Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5749

de Nele Lijnen (Open Vld) du 29 février 2012

au ministre de la Défense

Somalie - Piraterie - Al-Shabaab - Lutte - Raids aériens - Rôle de l'armée belge

Somalie
piraterie
terrorisme
aviation militaire
force à l'étranger
mission militaire de l'UE

Chronologie

29/2/2012 Envoi question
30/3/2012 Réponse

Question n° 5-5749 du 29 février 2012 : (Question posée en néerlandais)

La Somalie est connue depuis longtemps comme étant un des pays les plus dangereux au monde. Pirates et organisations terroristes contrôlent une grande partie du pays et compromettent toute forme de gestion démocratique ou de mise en place de l'État de droit. Al-Shabaab, composée de différents clans, est une de ces organisations qui combat le gouvernement de transition. Ce sont des islamistes radicaux et ils commettent des actes terroristes.

Des voix s'élèvent en Europe et aux États-Unis pour réclamer des raids aériens contre les bases des terroristes. Jusqu'à présent, on n'a pas réussi à combattre les groupes avec l'armée ou la garde côtière somaliennes parce que les troupes somaliennes sont beaucoup trop faibles. Selon certains, des attaques aériennes ciblées seraient les plus appropriées. Ainsi, par exemple, le Royaume-Uni soutiendrait ces attaques en tout cas là où les pirates et Al-Shabaab agissent ensemble et sont donc très puissants.

L'armée belge est également présente dans la région. On peut lire sur son site internet : « Un détachement de cinq militaires travaille pour la mission European Union Training Mission  Somalia (EUTM Somalia). Au sein du camp Bilhanga, dans l'ouest de l'Ouganda, ils forment le cadre de la nouvelle armée somalienne qui doit assister le gouvernement de transition à la reconquête du contrôle de la Somalie ».

Je souhaiterais obtenir une réponse détaillée aux questions suivantes :

1) Comment percevez-vous la proposition de lancer des attaques aériennes contre les bases des pirates et d'Al-Shabaab ? Pouvez-vous détailler votre réponse ?

2) Cette proposition est-elle appuyée au niveau international ? Quels sont les pays intéressés ?

3) Quel rôle la Belgique pourrait-elle jouer lors de ces attaques ?

4) Où en est la mission des soldats belges visant à former les troupes somaliennes ? Pouvez-vous expliquer leur rôle et indiquer si des progrès ont déjà été réalisés sur la voie de la reconquête du pays ?

Réponse reçue le 30 mars 2012 :

L’honorable membre est priée de trouver ci-après la réponse à ses questions.

1. Les actions militaires menées par EUNAVFOR ATALANTE, l'opération maritime européenne de lutte contre la piraterie dans le Golfe d'Aden et au large des côtes somaliennes, visent la protection de navires vulnérables, en particulier ceux du ‘World Food Programet contribuent à la prévention et la dissuasion des actes de piraterie. Grâce, entre autres, aux opérations maritimes, les succès engendrés par les pirates ont nettement régressé ces derniers mois. Ne pas intervenir raviverait la notion d'impunité. Actuellement, ATALANTE œuvre à la planification opérationnelle d'attaques synchronisées et ciblées d'un certain nombre de dépôts logistiques des pirates sur la côte somalienne. Il ne s'agit pas ici d'offensives contre Al-Shabaab. Ce type d'action est conforme aux résolutions de l'Organisation des Nations unies (ONU) dans le cadre de la dissuasion et de la lutte contre la piraterie. Outre les opérations militaires, l'engagement juridique contre l'impunité et le démantèlement des réseaux de pirates gagneront en importance dans un avenir proche.  

2 et 3. Tant les autorités somaliennes que la Communauté internationale soutiennent l'opération ATALANTE, y compris les actions robustes dont il est question ici. Les éventuelles attaques contre des dépôts logistiques des pirates reçoivent également l'appui général de l'Union européenne. Cependant, il n'est pas encore établi quand et par quels moyens de telles attaques pourraient avoir lieu. L'intention est d'utiliser les moyens aériens adéquats dont l'opération disposera à ce moment-là. Notre pays contribue régulièrement à EUNAVFOR ATALANTE par la mise en œuvre d'une frégate dans la zone opérationnelle pendant trois mois. Notre prochaine contribution, la quatrième depuis le début de l'opération en décembre 2008, se déroulera à partir du mois d'octobre cette année jusqu’en janvier 2013 avec la frégate Louise Marie.  

4. La mission d'entraînement européenne ‘EUTM Somalia’, qui se déroule au camp d'entraînement ougandais de Bihanga, est chargée, avec l'armée ougandaise, d'entraîner le noyau de l'armée somalienne. EUTM contribue indiscutablement à l'approche globale de la communauté internationale pour la stabilité, le développement et la bonne gouvernance en Somalie. La contribution européenne s'oriente principalement vers la formation des officiers et des sous-officiers dans certains domaines d'entraînement spécifiques tels que le déminage, les opérations en agglomération ou les communications. Les cadres instructeurs somaliens devront être capables de poursuivre par eux-mêmes le développement de l'armée somalienne. La formation est complétée par des modules de civilité, genre et droits de l'Homme. Fin 2012, l'EUTM aura entraîné environ 3000 militaires. Les militaires belges qui participent à cette mission européenne sont chargés de la formation des sous-officiers. Entretemps, plus de la moitié de ceux-ci a réintégré les National Security Forces’. Les premiers rapports sur les plans opérationnel et disciplinaire sont positifs. Les militaires somaliens opèrent avec et sous assistance de l'AMISOM, la Force de paix de l'Union africaine. Actuellement, ils contrôlent la ville de Mogadishu. Il a été décidé que l'AMISOM et les forces armées somaliennes renforceraient dans les prochains mois le contrôle dans le centre et le sud de la Somalie. Il s'agit des régions où le Kenya et l'Ethiopie ont récemment mené des actions contre les milices d'Al Shabaab. Malgré la diminution du territoire qui reste sous contrôle d'Al Shabaab, les succès engendrés ne sont pour l'instant pas irréversibles et la situation reste fragile.