SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2010-2011 Zitting 2010-2011
________________
10 décembre 2010 10 december 2010
________________
Question écrite n° 5-516 Schriftelijke vraag nr. 5-516

de Guido De Padt (Open Vld)

van Guido De Padt (Open Vld)

au ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Détention d'armes à feu - Abus éventuels par des policiers - Registre central des armes - Limitation d'accès Bezit van vuurwapens - Eventueel misbruik door politiemensen - Centraal Wapenregister - Beperking van de toegang 
________________
arme personnelle
police locale
police
infraction
Comités permanents de contrôle des services de police et de renseignements
poursuite judiciaire
enquête judiciaire
sanction administrative
statistique officielle
répartition géographique
arme de petit calibre
persoonlijk wapen
gemeentepolitie
politie
overtreding
Vaste Comités van Toezicht op de politie- en inlichtingendiensten
gerechtelijke vervolging
gerechtelijk onderzoek
administratieve sanctie
officiële statistiek
geografische spreiding
handvuurwapens
________ ________
10/12/2010 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
10/12/2010 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
________ ________
Aussi posée à : question écrite 5-517
Réintroduite comme : question écrite 5-4012
Aussi posée à : question écrite 5-517
Réintroduite comme : question écrite 5-4012
________ ________
Question n° 5-516 du 10 décembre 2010 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-516 d.d. 10 december 2010 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

En février 2010, on pouvait lire le communiqué suivant dans un journal :

« Le Comité P ne veut plus de fanas des armes pour contrôler l'application de la loi sur les armes. Le risque d'abus est trop important ». C'est ce qui figure dans un récent rapport déposé à la Chambre.

Les citoyens qui possédaient une arme à feu sans autorisation de détention au 9 juin 2006 pouvaient rentrer leur arme à la police avant le 31 octobre 2008, sans risque de poursuite. Durant cette « période de régularisation », certains policiers sont soudainement devenus propriétaires de nombreuses armes supplémentaires. Le Comité P enquête donc pour savoir si des policiers ont gardé en leur possession des armes prohibées et apporté l'une ou l'autre "modifications" au Registre des armes, auquel ils ont accès.

Selon le Comité P, plus d'un policier sur cinq (8.656) est, à titre privé, propriétaire d'armes à feu à son domicile. Entre 2006 et 2009, le nombre d'armes à feu que ce groupe détenait à titre privé a baissé de 7,2 %, retombant à 18.783 pièces. Il est curieux de constater que, durant la période de régularisation, 655 agents (soit 7,6 % de 8.656) se sont justement trouvés en possession d'un nombre (beaucoup) plus important d'armes à feu.

Ces agents détenaient en 2006 18,9 % de toutes les armes en détention privée des policiers. Vers le milieu de 2009, ce pourcentage grimpait à 34 %. Cent vingt-sept policiers sont devenus au cours de la période de régularisation propriétaires de cinq armes à feu ou plus. Un policier a même acquis 223 pièces. On n'a jusqu'à présent constaté aucune différence entre les régions, entre la police fédérale et locale ni entre les niveaux (cadre inférieur, intermédiaire ou des officiers).

La plupart des dossiers doivent encore faire l'objet d'une enquête mais vers le milieu de l'année 2009, le Comité P comptait déjà une trentaine de dossiers faisant état d'abus de fonction des policiers. Ces policiers ont quelques traits communs : ils sont souvent responsables du suivi de la détention d'armes dans leur zone ; ils font du tir sportif, collectionnent les armes ou sont actifs dans une association de tir et, dans de nombreux cas, il sont moniteurs de tir ou de sports de combat.

Le Comité P craint que, chez certains d'entre eux, la passion prenne le pas sur la norme juridique. Il veut donc que les policiers chargés de contrôler la détention d'armes n'aient aucun intérêt pour les armes. Pas de fanas d'armes ! Le message est qu'un bon gestionnaire d'armes ne doit pas être un bon tireur.

Le Comité souhaite en outre limiter de manière draconienne l'accès au Registre central des armes. Il veut que les chefs de corps surveillent beaucoup plus étroitement le personnel qui contrôle la détention d'armes.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes.

1) La ministre peut-elle me dire si cette enquête est terminée ?

2) Si oui, quels en sont les résultats ?

3) Dans combien de cas – ventilés par région et par zone de police et selon qu'il s'agissait de la police fédérale ou locale, des cadres inférieurs, intermédiaires ou des officiers – a-t-on constaté que des policiers avaient acheté des armes à des citoyens qui avaient remis leur(s) arme(s) à des fins de destruction, de sorte que ces armes ont a nouveau été mises en circulation ?

