SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2012-2013 Zitting 2012-2013
________________
14 février 2013 14 februari 2013
________________
Question écrite n° 5-8125 Schriftelijke vraag nr. 5-8125

de Nele Lijnen (Open Vld)

van Nele Lijnen (Open Vld)

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

aan de vice-eersteminister en minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen
________________
Importation de viande de porc - Roumanie - Rapport d'audit de l'Office alimentaire et vétérinaire - Contrôle défectueux- Peste porcine Import varkensvlees - Roemenië - Auditverslag Voedsel- en Veterinair Bureau - Gebrekkige controle - Varkenspest 
________________
Roumanie
Office alimentaire et vétérinaire
inspection des aliments
viande porcine
peste animale
Roemenië
Voedsel- en Veterinair Bureau
Keuringsdienst van waren
varkensvlees
veepest
________ ________
14/2/2013 Verzending vraag
23/9/2013 Rappel
29/10/2013 Rappel
3/12/2013 Herkwalificatie
11/12/2013 Antwoord
14/2/2013 Verzending vraag
23/9/2013 Rappel
29/10/2013 Rappel
3/12/2013 Herkwalificatie
11/12/2013 Antwoord
________ ________
Requalifiée en : demande d'explications 5-4362 Requalifiée en : demande d'explications 5-4362
________ ________
Question n° 5-8125 du 14 février 2013 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-8125 d.d. 14 februari 2013 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Rien qu’en 2011, la Belgique a importé de Roumanie 1477 tonnes de viande de cheval, d’âne et de mulet. C’est ce qu’indiquent les données d’Eurostat, l’office de statistique de l’Union européenne. Nous importons également de la viande d’autres pays de l'ex-Europe de l’Est, viande qui entre souvent dans la fabrication de plats préparés. Afin de pouvoir garantir au consommateur que la viande provenant de l’étranger satisfait également aux normes alimentaires strictes et ne présente aucun risque pour la santé publique, l’Union européenne a créé un organe de contrôle , l’Office alimentaire et vétérinaire (OAV), qui contrôle régulièrement la production de viande dans divers pays. Face à la fraude constatée avec de la viande roumaine, laquelle est également transformée dans notre pays, j’ai consulté les rapports de l’OAV et y ai décelé plusieurs problèmes inquiétants. Les rapports montrent que le contrôle effectué dans ces pays est loin infaillible. Le traçage de la viande provenant de ces pays, son contrôle et le respect des critères de qualité et des normes de santé publique peuvent présenter des lacunes. Je me réfère plus particulièrement au rapport final de l'inspection qui a été effectuée du 18 au 22 juillet pour évaluer le système d'abattage et la transformation de la viande de porc.

Le passage suivant me paraît extrêmement préoccupant : « alors que le Position Paper envisage des améliorations des contrôles officiels dans les fermes du système canalisé, cela n'avait pas encore été mis en œuvre au moment de l'inspection et les contrôles officiels étaient insuffisants, avec une délégation de compétence quasi totale à l'opérateur privé, avec très peu de supervision officielle. »

J'aimerais poser à la ministre les questions suivantes:

1) Quelle est sa réaction sur le constat que, dans le système proposé par l'Europe pour la production de viande porcine, il y ait si peu de contrôle officiel et que le contrôle soit quasi intégralement délégué à l'opérateur privé ? Estime-t-elle que la viande porcine importée de Roumanie ne menace pas la santé publique malgré le défaut manifeste de contrôle officiel sur la production et la transformation de cette viande ?

2) Quelle est sa réaction devant le constat pénible fait par l'OAV sur les manquements dans la transformation de la viande porcine en Roumanie ? Cela ne montre-t-il pas que l'on n'a pas agi assez strictement puisqu'en deux ans rien ne s'est effectivement produit sur le terrain ? Que compte faire la ministre en vue d'un traitement plus sévère au sein de l'UE en ce qui concerne l'abattage et la transformation de la viande porcine en Roumanie et d'autres pays nouvellement membres de l'UE ?

3) Quelle est sa réaction sur la mention par l'OAV dans un rapport d'audit officiel que là-bas les vétérinaires sont partiaux ? Ne craint-elle pas que des produits interdits ne se retrouvent dans l'assiette de nos consommateurs par l'intermédiaire de la viande de porc roumaine ? Si non, dispose-t-elle de résultats de contrôle de la présence d'hormones dans les porcs en Roumanie et dans la viande de porc transformée roumaine ?Combien de tests ont-ils été faits durant les trois dernières années et quels en furent les résultats ? Qui a exécuté ces tests ?

