SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2012-2013
________
12 juin 2013
________
SÉNAT Question écrite n° 5-9340

de Nele Lijnen (Open Vld)

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
________
Le traitement du cancer de l'œsophage et de l'estomac
________
cancer
établissement hospitalier
thérapeutique
________
12/6/2013 Envoi question
18/9/2013 Rappel
12/11/2013 Rappel
28/4/2014 Fin de la législature
________
Requalification de : demande d'explications 5-3532
________
SÉNAT Question écrite n° 5-9340 du 12 juin 2013 : (Question posée en néerlandais)

Le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) a mené, en collaboration avec la Fondation Registre du cancer, une étude sur la qualité des traitements du cancer de l'œsophage et de l'estomac. Le Centre a conclu que les chances de survie après qu'a été diagnostiqué le cancer de l'œsophage ou de l'estomac, un cancer très difficile à traiter, sont plus élevées en Belgique que dans d'autres pays européens mais que ces chances seraient encore plus importantes lorsque les patients sont traités dans des institutions plus spécialisées.

Il ressort du rapport que les chances sont sensiblement plus élevées lorsque le patient est traité dans un hôpital « plus expérimenté » ou ayant des volumes d'actes élevés. Lorsqu'un traitement a déjà été administré à plusieurs reprises, il est aussi logique que davantage de connaissances ont été développées. En Belgique, seuls trois hôpitaux sont spécialisés dans le cancer de l'estomac et de l'œsophage mais on ne sait pas lesquels. Seulement un patient sur trois souffrant d'un cancer de l'œsophage et un sur vingt avec un cancer de l'estomac se retrouve dans une de ces institutions spécialisées.

Les chances de survie en cas de cancer de l'œsophage et de l'estomac pourraient donc être encore plus élevées en Belgique. Le Centre d'expertise indique que ces cancers demandent une approche à ce point spécialisée qu'il serait préférable que les traitements soient concentrés dans certains hôpitaux. Aujourd'hui, le patient peut se rendre dans presque tous les hôpitaux pour tous les traitements.

En 2012 déjà, une recommandation de politique avait été faite afin de concentrer le traitement de ces cancers dans certains hôpitaux. Les Pays-Bas l'ont fait et ont ainsi pu réduire la mortalité à 1,5 % dans les 30 jours alors que ce taux est encore de 5 % dans notre pays. Maintenant que les résultats de l'étude du Centre d'expertise sont connus, je me demande si le moment n'est pas venu de suivre cet exemple.

J'aurais souhaité poser les questions suivantes à la ministre.

1) Pourquoi n'a-t-on pas suivi en Belgique la recommandation de politique visant à concentrer le traitement du cancer de l'estomac et de l'œsophage dans certains hôpitaux hautement spécialisés? Quels problèmes la ministre prévoit-elle si on décidait de concentrer les traitements?

2) Aura-t-on intérêt, pour d'autres maladies également, à procéder à une concentration dans certains hôpitaux hautement spécialisés? Si oui, lesquelles?

3) A-t-on déjà réfléchi à une possible concentration? Des démarches ont-elles déjà été entreprises en direction d'une concentration?

4) Maintenant que les résultats de cette étude confirment la recommandation de politique, la ministre entreprendra-t-elle des démarches pour y donner suite ?