4) Dans combien de ces cas des sanctions disciplinaires ont-elles été prises à l'encontre des policiers concernés et quelles en ont été les conséquences ? Je souhaiterais la même ventilation que celle demandée à la question 3.

5) Dans combien de cas les parquets ont-ils été informés et quelle suite ceux-ci ont-ils réservée à cette information ? Je souhaiterais la même ventilation que celle demandée à la question 3.

6) Parmi les cas cités à la question 4, dans combien de cas les accusés ont-ils été cités en justice et quelles condamnations ou quels acquittements a-t-on prononcés ? Je souhaiterais la même ventilation que celle demandée à la question 3.

7) Quelles mesures a-t-on prises pour remédier à ce problème ?

 

In februari 2010 stond in een krant het volgende bericht te lezen:

"Het Comité P wil geen wapenfreaks meer om de wapenwet te controleren. De kans op misbruik is te groot”. Dat staat in een recent rapport dat bij de Kamer werd ingediend.

Burgers die op 9 juni 2006 een vuurwapen bezaten zonder daarvoor een vergunning te hebben, konden dat tot 31 oktober 2008 straffeloos bij de politie inleveren. In deze "regularisatieperiode" werden sommige politiemensen plots eigenaar van heel wat meer vuurwapens. Het Comité P onderzoekt nu of daarbij gesjoemeld werd. De vraag is of agenten illegale vuurwapens voor zichzelf hebben gehouden en achteraf in het wapenregister, waar ze toegang toe hebben, zelf een en ander "aangepast"?

Volgens het Comité P is ruim één op vijf politiemensen (8656) thuis als privépersoon eigenaar van vuurwapens. Tussen 2006 en 2009 daalde het aantal vuurwapens dat die groep privé bezat met 7,2 %, tot 18.783 stuks. Opmerkelijk is dat 655 agenten (of 7,6 % van de 8656) in de regularisatieperiode net (veel) meer vuurwapens in bezit kregen.

Die 655 agenten bezaten in 2006 nog maar 18,9 % van alle vuurwapens die privé in handen van politiemensen waren en halverwege 2009 was dat al 34 %. In de regularisatieperiode werden 127 politiemensen eigenaar van vijf vuurwapens of meer, één zelfs van 223 stuks. Er zijn voorlopig geen verschillen vastgesteld tussen de gewesten, tussen de federale en de lokale politie en evenmin tussen de niveaus (lager, midden- of officierenkader).

De meeste zaken moeten nog worden onderzocht, maar medio 2009 telde het Comité P al 30 dossiers waarin politiemensen hun functie hadden misbruikt. Die hebben enkele dingen gemeen: ze zijn meestal verantwoordelijk voor de follow-up van het wapenbezit in hun zone; ze zijn sportschutter, wapenverzamelaar of actief in een schietvereniging en in vele gevallen zijn ze ook schiet- of geweldmonitor.

Het Comité P vreest dat bij een aantal onder hen "de passie het haalt op de rechtsnorm". Het Comité wil daarom dat politiemensen die verantwoordelijk zijn voor de controle van het wapenbezit géén interesse in wapens hebben. Geen wapenfreaks! "Een goede wapenbeheerder moet geen goede schutter zijn", luidt het.

Het Comité wil voorts dat de toegang tot het Centraal Wapenregister drastisch wordt beperkt en dat de korpschefs veel meer toezicht houden op het personeel dat het wapenbezit controleert.

Graag kreeg ik een antwoord op de volgende vragen:

1) Kan de minister meedelen of dit onderzoek al is afgerond?

2) Zo ja, wat zijn de resultaten ervan?

3) In hoeveel gevallen - uitgesplitst per gewest en per politiezone en naargelang het ging om de federale dan wel om de lokale politie en naargelang het ging om lager, midden- of officierenkaders - werd vastgesteld dat politiemensen wapens hebben aangekocht van burgers die hun wapen(s) ter vernietiging hadden ingeleverd, derwijze dat die wapens opnieuw in omloop zijn gekomen?

4) In hoeveel van deze gevallen werden tegen de betrokken politiemensen tuchtstraffen ingeleid en tot welke gevolgen leidde dat? Graag kreeg ik een uitsplitsing zoals gevraagd onder vraag 3.

5) In hoeveel gevallen werden de parketten ingelicht en welk gevolg werd aan die info gegeven? Graag kreeg ik een uitsplitsing zoals gevraagd onder vraag 3.

6) In hoeveel van de gevallen vermeld onder vraag 4 werden de beklaagden voor de rechtbank gedagvaard en welke veroordelingen/vrijspraken werden uitgesproken? Graag kreeg ik een uitsplitsing zoals gevraagd onder vraag 3.

7) Welke maatregelen werden getroffen om deze problematiek te verhelpen?