SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2012-2013 Zitting 2012-2013
________________
29 aôut 2013 29 augustus 2013
________________
Question écrite n° 5-9822 Schriftelijke vraag nr. 5-9822

de Nele Lijnen (Open Vld)

van Nele Lijnen (Open Vld)

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances

aan de vice-eersteminister en minister van Binnenlandse Zaken en Gelijke Kansen
________________
Sms furtifs - « Stealth-sms » - Utilisation - Cadre légal - Vie privée Spookberichten - "stealth-sms" - Gebruik - Wettelijk kader - Privacy 
________________
téléphone mobile
police
police locale
lutte contre le crime
télédétection
communication mobile
mobiele telefoon
politie
gemeentepolitie
misdaadbestrijding
teledetectie
mobiele communicatie
________ ________
29/8/2013 Verzending vraag
21/11/2013 Rappel
6/1/2014 Rappel
6/1/2014 Herkwalificatie
29/8/2013 Verzending vraag
21/11/2013 Rappel
6/1/2014 Rappel
6/1/2014 Herkwalificatie
________ ________
Aussi posée à : question écrite 5-9823
Requalifiée en : demande d'explications 5-4802
Aussi posée à : question écrite 5-9823
Requalifiée en : demande d'explications 5-4802
________ ________
Question n° 5-9822 du 29 aôut 2013 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-9822 d.d. 29 augustus 2013 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Aux Pays-Bas, l'utilisation par la police des stealth-sms ou sms furtifs fait des remous. Les détracteurs estiment que cette technique permet à la police d'utiliser les gsm comme une « balise de détection » alors qu'aucun cadre légal n'assure le respect de la vie privée (il n'existe qu'un règlement interne). L'utilisateur du gsm ignore qu'il a reçu un sms, mais l'appareil le reçoit bel et bien. La réception du message entraîne l'envoi d'un signal à l'antenne-relais. La police peut ensuite demander ces données à un fournisseur télécom pour déterminer de façon précise l'endroit où se trouve un suspect. Un tel sms furtif a une utilité réduite, mais si plusieurs messages sont envoyés, il est possible de suivre les déplacements d'un individu. Au lieu d'attendre un signal provenant du suspect, la police envoie elle-même des sms. Selon les adversaires de cette technique, la police néerlandaise aurait préféré garder celle-ci secrète et son existence aurait été dévoilée de manière assez fortuite.

Selon les détracteurs, la police néerlandaise doit faire mention des sms furtifs s'ils sont utilisés en tant que preuve, mais pas dans les autres cas. Selon l'organisation néerlandaise Bits of Freedom, la police ne respecte pas ses propres règles. Dans certains dossiers judiciaires, le recours à ces sms n'aurait été divulgué qu'après un examen approfondi par les avocats.

J'aimerais obtenir une réponse des ministres aux questions suivantes :

1) La police belge utilise-t-elle cette technique ? Dans l'affirmative ou dans la négative, pourquoi et pouvez-vous détailler votre réponse ?

Dans la négative, cet usage a-t-il déjà été envisagé et qu'en pensez-vous ?

2) Si la technique est déjà utilisée, depuis combien de temps et combien de fois y a-t-on recouru ?

3) Si la technique est déjà utilisée, dans quel cadre légal s'inscrit-elle dans notre pays ?

4) Si la technique n'est pas appliquée, est-il techniquement possible et réalisable d'envoyer des sms furtifs à l'avenir ?

 

In Nederland is er enige ophef over het gebruik van de zogenaamde stealth-sms of "spookberichten" door de politie. Critici stellen dat dit de politie de macht geeft om ieders gsm als een soort mini peilbaken te gebruiken zonder dat hiervoor een wettelijk kader bestaat die de burger enige privacy biedt (er is slechts een intern reglement). De gebruiker van de gsm heeft geen weet van de verborgen sms, maar de gsm ontvangt de sms dus wel degelijk. Door de ontvangst van het bericht maakt de gsm contact met een lokale zendmast. De politie kan vervolgens bij een telecomaanbieder deze gegevens opvragen om zo redelijk precies te bepalen waar een verdachte zich bevindt. Een zulk spookbericht is slechts beperkt nuttig, maar bij meerdere berichten kan het bewegingspatroon van een individu wel degelijk gevolgd worden. In plaats van te wachten op een gsm-signaal van de verdachte zelf, verstuurt de politie zelf actief sms'jes. Tegenstanders van de techniek werpen verder op dat de Nederlandse politie deze techniek liever geheim had gehouden, en dat het gebruik ervan redelijk toevallig is uitgekomen.

Volgens critici hoeft de Nederlandse politie het gebruik van de stealth-sms te vermelden als het gebruikt wordt als bewijs. In andere gevallen hoeft dit dus niet. "Daarbij blijkt dat de politie zich ook nog eens niet aan deze eigen regels houdt. In een aantal rechtszaken blijkt dat pas na goed onderzoek van advocaten de inzet van deze sms-berichten boven tafel kwam," aldus de Nederlandse organisatie Bits of Freedom.

Graag had ik de geachte ministers volgende vragen gesteld:

1) Maakt de politie in België gebruik van deze techniek? Waarom wel of niet en kan u hierbij toelichten?

Indien neen, is het gebruik ervan reeds overwogen en wat vindt u ervan?

2) Indien de techniek reeds gebruikt wordt, hoe lang reeds en hoe vaak is ze al toegepast?

3) Indien de techniek reeds gebruikt wordt, door welk wettelijk kader wordt dit in ons land geregeld?

4) Indien de techniek niet toegepast wordt, is het technisch mogelijk en haalbaar om in de toekomst eventueel wel stealth-sms'jes te versturen?