Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-932

de Alexander Miesen (MR) du 22 janvier 2021

à la vice-première ministre et ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques, des Télécommunications et de la Poste

Belgien - Deutsche Sprache - Anerkannte National- und Amtssprache - Gleichberechtigt Behandlung - Konkreten Schritte _________________ Belgique - Langue allemande - Langue nationale officielle - Égalité de traitement - Démarches concrètes

Communauté germanophone
groupe linguistique
emploi des langues
langue minoritaire
langue nationale
langue officielle
égalité de traitement
ministère

Chronologie

22/1/2021 Envoi question (Fin du délai de réponse: 25/2/2021 )
11/2/2021 Réponse

Aussi posée à : question écrite 7-926
Aussi posée à : question écrite 7-927
Aussi posée à : question écrite 7-928
Aussi posée à : question écrite 7-929
Aussi posée à : question écrite 7-930
Aussi posée à : question écrite 7-931
Aussi posée à : question écrite 7-933
Aussi posée à : question écrite 7-934
Aussi posée à : question écrite 7-935
Aussi posée à : question écrite 7-936
Aussi posée à : question écrite 7-937
Aussi posée à : question écrite 7-938
Aussi posée à : question écrite 7-939
Aussi posée à : question écrite 7-940
Aussi posée à : question écrite 7-941
Aussi posée à : question écrite 7-942
Aussi posée à : question écrite 7-943
Aussi posée à : question écrite 7-944
Aussi posée à : question écrite 7-945

Question n° 7-932 du 22 janvier 2021 :

die Deutsche Sprache ist in Belgien anerkannte National- und Amtssprache. Sie ist dem Niederländischen und Französischen in der Verfassung und vielen Gesetzen gleichgestellt.

Trotz dieser wichtigen Verankerung, sieht die Realität leider anders aus. Die Deutsche Sprache wird in der Praxis nicht gleich behandelt: es gibt nach wie vor einen Rückstand bei der Übersetzung von Gesetzestexten, Internetseiten der Behörden sind in Deutsch nicht verfügbar, Kommunikationen finden in Deutsch nicht statt und vieles andere mehr.

Zu dieser Thematik hat es in der vergangenen Legislaturperiode Resolutionen des Senates (Dok 6-270/1) und der Kammer (Dok 54 1939/001) gegeben.

Nicht zu Letzt hat sich natürlich das Parlament der Deutschsprachigen Gemeinschaft (PDG) mit dieser Thematik ausgiebig und mehrfach befasst. Die jüngste Resolution des PDG hierzu (Resolution an die Föderalregierung, an das föderale Parlament, an die Wallonische Regierung, an das Wallonische Parlament und an die Regierung der Deutschsprachigen Gemeinschaft zur Stellung der deutschen Sprache in Belgien unter besonderer Berücksichtigung des Sprachengebrauchs in Verwaltungsangelegenheiten (Dok 296 (2018-2019) Nr.1)) finden Sie auf der Website des PDG: http://www.pdg.be/addons/SharepointDokumentsuche/desktop/SharepointDokDetails.aspx?DokID=a94e82df-2dd1-403a-8f78-93f5f58b0055&FileID=70b2f6d6-ef1f-44d9-9a9e-629012925a39.

Wie Sie den verschiedenen Texten entnehmen können, gibt es zahlreiche Baustellen zur tatsächlichen Gleichbehandlung der deutschen Sprache, auf gesetzgeberischer Ebene, aber insbesondere auch auf Ebene der Exekutiven etwa in Bezug auf die föderalen öffentlichen Dienste.

Hierzu meine Frage an Sie:

Welche konkreten Schritte gedenken Sie mit Ihrer Regierung sowie in Ihrem Ministerium und den in Ihrem Verantwortungsbereich liegenden Einrichtungen zu unternehmen, damit die deutsche Sprache gemäß unserer Verfassung gleichberechtigt behandelt wird?

____________________

L'allemand est une langue nationale officielle en Belgique. Il est mis sur le même pied que le français et le néerlandais dans la Constitution et de nombreuses lois.

Malgré cet ancrage important, la réalité est hélas différente. Dans la pratique, l'allemand ne bénéficie pas d'un traitement équitable: la traduction des textes de loi accuse encore et toujours du retard, les sites internet des autorités ne sont pas disponibles en allemand, les communications ne sont pas effectuées en allemand, etc.

Au cours de la législature précédente, des résolutions sur ce thème ont été adoptées par le Sénat (doc. 6-270/1) et par la Chambre (doc. 54 1939/001).

Le Parlement de la Communauté germanophone (PCG) a bien sûr examiné aussi la question en détail et à de multiples reprises. La dernière résolution du PCG à ce sujet (proposition de résolution au gouvernement fédéral, au Parlement fédéral, au gouvernement wallon, au Parlement wallon et au gouvernement de la Communauté germanophone concernant le statut de la langue allemande, en particulier dans le cadre de l'emploi des langues en matière administrative) est disponible sur le site internet du Parlement: https://www.pdg.be/addons/SharepointDokumentsuche/desktop/SharepointDokDetails.aspx?DokID=f61290b9-094e-44d8-a178-3837d9d64873&FileID=f26d852d-626d-4a08-bb7b-486101a358e9 .

Comme vous pouvez le déduire des différents textes, les chantiers sont nombreux pour atteindre une véritable égalité de traitement en faveur de la langue allemande, non seulement sur le plan législatif mais aussi en particulier au niveau du pouvoir exécutif, par exemple en ce qui concerne les services publics fédéraux.

À ce sujet, je souhaiterais vous poser la question suivante:

Quelles démarches concrètes envisagez-vous d'entreprendre avec votre gouvernement, ainsi qu'au sein de votre ministère et des organismes relevant de votre compétence, afin que la langue allemande bénéficie d'un traitement équitable conformément à la Constitution belge?

Réponse reçue le 11 février 2021 :

Je renvoie l’honorable membre à la réponse qui a été donnée par le premier ministre.