SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2010-2011 Zitting 2010-2011
________________
27 juin 2011 27 juni 2011
________________
Question écrite n° 5-2626 Schriftelijke vraag nr. 5-2626

de François Bellot (MR)

van François Bellot (MR)

à la ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques

aan de minister van Ambtenarenzaken en Overheidsbedrijven
________________
L'assouplissement des exigences linguistiques en matière de recrutement des fonctionnaires Versoepeling van de taalvereisten bij de indienstneming van ambtenaren 
________________
fonction publique
emploi des langues
SELOR
overheidsapparaat
taalgebruik
SELOR
________ ________
27/6/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
27/6/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
________ ________
Aussi posée à : question écrite 5-2627
Requalification de : demande d'explications 5-1002
Aussi posée à : question écrite 5-2627
Requalification de : demande d'explications 5-1002
________ ________
Question n° 5-2626 du 27 juin 2011 : (Question posée en français) Vraag nr. 5-2626 d.d. 27 juni 2011 : (Vraag gesteld in het Frans)

La loi belge sur l'emploi des langues en matière administrative prévoit que les candidats à un poste dans la fonction publique locale doivent démontrer leurs compétences dans la langue de la région concernée s'ils n'ont pas fait leurs études dans la langue de cette région.

Les candidats doivent obtenir le certificat officiel que délivre le SELOR après un test de langue. Seul ce document délivré par le SELOR est accepté !

Pourtant, il semble que la Commission européenne considère que ces dispositions sont contraires à la réglementation européenne sur la libre circulation des travailleurs. Si, elle admet que des connaissances linguistiques et un diplôme sont des critères de sélection valable, la Commission européenne juge disproportionnée l'exigence de passer le test du SELOR.

J'ai pu lire que la Commission européenne a demandé à la Belgique d'assouplir ces exigences linguistiques en matière de recrutement des fonctionnaires locaux.

Dés lors, L'honorable ministre peut-elle :

1) m'indiquer quelles sont les intentions de la Belgique vis-à-vis de cet avis motivé que la Commission européenne lui a adressé;

2) m'indiquer que risque la Belgique si elle décidait de ne pas assouplir sa législation en matière de l'emploi des langues ?

 

De Belgische wet inzake het taalgebruik in bestuurszaken bepaalt dat kandidaten voor een betrekking bij het lokaal openbaar ambt die hun studies niet in de taal van het gewest hebben gedaan, hun vaardigheden in die taal moeten aantonen.

De kandidaten moeten het officiële getuigschrift behalen na een taalproef bij SELOR. Uitsluitend het door SELOR uitgereikte document wordt aanvaard!

Nochtans schijnt de Europese Commissie die bepalingen strijdig te achten met de Europese regelgeving inzake het vrij verkeer van werknemers. De commissie vindt het vereiste diploma en de vereiste talenkennis valabele selectiecriteria, maar ze vindt de SELOR-test buiten verhouding.

Ik heb gelezen dat de Europese Commissie België heeft verzocht de taalvereisten voor de indienstneming van lokale ambtenaren te versoepelen.

Zou de geachte minister kunnen aangeven

1) wat België voornemens is na dat met redenen omkleed advies van de Europese Commissie?

2) welk risico België loopt, mocht het besluiten om de wetgeving inzake taalgebruik niet te versoepelen?