SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2011-2012
________
27 avril 2012
________
SÉNAT Question écrite n° 5-6166

de Nele Lijnen (Open Vld)

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales
________
Intoxications alcooliques - Mineurs - Bitures express (Binge drinking) - Évolution
________
alcoolisme
jeune
minorité civile
hospitalisation
statistique officielle
boisson alcoolisée
répartition géographique
________
27/4/2012 Envoi question
26/3/2013 Rappel
24/9/2013 Rappel
30/10/2013 Requalification
7/1/2014 Réponse
________
Requalifiée en : demande d'explications 5-4191
________
SÉNAT Question écrite n° 5-6166 du 27 avril 2012 : (Question posée en néerlandais)

Aux Pays-Bas, le nombre d'enfants hospitalisés pour intoxication alcoolique a de nouveau augmenté l'année dernière. De plus, les enfants sont en moyenne plus jeunes et restent plus longtemps inconscients. Cela ressort des chiffres publiés ce matin par le Nederlands Signaleringscentrum voor Kindergeneeskunde (« Observatoire pédiatrique néerlandais » ).

L'année dernière, le nombre de comas éthyliques nécessitant une admission aux urgences a augmenté de douze pour cent, passant à 762, et il comprenait pratiquement autant de filles que de garçons. En 2007, 297 enfants victimes d'une intoxication alcoolique aiguë ont été hospitalisés. L'âge moyen a diminué de 15,6 ans, en 2010, à 15,3 ans l'année dernière.

La proportion d'alcool pour mille chez les enfants ne diffère guère des années précédentes mais la période pendant laquelle ils restent inconscients augmente malgré tout, a indiqué ce matin l'agence de presse Novum sur la base du rapport.

En moyenne, les jeunes sont restés inconscients 3,27 heures, une heure de plus qu'en 2007, année pour laquelle des données ont été recueillies pour la première fois à l'échelle du pays. Cette tendance est extrêmement préoccupante et j'ai reçu des informations du même type en provenance de la France. On y organise de plus en plus de soirées SAD (sexe alcool drogue),où le binge drinking (biture express) est la norme, soirées qui s'adressent en particulier aux jeunes.

Je souhaiterais dès lors poser les questions suivantes à la ministre :

1) Comment la ministre réagit-elle au rapport néerlandais ? Observe-t-on également chez nous une augmentation substantielle de comas dus à la consommation excessive d'alcool parmi les jeunes ?

2) La ministre peut-elle préciser, pour les trois dernières années, le nombre de mineurs qui ont été hospitalisés annuellement pour intoxication alcoolique et dispose-t-elle de chiffres régionaux ? Relève-t-on une tendance et la ministre peut-elle l'expliquer ?

3) La ministre peut-elle préciser, pour les trois dernières années, la proportion moyenne d'alcool pour mille de mineurs qui ont été hospitalisés et combien de temps, en moyenne, ceux-ci sont restés inconscients ?

4) La ministre est-elle disposée à se réunir avec tous les acteur et les communautés afin d'élaborer un plan de prévention solide et de prendre d'autres mesures ? Dans l'affirmative, qu'envisage-t-elle ? Dans la négative, pourquoi ?

Réponse reçue le 7 janvier 2014 :

Ce rapport des Pays-Bas me semble intéressant. Il met en avant une tendance présente dans une grande partie de l’Europe.

Selon l’enquête santé de 2008, le « binge drinking » est défini dans les enquêtes de santé européennes comme la consommation de six verres ou plus de boissons alcoolisées en une même occasion. Le binge drinking concerne avant tout les jeunes de 15 à 24 ans, parmi lesquels 12 % s'intoxiquent de la sorte au moins une fois par semaine.

Le binge drinking hebdomadaire semble être une pratique plus courante chez les jeunes Flamands (15-24 ans), puisque 14 % d'entre eux s'y adonnent, contre tout de même 9 % en Région wallonne et 10 % à Bruxelles.

Cette consommation d’alcool excessive est néfaste pour la santé et représente donc un problème de santé publique.

Le tableau en annexe reprend, selon les données RCM et RPM, le nombre d’admissions dans les hôpitaux pour intoxication alcoolique chez les mineurs (par sexe, région et âge). Je tiens cependant à rester prudente sur l’interprétation de ces données. Ces données issues du RPM et RCM ne reprennent que le nombre d’admissions aux urgences qui ont donné lieu ensuite à une hospitalisation. Nous ne disposons pas à l’heure actuelle de données exhaustives sur les admissions aux urgences. Il nous semble vraiment important d’améliorer notre système de récolte de données et c’est pour cette raison que nous sommes en train de développer un système « UREG » qui devrait permettre à terme de disposer de données au sein des urgences. Sur base des données reprises ci-dessus, il est donc difficile de tirer des conclusions valides concernant l’évolution dans le temps du nombre d’intoxication alcoolique chez les mineurs.

Nous ne disposons non plus, à l’heure actuelle, de données nous permettant de connaitre le taux moyen de concentration d’alcool dans le sang, ni la durée moyenne d’inconscience chez ces mineurs admis dans les hôpitaux.

En 2008, une Déclaration conjointe sur la politique future en matière d’alcool a été signée par tous les ministres qui ont la Santé publique dans leurs attributions. Suite à cette Déclaration, diverses mesures ont été prises telles que par exemple la modification de la législation en matière de vente et d’offre d’alcool aux mineurs. Un état des lieux des différentes mesures préconisées en 2008 a été réalisé.

En décembre 2012, les ministres de la Santé ont considéré qu’une actualisation et un élargissement de cette Déclaration étaient nécessaires en raison de nouvelles données disponibles, de développements scientifiques, d’évolutions sociétales et du caractère multidimensionnel de la problématique. En effet, il est important d’impliquer tous les ministres compétents en matière d’alcool car lutter contre les méfaits de l’alcool ne se limite pas à des questions de santé implique à d’autres secteurs (publicité, prix, mobilité, éducation, emploi, etc.)

Un groupe de travail, composé des collaborateurs et services des différents ministres et secrétaires d’état membres de la Cellule Générale de Politique Drogues (CGPD), a été mis sur pied et a abouti à la rédaction d’un projet de plan comprenant 28 mesures. Un tel plan alcool, approuvé de concert par les membres de tous les gouvernements, constituerait une première pour notre pays.

Toutes les propositions sont détaillées dans le projet de plan que tout le monde a pu consulter, jusqu’au 31 juillet 2013, via le lien suivant : www.alcoholplanalcool.be.

De plus, le projet de plan a été envoyé pour avis le 26 juin 2013 à plus de quarante organisations issues des différents secteurs concernés. Il sera également soumis à trois experts internationaux, dont un de l’OMS. Toutes les réactions ont été traitées dans le courant du mois d’août de manière à ce que la CGPD puisse élaborer la version définitive du plan. Enfin, j’espère que la Conférence Interministérielle Drogues pourra se mettre d’accord sur un plan global pour lutter d’une manière efficace contre la consommation nocive d’alcool dans notre pays.

Annexe

 

 

Homme

Femme

Total

Nombre de – de 15 ans /

Région Bruxelles capitale Brussels

2006

2

1

3

.

2007

1

1

2

1

2008

1

.

1

.

2009

.

1

1

.

2010

.

2

2

.

Région Flamande

2006

9

3

12

1

2007

8

3

11

4

2008

7

8

15

2

2009

6

7

13

7

2010

7

6

13

1

Région Wallonne

2006

17

11

28

6

2007

22

9

31

7

2008

9

7

16

3

2009

8

4

12

1

2010

15

7

22

4