SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2012-2013 Zitting 2012-2013
________________
29 mars 2013 29 maart 2013
________________
Question écrite n° 5-8660 Schriftelijke vraag nr. 5-8660

de Nele Lijnen (Open Vld)

van Nele Lijnen (Open Vld)

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

aan de vice-eersteminister en minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen
________________
Drogue « Crocodile » - Désomorphine - Présence en Belgique et dans l'Union européenne - Médias Drug 'krokodil' - Desomorfine - Aanwezigheid in België en de Europese Unie - Media 
________________
stupéfiant
toxicomanie
verdovend middel
drugverslaving
________ ________
29/3/2013 Verzending vraag
23/9/2013 Rappel
29/10/2013 Rappel
3/12/2013 Herkwalificatie
29/3/2013 Verzending vraag
23/9/2013 Rappel
29/10/2013 Rappel
3/12/2013 Herkwalificatie
________ ________
Requalifiée en : demande d'explications 5-4368 Requalifiée en : demande d'explications 5-4368
________ ________
Question n° 5-8660 du 29 mars 2013 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-8660 d.d. 29 maart 2013 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Je me réfère à la réponse que vous avez apportée à ma question écrite n° 5-7775 du 16 janvier 2013. Vous y écrivez qu'« aucun cas de consommation ni d'intoxication par la « Crocodile » n'est connu à ce jour en Belgique. En outre, aucune intoxication par ce produit n'a été signalée dans l'Union européenne ». Vous ajoutez que « les comprimés qui servent de produit de base à la fabrication de la « Crocodile » soit ne sont pas disponibles en Belgique soit le sont uniquement sur prescription médicale ».

En 2011, la drogue a quelque peu attiré l'attention de la presse néerlandaise. Celle-ci a alors annoncé que la drogue n'avait encore jamais été rencontrée aux Pays-Bas mais qu'elle gagnait du terrain en Allemagne. La « Crocodile » (nom donné à la désomorphine impure de fabrication artisanale en Russie) pénétrait donc en Europe de l'Est via la Russie. Sur internet circulent également des images horribles provenant d'Europe de l'Est et montrant des personnes dont les membres se gangrènent sous l'effet de cette drogue bon marché. La drogue y est très populaire parmi les jeunes déshérités.

On trouve aussi sur internet des messages « rassurants » à propos de la « Crocodile » : selon certains médias, la « Crocodile » n'aurait pas encore atteint les Pays-Bas. Il est en outre peu probable que ce produit soit utilisé à grande échelle par les Néerlandais. Contrairement à l'ancienne URSS, ceux qui recherchent de tels produits disposent de suffisamment d'alternatives. Selon Jellinek, un organisme néerlandais spécialisé dans les assuétudes, on dénombre aux Pays-Bas 2 300 héroïnomanes. Cela représente 13 % des 17 000 personnes considérées comme des consommateurs problématiques de drogues dures. Il convient toutefois de faire une mise en garde : une politique rigide en matière de toxicomanie, combinée à une détérioration des conditions économiques des couches les plus défavorisées de la population, entrouvre la porte à la consommation de substances telles que la « Crocodile ». (http://www.grenswetenschap.nl/permalink.asp?grens=8337).

Je souhaiterais poser à la ministre les questions suivantes.

1) Est-il possible que la « Crocodile » ou d'autres formes de désomorphine impure aient provoqué des décès mais que ceux-ci soient répertoriés dans d'autres statistiques, y compris au niveau européen ? Dans la négative, comment expliquer alors les messages publiés dans les médias et sur internet, en provenance d'Allemagne, par exemple ? Comment évaluez-vous de tels messages ?

2) Est-il possible que nous sous-évaluions l'importance de cette drogue et que celle-ci produise (dans une mesure limitée) des effets très négatifs dans la fange du monde de la drogue ?

3) Pensez-vous qu'il soit de l'ordre du possible que cette drogue devienne à terme, par l'intermédiaire du circuit illégal, une variante bon marché de l'héroïne grâce à son prix moins élevé ?

 

Ik verwijs naar uw antwoord op schriftelijke vraag 5-7775 van 16 januari 2013. U schrijft dat tot op heden "geen enkel geval van gebruik noch intoxicatie met "krokodil" bekend is in België. Bovendien werd nog geen enkele intoxicatie met dit product gemeld in de hele Europese Unie." Verder meldde u mij dat de grondstoffen die nodig zijn om de drug te maken, "ofwel niet te verkrijgen zijn in België, ofwel enkel verkrijgbaar zijn op doktersvoorschrift."

In 2011 kreeg de drug enige aandacht in de Nederlandse pers. Toen werd bericht dat de drug ook daar nog niet was aangetroffen, maar dat deze wel aan "belang" won in Duitsland. Via Rusland sloop krokodil (dit is de bijnaam voor de onzuivere en zelfgemaakte desomorfine in Rusland) aldus Oost-Europa binnen. Op het internet circuleren ook gruwelijke beelden uit Oost-Europa van mensen met rottende ledematen, aangetast door de goedkope drug. Daar is de drug populair onder arme jongeren.

Op internet verschijnen "geruststellende" berichten met betrekking tot krokodil: Volgens sommige media zou de drug krokodil Nederland nog niet hebben bereikt. “Het is ook onwaarschijnlijk dat het spul grootschalig door Nederlanders gebruikt zal worden. In tegenstelling tot de voormalige USSR zijn er, voor wie dat wil, in ons land voldoende alternatieven. Het aantal heroïne-spuitende gebruikers in Nederland bedraagt volgens Jellinek 2300. Dat is 13 % van 17 700 mensen die men kan scharen onder de noemer problematische harddruggebruikers. Toch is een waarschuwing op zijn plaats. Een rigide drugsbeleid in combinatie met de verslechterende economische omstandigheden van de onderlaag zet de deur op een kier voor stoffen zoals de drug krokodil." (http://www.grenswetenschap.nl/permalink.asp?grens=8337).

Graag had ik de geachte minister volgende vragen gesteld:

1) Is het mogelijk dat er toch doden gevallen zijn door krokodil of onzuivere desomorfine, maar dat zij "ingedeeld" worden in een andere statistiek, ook op het Europese niveau? Indien neen, hoe valt dit te rijmen met de berichten in de media en op het internet, bijvoorbeeld uit Duitsland? Hoe evalueert u zulke berichtgevingen?

2) Is het mogelijk dat we deze drug onderschatten en dat hij (in beperkte mate) zeer negatief te werk gaat in de onderbuik van de drugswereld?

3) Acht de geachte minister het mogelijk dat deze drug op termijn via het illegale circuit een goedkopere variant van heroïne wordt, gelet op de lagere prijs?