Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-11360

de Nele Lijnen (Open Vld) du 4 avril 2014

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Troubles des conduites alimentaires chez les enfants

maladie de la nutrition
jeune
statistique de la santé

Chronologie

4/4/2014 Envoi question
28/4/2014 Fin de la législature

Réponse provisoire (pdf)

Requalification de : demande d'explications 5-4925

Question n° 5-11360 du 4 avril 2014 : (Question posée en néerlandais)

À l’occasion de ma précédente question écrite (n° 5-8549) où j’avais posé à la ministre des question sur les troubles alimentaires chez les enfants, elle répondit : « Dans le cadre hospitalier, le RPM (résumé psychiatrique minimum) nous apprend que pour 45 % des cas d'anorexie traités, on enregistre une nette amélioration ; pour 30 pour cent, des problèmes persistent, et pour 25 pour cent, il est question de situation chronique, voire de décès consécutifs à une dénutrition ou un suicide. » Ces donnés très inquiétantes méritent un suivi.

1) Entre 2005 et 2010, il y a eu une augmentation évidente du nombre d’enfants souffrant de troubles de la conduite alimentaire. La ministre pressent-elle que cette augmentation a continué après 2010 ? Si oui, peut-elle justifier ce sentiment par des données chiffrées et estime-t-elle que cette situation soit préoccupante ? Si non, pourquoi ne dispose-t-on pas de données quantitatives à ce sujet ?

2) Combien d’enfants guérissent-ils après traitement ? Selon la ministre le nombre d'enfants qui guérissent après un traitement est-il en augmentation ?

3) Dans sa réponse à la question n° 5-11085, la ministre mentionne : « Les recherches scientifiques récentes recommandent l’intégration des parents dans le processus thérapeutique de leur enfant. Cela implique un engagement des parents. Ceux-ci sont maintenant considérés comme étant les mieux à même d’aider leur enfant. Ceci, bien entendu, s’ils bénéficient d’un soutien professionnel multidisciplinaire et spécialisé dans ces techniques. » Dans le traitement et la prévention des troubles de la conduite alimentaire prévoit-on un accompagnement spécifique pour la famille ? La ministre peut-elle expliquer pourquoi on le prévoit ou pourquoi on le prévoit pas ?

4) Dans sa réponse à la question n° 5-11085, la ministre mentionne que « plusieurs blogs pro-ana ont été rendus inaccessibles. » De combien de blogs et de sites web s’agit-il ?