et ce lors de l'octroi de chaque supplément d'âge accordé. Ainsi, l'enfant obtiendra à six ans 461 francs, soit 922 francs divisés par deux; à douze ans, il obtiendra 704 francs et à dix-huit ans, 743 francs. Des exceptions sont toutefois prévues en ce qui concerne cette mesure de réduction : enfant bénéficiaire de prestations familiales garanties, taux majoré d'orphelin, supplément accordé à l'enfant handicapé, supplément social pour invalides, pensionnés, chômeurs de longue durée ou handicapés. Toutes les catégories sociales qui bénéficient d'une majoration échappent donc à la mesure, ce qui n'était pas initialement prévu dans une des premières moutures. Des modifications peuvent encore intervenir et nous ne devons donc pas nous attacher à des textes qui circulent dans des groupes de travail ou dans des réunions inter-cabinets. Cela ne signifie pas que nous n'accordons pas d'attention à un meilleur statut de l'enfant du couple divorcé. On pourrait envisager une formule qui remplacerait le problème de créances alimentaires que nous ne pouvons jamais résoudre. Au sein de la Chambre, des débats ont encore lieu sur ce sujet mais les groupes de la majorité ne sont pas encore sur la même longueur d'onde. À mes yeux, ce type de réflexion de longue durée devrait être abordé au sein du Sénat.

Des mesures transitoires sont prévues pour préserver les droits acquis des enfants bénéficiaires de suppléments d'âge au 31 décembre 1996. Les suppléments d'âge acquis seront donc maintenus dans le cadre de la mesure transitoire.

Seul l'enfant de rang I peut être touché par la mesure de réduction.

Dans l'exemple que vous avez cité, madame Delcourt, les enfants du régime salarié ne seront pas concernés par la mesure puisqu'ils appartiendront aux rangs III et suivants.

En ce qui concerne les enfants placés et les enfants allocataires en leur propre nom, la réduction de 50 p.c. les concerne au même titre que les autres enfants, c'est-à-dire dans la mesure où ils sont du premier rang, s'ils ne sont pas exemptés par des mesures d'exception ou s'ils ne sont pas visés par les mesures transitoires. Les mesures transitoires visent à ne pas toucher moins que ce l'on avait déjà touché auparavant.

J'en viens à ma réponse au point 1.4. En cas de recomposition de ménages, seul l'enfant de premier rang sera touché par la mesure de réduction de 50 p.c., sauf exception et régime transitoire.

Dans l'exemple que vous citez, seul l'enfant qui n'avait pas six ans au 31 décembre 1996 et qui devient premier rang à onze ans sera touché par la mesure. Ainsi, il aura à onze ans un supplément de 461 francs et à douze ans, un supplément de 704 francs. L'autre enfant devenu deuxième rang ne sera plus touché par la mesure. Il recevra donc 922 francs jusqu'à douze ans et ensuite 1 408 francs jusqu'à dix-huit ans et enfin, 1 722 francs.

Par ailleurs, je pense qu'à la suite des explications techniques de l'ONAFTS sur la sélectivité, les 750 000 francs et la récupération a posteriori, et devant les difficultés qu'a expliquées l'administrateur général de l'ONSS au groupe de travail, on peut croire que cette mesure de sélectivité sera abandonné.

Tel est, monsieur le Président, l'état actuel de la question. Je vous renvoie à M. Maystadt pour le point sur la fiscalité. Je me mets, avec les services de l'ONAFTS et mon cabinet, à votre disposition quand vous le souhaitez ou le jugez opportun. Je transmettrai aussi à M. Pinxten les remarques de M. Bock concernant les indépendants. (Applaudissements.)

M. le Président. ­ La parole est à Mme Delcourt.

Mme Delcourt-Pêtre (PSC). ­ Je voudrais remercier Mme la ministre d'avoir apporté des éléments de clarification et je m'engage à ne pas divulguer pour le moment, les réponses qu'elle m'a faites. Si j'ai introduit une demande d'explications aujourd'hui, c'est parce que je savais qu'il y aurait un Conseil des ministres à ce sujet, demain matin. Je voulais rendre attentifs non seulement Mme la ministre, que je sais personnellement très préoccupée de ces questions, mais également tout le Gouvernement. Je tenais à souligner les questions que nous nous posons surtout à l'égard de la « complexification » du système.

Je n'ai pas développé cet argument dans ma demande d'explications mais il conviendrait de mesurer ce que représente cette démarché en matière de frais d'administration. Le coût n'est pas nul. Augmenter considérablement les coûts administratifs, rendre le système plus complexe et introduire de nouvelles catégories ne me semblent pas aller dans le sens d'une politique familiale à long terme dans le domaine des allocations familiales.

En ce qui concerne la fiscalité, j'estime que la diminution d'un avantage fiscal n'est pas une mesure du même ordre que celle qui consiste à alourdir la fiscalité par de nouvelles taxes. La logique ne me semble pas la même, même si l'on peut considérer que le résultat est identique. À mes yeux, la philosophie est différente.

Je vous demande d'être particulièrement attentive à cet aspect des choses, madame la ministre. Je l'ai déjà dit et le redirai à M. le Vice-Premier ministre Maystadt.

M. le Président . ­ La parole est à Mme De Galan, ministre.

Mme De Galan , ministre des Affaires sociales. ­ Monsieur le Président, mes réponses sont basées sur ce que l'ONAFTS proposait comme scénario praticable, le plus facile et le moins nuisible en ce qui concerne les paiements et la ponctualité de ceux-ci.

Vous avez souligné, madame Delcourt, la qualité du travail de cet office. Vous le connaissez d'ailleurs bien pour y siéger aussi. Il ne faut pas non plus mettre en péril un organisme qui fonctionne bien au vu de l'accélération du traitement des dossiers.

Je vous remercie de bien vouloir considérer ma réponse comme provisoire. Nous aurons certainement un débat approfondi sur cette matière dès que possible. Le communiqué de presse révélera quel scénario mes collègues auront choisi.

M. le Président . ­ L'incident est clos.

Het incident is gesloten.