Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-4419

de Ann Somers (Open Vld) du 17 septembre 2009

à la vice-première ministre et ministre de l'Emploi et de l'Egalité des chances, chargée de la Politique de migration et d'asile

Taux d'activité des seniors - Augmentation - Pacte de solidarité entre les générations - Conséquences - Prépensions - Accompagnement obligatoire de l'outplacement - Chiffres - Adaptation du système - Activation des demandeurs d'emploi - Accord de coopérat

travailleur âgé
vieillissement de la population
retraite anticipée
aide au reclassement
lutte contre le chômage
population active
population en âge de travailler

Chronologie

17/9/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 22/10/2009 )
25/11/2009 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 4-5482

Question n° 4-4419 du 17 septembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

À politique inchangée, un jeune de 15 ans ne travaillera en moyenne que 28,4 ans durant sa carrière. C'est ce qui ressort d'une projection d'experts du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF ETCS). Lors d'un collogue de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) il a été constaté que le Pacte de solidarité entre les générations n'atteignait pas ses objectifs et ne contribuait pas à une augmentation sensible du taux d'activité des seniors. La Belgique ne parvient toujours pas à atteindre la moyenne de l'Union européenne (UE). Tout cela est problématique eu égard aux conséquences du veillissement.

Le directeur général du SPF ETCS affirme que les résultats du système des prépensions sont très mitigés. Le nombre de “jeunes” prépensionnés de moins de 55 ans a diminué de moitié ces dernières années. Mais le nombre global de prépensionnés continue à augmenter. En outre, il était question d'une explosion du crédit-temps pour les plus de 50 ans. Certes, des efforts ont été accomplis pour l'activation des seniors. Mais dans le même temps, la part des plus de 50 ans dans les dépenses de chômage est passée de 54,3% en 2000 à 57,4% en 2008.

1. Combien de travailleurs seniors, à qui un accompagnement obligatoire de l'outplacement devait être offert, ont-ils effectivement fait appel à cette possibilité depuis l'entrée en vigueur du Pacte de solidarité entre les générations ?

2. Combien de ces personnes ont-elles trouvé un nouvel emploi grâce à l'accompagnement de l'outplacement ?

3. Combien de ces personnes ont-elles suivi l'outplacement, mais sont ensuite restées dans le système de la prépension ?

4. La ministre estime-t-elle que l'accompagnement de l'outplacement pour les travailleurs seniors qui démissionnent doit être développé de manière plus intensive ?

5. Quelles adaptations sont-elles nécessaires ?

6. Estime-t-elle que l'obligation en matière d'outplacement ne doit pas seulement se limiter à l'offre émanant de l'employeur, mais doit également s'appliquer au travailleur qui est tenu d'accepter l'offre ?

7. Lors du renouvellement de l'accord de coopération entre l'État fédéral et les entités fédérées en matière d'activation des demandeurs d'emploi, plaidera-t-elle clairement en faveur de l'élargissement du groupe cible aux plus de 50 ans et, dans l'affirmative, à quelles conditions ?