Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-10652

de Nele Lijnen (Open Vld) du 18 décembre 2013

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

l'établissement du diagnostic des maladies chroniques à l'aide d'un examen sanguin

maladie chronique
maladie du système nerveux
maladie infectieuse
maladie
diagnostic médical

Chronologie

18/12/2013 Envoi question
4/3/2014 Rappel
28/4/2014 Fin de la législature

Requalification de : demande d'explications 5-4194

Question n° 5-10652 du 18 décembre 2013 : (Question posée en néerlandais)

Les maladies chroniques comme la maladie de Lyme, le syndrome de fatigue chronique (SFC) et le lupus sont des affections qui peuvent être diagnostiquées entre autres au moyen d'analyses sanguines. Pourtant, l'analyse de nombreux paramètres sanguins n'est jusqu'à présent pas pratiquée chez les personnes qui souffrent probablement d'une des affections susmentionnées. Actuellement, il arrive trop souvent que les patients, qui cherchent à faire diagnostiquer leur maladie, subissent une batterie de tests, parmi lesquels différentes analyses d'un nombre plus limité de paramètres sanguins. Il s'agit en outre d'un processus qui peut prendre des années. Cette méthode de diagnostic n'est donc pas très efficace : les dépenses sont élevées, le diagnostic se fait attendre et risque en outre d'être erroné (par ex. : SFC au lieu de maladie de Lyme). Il faut changer les choses et de nombreux patients souffrant du SFC réclament eux aussi une analyse sanguine portant sur un grand nombre de paramètres. Ce type d'analyse peut réduire les coûts et permet aux patients d'obtenir plus rapidement un diagnostic et surtout un diagnostic correct.

L'analyse de nombreux paramètres sanguins permet d'établir une sorte de « profil biomédical » (PBM) grâce auquel le médecin pourra constater rapidement des anomalies sanguines. J'imagine qu'une banque de données PBM pourrait être créée pour permettre la consultation de ces profils.

Mes questions sont les suivantes.

1) La ministre est-elle au courant du problème décrit ci-dessus ? Peut-elle donner des explications ?

2) La ministre estime-t-elle nécessaire de faire réaliser une étude sur le mode de diagnostic en vue de l'établissement d'un diagnostic correct ? Si oui, peut-elle développer sa réponse ? Si non, pour quelle raison ?

3) Que pense la ministre de la proposition d'analyser de nombreux paramètres sanguins dès l'apparition des premiers indices de SFC, de manière à établir un profil biomédical ? Peut-elle détailler et argumenter sa réponse ?

4) Que pense la ministre de l'idée de créer une banque de données relatives à une espèce de profil biomédical ?