4) Quelle est la réaction de la ministre devant l'échec du système de contrôle de la peste porcine chez les cochons sauvages et, dans le prolongement, dans les petits élevages de basse-cour en Roumanie ? Devant ces divers constats de manquements, la ministre ne trouve-t-elle pas que l'OAV mérite un carton rouge pour avoir autorisé l'accès de ces produits au marché de l'UE ? Peut-elle détailler sa réponse ?

 

België voerde alleen in 2011 al 1.477 ton vlees in uit Roemenië dat afkomstig was van paarden, ezels en muildieren. Dat blijkt uit gegevens van Eurostat, het statistiekbureau van de Europese Unie. Ook uit andere landen van het voormalige Oost Europa wordt vlees geïmporteerd dat dikwijls wordt verwerkt in bereide gerechten. Teneinde de consument te kunnen garanderen dat het vlees dat afkomstig is van buiten ons land ook voldoet aan de strenge voedselnormen en veilig is voor de volksgezondheid werd binnen de EU een controleorgaan in het leven geroepen, het Voedsel- en Veterinair Bureau (VVB) dat de vleesproductie in de diverse landen regelmatig audit. Gezien de vleesfraude met Roemeens vlees dat ook in ons land wordt verwerkt, heb ik deze rapporten eens doorgenomen en hierbij stuit ik toch op ernstige problemen. De rapporten tonen aan dat de controle aldaar verre van waterdicht is en dit houdt het risico in van een zwart gat wat betreft het traceren, het controleren en het garanderen van de kwaliteitsvereisten en de vereisten qua volksgezondheid van vlees dat uit deze landen komt. Ik heb het meer in het bijzonder over het final audit report dat werd uitgevoerd van 18 tot 22 juli om het systeem voor het slachten en het verwerken van varkensvlees te evalueren.

Volgende passage is wat mij betreft uiterst verontrustend en ik citeer: "while the Position Paper envisages enhancement of official controls in the channeled system farms, this had not been fully implemented at the time of this audit and official controls were insufficient, with an almost total delegation of competence to the private operator, with very little official oversight."

Ik zou de geachte minister de volgende vragen willen stellen :

1) Hoe reageert de minister op de vaststelling dat er met het door Europa voorgestelde systeem van varkensverwerking (production of pig meat) amper officiële controle is en de controle bijna integraal is gedelegeerd aan de private operator? Meent ze dat het varkensvlees afkomstig uit Roemenië geen probleem vormt wat betreft de volksgezondheid gezien het manifest gebrek aan officiële controle op de "verwerking en productie" van dit vlees?

2) Hoe reageert ze op de pijnlijke vaststelling van het VVB wat betreft de tekortkomingen bij de verwerking van varkensvlees in Roemenië? Duidt dit er niet op dat er onvoldoende streng wordt opgetreden gezien er in twee jaar eigenlijk niets gebeurde op het terrein? Wat gaat u hieromtrent doen naar strengere handhaving binnen de EU toe wat betreft de slachting en de verwerking van varkensvlees in Roemenië en andere nieuwe EU-landen?

3) Hoe reageert ze op de vermelding vanwege het VVB in een officieel auditverslag dat veeartsen aldaar partijdig zijn? Vreest ze niet dat verboden producten aldus hun weg vinden via Roemeense varkens tot onze consument? Zo neen, beschikt ze over controleresultaten naar hormonen in Roemeense varkens en verwerkt Roemeens varkensvlees? Hoeveel testen werden hierop de laatste drie jaar gedaan en wat waren de resultaten? Wie voerde de testen uit?

4) Hoe reageert ze op het falen van het controlesysteem op wilde zwijnen en in het verlengde op varkens in de zogenaamde "backyard holdings" in Roemenië wat betreft varkenspest? Gegeven de diverse vaststellingen van tekortkomingen, vindt ze niet dat het VVB beter een rode kaart had getrokken in verband met de toelating van deze producten op de EU-markt? Kan ze dit uitvoerig toelichten?

 
Réponse reçue le 11 décembre 2013 : Antwoord ontvangen op 11 december 2013 :

Cette question relève de la compétence du Madame Laruelle, ministre des Classes moyennes, des PME, des Indépendants et de l'Agriculture. Le 22 mars 2013 elle a répondu à une question identique portant le numéro 5-8127.

Deze vraag behoort tot de bevoegdheid van mevrouw Laruelle, minister van Middenstand, KMO's, Zelfstandigen en Landbouw. Op 22 maart 2013 heeft zij op een gelijkaardige vraag met nummer 5-8127 geantwoord.