Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-5484

de Ann Somers (Open Vld) du 7 décembre 2009

à la vice-première ministre et ministre de l'Emploi et de l'Égalité des chances, chargée de la Politique de migration et d'asile

Taux d'activité des seniors - Augmentation - Pacte de solidarité entre les générations - Objectifs de Lisbonne - Mesures dans d'autres pays européens - Initiatives en Belgique

travailleur âgé
vieillissement de la population
population active
population en âge de travailler

Chronologie

7/12/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/1/2010 )
1/2/2010 Réponse

Réintroduction de : question écrite 4-4421

Question n° 4-5484 du 7 décembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

À politique inchangée, un jeune de 15 ans ne travaillera en moyenne que 28,4 ans durant sa carrière. C'est ce qui ressort d'une projection d'experts du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF ETCS). Lors d'un collogue de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) il a été constaté que le Pacte de solidarité entre les générations n'atteignait pas ses objectifs et ne contribuait pas à une augmentation sensible du taux d'activité des seniors. La Belgique ne parvient toujours pas à atteindre la moyenne de l'Union européenne (UE).

Il ne semble pas que les choses changeront rapidement. Des pays comme les Pays-Bas, la Finlande et l'Allemagne, voire la France, ont pris de nouvelles mesures ces dernières années pour maintenir plus longtemps les personnes au travail. Ce sont surtout les pays qui optent pour une approche intégrale portant sur tous les domaines de la politique menée et l'ensemble de la carrière qui obtiennent des résultats favorables.

1. L'ambition de la ministre est-elle toujours d'atteindre les objectifs de Lisbonne et d'arriver aussi rapidement que possible à un taux d'activité de 50% des plus de 55 ans ?

2. Quel délai concret estime-t-elle réalisable compte tenu de la crise économique ?

3. Tiendra-t-elle compte des mesures que les autres pays européens ont prises et qui ont contribué à une augmentation sensible du taux d'emploi des plus de 55 ans ?

4. Quelles mesures concrètes entrent-elles en ligne de compte pour le marché du travail belge ?

5. Tiendra-t-elle compte du constat que ce sont surtout les pays qui optent pour une approche intégrale portant sur tous les domaines de la politique menée et l'ensemble de la carrière qui obtiennent des résultats favorables dans l'augmentation du taux d'emploi des plus de 55 ans ?

6. Qu'est-ce que cela signifie concrètement dans le contexte belge et quelles initiatives prendra-t-elle à cet égard ?

Réponse reçue le 1 février 2010 :

1. Oui.

2. Pour l’instant, aucune institution sérieuse ni internationale ni belge ne se risque à des pronostics précis quant à la fin de la crise et l’évolution future du marché de l’emploi. Il ne me paraît pas raisonnable de le faire.

3. Il est évident que la politique des autres pays européens, confrontés par le passé et actuellement à la nécessité d’accroître le taux d’emploi des travailleurs âgés, constitue une source d’inspiration importante pour la stratégie que je déploie.

4. Chaque pays a une structure socio-économique propre, un contexte historique et politique particulier, des traditions et des méthodes de travail différentes. Il n’est donc presque jamais possible de transposer des mesures telles qu’elles. Mais comme je l’ai déjà précisé, les méthodes qui fonctionnent constituent une source d’inspiration pour ma propre politique.

5. Je souscris évidemment au principe de cohérence des mesures au sein de domaines stratégiques différents. Si l’évaluation du pacte entre les générations à laquelle je fais référence dans les questions 4-4418 et 4-4420 de l’honorable membre démontrait la nécessité de nouvelles mesures, ces dernières suivraient évidemment cette méthode de travail.

6. Je veillerai à ce que le Pacte entre les générations soit évalué comme prévu et que la concertation nécessaire débute en temps voulu.