SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2011-2012 Zitting 2011-2012
________________
28 novembre 2011 28 november 2011
________________
Question écrite n° 5-3804 Schriftelijke vraag nr. 5-3804

de Nele Lijnen (Open Vld)

van Nele Lijnen (Open Vld)

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et des Réformes institutionnelles

aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Institutionele Hervormingen
________________
L'intimidation d'opposants syriens dans notre pays De intimidatie van Syrische opposanten in ons land 
________________
Syrie
opposant d'opinion
violence d'État
service secret
relation diplomatique
Syrië
andersdenkende
staatsgeweld
geheime dienst
diplomatieke betrekking
________ ________
28/11/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
28/11/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
________ ________
Requalification de : demande d'explications 5-1391
Réintroduite comme : question écrite 5-5100
Requalification de : demande d'explications 5-1391
Réintroduite comme : question écrite 5-5100
________ ________
Question n° 5-3804 du 28 novembre 2011 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-3804 d.d. 28 november 2011 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Je me réfère à ma question écrite (n° 5-3246) et à votre réponse. Je vous demandais si vous étiez au courant d'actes d'intimidation du régime syrien contre des opposants qui résident dans notre pays. Vous avez répondu n'avoir aucune connaissance de tels faits dans notre pays.

Contrairement à ce que vous avez affirmé dans votre réponse du 18 octobre 2011, la répression impitoyable par le régime syrien s'est bel et bien introduite en notre pays.

Des Syriens résidant en Belgique qui ont pris parti pour les manifestants dans leur pays d'origine, ont reçu durant ces derniers mois des menaces téléphoniques et des courriels haineux. « Il disait qu'il savait ce que je faisais et que je devais arrêter tout de suite sans quoi la mort m'attendait. » C'est ce que rapporte un témoin dans le journal De Morgen du 6 octobre 2011.

Un témoin qui réside dans notre pays a signalé que les appels téléphoniques menaçants étaient particulièrement inquiétants parce que les auteurs anonymes des appels connaissaient des détails de sa vie privée. M. Hasan Addaher, le président du Comité belge pour soutenir la révolution syrienne, a également reçu des menaces téléphoniques. Nous pouvons encore lire dans cette édition de De Morgen que M. Abdulsattar A., 25 ans, a lui aussi reçu des menaces par téléphone, textos et courriel. Il collabore au groupe sur Facebook « La révolution syrienne de 2011 » et est l'une des locomotives de la protestation dans son pays. Ces témoignages concordent avec les conclusions d'Amnesty International dans huit autres pays : le régime syrien tente d'intimider et menace systématiquement ses ressortissants à l'étranger qui se sont ralliés au mouvement de protestation. Ils confortent de même la teneur de ma question du 29 septembre 2011 où je dressais la listes de ces actes.

La répression impitoyable du régime de Bachar el-Assad fait fi des frontières. Le rapport d'Amnesty International a déjà fait beaucoup de bruit en France et en Suède. Les autorités de ces pays se sont fâchées et ont souligné qu'elles ne toléraient pas pareilles pratiques sur leur territoire. Quelles est la réaction de notre pays ?

J'aimerais obtenir une réponse détaillée aux questions suivantes :

1) Êtes-vous à présent au courant des actes d'intimidation commis contre des Syriens résidant dans notre pays par des partisans du régime syrien et pouvez-vous faire part de votre réaction en tant que ministre maintenant que nous savons de manière irréfutable que le sanglant régime syrien menace aussi des personnes dans notre pays ?

2) À l'image de la France et de la Suède ferez-vous des démarches diplomatiques concrètes envers la Syrie après cette ingérence inouïe dans le fonctionnement de notre démocratie et les menaces proférées contre des personnes qui résident dans notre pays et leurs familles ?

3) Êtes-vous prêt à rencontrer une éventuelle délégation de l'opposition syrienne ? Si non, pour quelles raisons ? Pouvez-vous expliquer votre position en détail ?

4) Êtes-vous au courant de ce que les services de sécurité syriens, et plus particulièrement le tristement célèbre el-Moukhabarat, sont accusés d'opérer à partir de l'ambassade de Syrie et d'être un élément essentiel de l'appareil de répression du régime syrien ? Comment réagissez-vous à ces accusations ?

5) Êtes vous disposé à demander concrètement des explications à l'ambassadeur de Syrie sur les menaces proférées contre des Syriens qui résident dans notre pays et à lui faire remarquer que de tels faits envers des Syriens résidant en Belgique ne sont pas acceptables ? Pouvez-vous expliquer votre réponse ?

