SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2015-2016 Zitting 2015-2016
________________
20 avril 2016 20 april 2016
________________
Question écrite n° 6-918 Schriftelijke vraag nr. 6-918

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

au ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Radicalisation - Lutte - Détenus - Accompagnement - Réintégration dans la société - Projets en matière d'emploi - Coopération avec les Régions Radicalisering - Strijd - Gevangenen - Begeleiding - Re-integratie in de samenleving - Projecten op het vlak van tewerkstelling - Samenwerking met de Gewesten 
________________
extrémisme
détenu
établissement pénitentiaire
demande d'emploi
formation professionnelle
réinsertion sociale
coopération institutionnelle
radicalisation
extremisme
gedetineerde
strafgevangenis
zoeken naar een baan
beroepsopleiding
reclassering
institutionele samenwerking
radicalisering
________ ________
20/4/2016 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 19/5/2016 )
31/3/2017 Antwoord
20/4/2016 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 19/5/2016 )
31/3/2017 Antwoord
________ ________
Question n° 6-918 du 20 avril 2016 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 6-918 d.d. 20 april 2016 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Les prisons sont souvent une source de radicalisation. Bon nombre de jeunes détenus n'entament leur carrière criminelle qu'après un premier séjour en établissement pénitentiaire. Notre pays compte le plus grand nombre de récidivistes au monde. Nos prisons ne contribuent aucunement à ce que ces personnes se soient amendées au moment de se réinsérer dans dans la société.

Par conséquent, la Justice n'est pas la seule à pouvoir garantir une bonne réintégration des anciens détenus dans notre société. Trop souvent, on ne s'intéresse qu'à la Justice alors que les Régions et Communautés ont elles aussi jouer un rôle à jouer dans la «rééducation» ou l'accompagnement et l'orientation des détenus et ex-détenus.

Ainsi, les Régions ont un rôle essentiel à remplir dans la politique de l'emploi.

1) De quelle manière les Régions sont-elles associées à l'accompagnement d'ex-détenus dans la recherche d'un travail de qualité ?

2) Des formations spéciales sont-elles organisées conjointement avec les Régions ? Dans l'affirmative, dans quelles prisons ? Dans la négative, pourquoi ?

3) Le ministre pense-t-il comme moi qu'un bon accompagnement dans la recherche d'un emploi est une condition importante pour une réintégration réussie dans notre société?

4) Les détenus sont-ils déjà aidés dans la dernière phase de leur détention pour la recherche d'un travail de qualité ou cet accompagnement n'est-il assuré que dans le cadre de l'accueil post-pénitentiaire? Le ministre pense-t-il comme moi que d'importantes actions peuvent et doivent déjà être entreprises pendant la détention pour aider le détenu à trouver et à obtenir un travail de qualité?

5) Y a-t-il, au sein du département de la Justice, un service ou une personne chargée de coordonner la coopération avec les Régions ou est cette tâche est-elle exclusivement laissée à la bonne volonté des responsables au sein des prisons ?

6) Au sein de la Justice, combien de personnes sont-elles chargées de cette question extrêmement importante pour la réussite de la réintégration dans la société ?

7) Le ministre pense-t-il comme moi qu'un travail de qualité est un instrument extrêmement important de lutte contre la récidive ?

 

Gevangenissen zijn vaak een bron van radicalisering. Vele jonge gevangenen starten hun criminele carrière pas na een eerste verblijf in de gevangenis. Ons land telt de hoogste recidivisten-cijfers ter wereld. Onze gevangenissen zorgen er geenszins voor dat mensen beter in de samenleving terugkomen.

Justitie is bijgevolg niet de enige die kan instaan voor een goede re-integratie van ex-gedetineerden in onze samenleving. Veel te vaak kijkt men enkel naar Justitie, maar ook de gewesten en gemeenschappen moeten hun rol spelen in het "heropvoeden" of het begeleiden en oriënteren van gevangenen en ex-gedetineerden.

Zo hebben de gewesten een essentiële rol te vervullen in het tewerkstellingsbeleid.

1) Op welke wijze worden de gewesten betrokken bij de begeleiding van ex-gedetineerden naar zinvol werk?

2) Worden er samen met de gewesten in speciale opleidingen voorzien? Zo ja, in welke gevangenissen? Zo neen, waarom niet?

3) Is de minister het met me eens dat een goede begeleiding naar werk een belangrijke voorwaarde is voor een geslaagde re-integratie in onze samenleving?

4) Worden gedetineerden reeds op het einde van hun gevangenisstraf geholpen in het zoeken naar zinvol werk of wordt dit louter overgelaten aan de opvang na de gevangenis? Is hij het met me eens dat reeds tijdens de detentie belangrijke stappen kunnen en moeten gezet worden voor het bekomen en vinden van zinvol werk?

5) Is er binnen Justitie een dienst en is er iemand bezig met het coördineren van deze samenwerking met de gewesten of wordt dit uitsluitend overgelaten aan de goodwill van de verantwoordelijken binnen de respectievelijke gevangenissen?

6) Hoeveel mensen zijn er binnen Justitie bezig met deze uiterst belangrijke problematiek voor een geslaagde re-integratie in de samenleving?

7) Is hij het met me eens dat het vinden van zinvol werk een uiterst belangrijk instrument is tegen recidivisme?

 
Réponse reçue le 31 mars 2017 : Antwoord ontvangen op 31 maart 2017 :

Il est renvoyé à la réponse donnée à la question n° 6-915, également posée par l’honorable sénateur.

Er wordt verwezen naar het antwoord dat wordt gegeven op vraag nr. 6-915, eveneens gesteld door deze senator.