SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2011-2012
________
12 juin 2012
________
SÉNAT Question écrite n° 5-6443

de Nele Lijnen (Open Vld)

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances
________
Pays-Bas - Collaborateurs de police - Agression et violence - Stress et troubles posttraumatiques - Résistance morale - Formation
________
Pays-Bas
police
santé mentale
tension mentale
santé au travail
________
12/6/2012 Envoi question
26/3/2013 Rappel
24/9/2013 Rappel
30/10/2013 Requalification
________
Requalifiée en : demande d'explications 5-4190
________
SÉNAT Question écrite n° 5-6443 du 12 juin 2012 : (Question posée en néerlandais)

Le ministre néerlandais Opstelten (Sécurité et Justice) a dégagé en 2011 un montant de 45 millions d'euros afin d'améliorer la résistance morale des policiers. Les agents qui se trouvent en première ligne bénéficient d'une formation à la résistance mentale. Environ 40 000 policiers au total seront formés en trois ans. Chaque année, un peu plus de 13 300 agents bénéficieront donc d'une formation de 32 heures. En outre, le stress et les troubles posttraumatiques établis et liés au travail sont reconnus juridiquement comme maladie professionnelle.

Mes questions à la ministre sont les suivantes.

1) Comment réagissez-vous à l'initiative du ministre démissionnaire néerlandais ?

2) Chez nous, les policiers peuvent-ils suivre une formation à la résistance mentale et, dans l'affirmative, pouvez-vous expliquer dans le détail où l'on peut suivre ces formations et indiquer combien d'agents ont suivi cette formation, chaque année, durant les trois dernières années ? Pouvez-vous expliquer ces chiffres dans le détail ?

3) Le stress et les troubles posttraumatiques sont-ils reconnus chez nous comme maladie professionnelle ? Dans la négative, pourquoi ? Dans l'affirmative, combien d'agents ont-ils été reconnus atteints de cette maladie ?

4) Pouvez-vous expliquer combien d'agents souffrant de stress et de troubles posttraumatiques sont actuellement en traitement, et ce qui est fait concrètement pour eux ? Est-ce suffisant ?