6) Vu le grand nombre de citoyens qui sont abattus et torturés en Syrie, n'estimez-vous pas qu'il soit temps de rappeler notre ambassadeur, temporairement ou non ? Si non, pouvez-vous expliciter en détail pourquoi et définir en quoi le maintien d'un ambassadeur en Syrie conserve une valeur ajoutée ? Quelles autres démarches allez-vous entreprendre ?

 

Ik verwijs naar mijn eerdere schriftelijke vraag (stuk nr.5-3246) en uw antwoord hierop. Op mijn vraag of u weet had van intimidatie vanwege het regime in Syrië ten aanzien van opposanten die in ons land verblijven gaf u aan geen weet te hebben van dergelijke feiten in ons land.

In tegenstelling tot wat u in uw antwoord van 18 oktober 2011 aangaf is de genadeloze repressie door het Syrische regime wel degelijk ook in ons land binnengedrongen.

Syriërs in België die zich aan de zijde van de demonstranten in hun thuisland hebben geschaard, kregen de voorbije maanden dreigtelefoontjes en haatmail. 'Hij zei dat hij wist waar ik mee bezig was en dat ik er onmiddellijk mee moest stoppen. Of dat me anders de dood wachtte.', aldus een getuige in de krant De Morgen van 6 oktober 2011.

Eén getuige die in ons land verblijft, gaf aan dat de dreigtelefoons bijzonder griezelig waren gezien de anonieme bellers details wisten uit het privéleven van de betrokkene. Ook Hasan Addaher, de voorzitter van het Belgisch Comité van de Syrische revolutie, krijgt dreigtelefoontjes. In diezelfde kranten kunnen we tevens lezen dat de 25-jarige Abdulsattar A. dreigtelefoontjes, sms'en en zelfs haatmail ontvangt. Betrokkene werkt aan mee aan de Facebookgroep 'De Syrische revolutie 2011" en is één van de drijvende krachten achter het protest in het thuisland. Deze getuigenissen stroken met wat Amnesty concludeerde in acht andere landen: het Syrische regime intimideert en bedreigt systematisch zijn burgers in het buitenland die zich bij de protestbeweging hebben aangesloten en strookt tevens met mijn eerdere vraag waarin ik deze feiten oplijstte dd. 29 september 2011.

De genadeloze repressie van het regime van Bashar al-Assad stopt niet aan de grenzen. Het rapport van Amnesty deed alvast in Frankrijk en Zweden heel wat stof opwaaien. De autoriteiten daar reageren furieus en benadrukken dat ze dergelijke praktijken niet op hun grondgebied tolereren. Hoe reageert ons land?

Graag had ik hieromtrent dan ook een gedetailleerd antwoord ontvangen op volgende vragen:

1) Bent u heden op de hoogte van de intimidatie van Syriërs die in ons land verblijven door medestanders van het Syrische regime en kan u aangeven hoe u reageert als minister gezien we heden onomstotelijk weten dat ook in ons land het bloedige Syrische regime mensen intimideert?

2) Zal u naar het voorbeeld van Frankrijk en Zweden concrete diplomatieke stappen nemen ten aanzien van Syrië gezien deze verregaande inmenging in de werking van onze democratie en gezien er dreigementen worden geuit ten aanzien van mensen die in ons land resideren alsook ten aanzien van hun familie?

3) Bent u bereid eventueel vertegenwoordigers van de Syrische oppositie te ontmoeten? Zo neen, waarom niet? Kan u uitvoerig toelichten?

4) Bent u ervan op de hoogte dat de Syrische veiligheidsdiensten en meer bepaald de beruchte Mukhabaraat ervan wordt beschuldigd te opereren vanuit de Syrische ambassade en dat zij een wezenlijk onderdeel uitmaken van het repressieapparaat van het Syrische regime? Hoe reageert u op deze aantijgingen?

5) Bent u bereid de Syrische ambassadeur concreet aan te spreken over de bedreigingen ten aanzien van Syriërs die in ons land verblijven en erop aan te dringen dat dergelijke feiten in ons land ten opzichte van Syrische residenten niet aanvaardbaar zijn? Kan u dit concreet toelichten?

6) Meent u niet in het licht van het hoge aantal burgers dat in Syrië dat wordt afgeslacht en gemarteld dat het tijd wordt om onze ambassadeur al of niet tijdelijk terug te roepen? Zo neen, kan, u uitvoerig toelichten waarom niet alsook welke de meerwaarde is om onze ambassadeur aldaar te houden? Welke ander stappen gaat u ondernemen?