SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2011-2012
________
28 décembre 2011
________
SÉNAT Question écrite n° 5-4625

de Bert Anciaux (sp.a)

à la ministre de la Justice
________
Prisons - Sections psychiatriques - Suicides
________
établissement pénitentiaire
défense sociale
suicide
statistique officielle
internement psychiatrique
________
28/12/2011 Envoi question
13/11/2012 Réponse
________
Réintroduction de : question écrite 5-1299
________
SÉNAT Question écrite n° 5-4625 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Notre société présente une augmentation du nombre de suicides. Les conditions de vie dans nos prisons ne contribuent pas à la qualité de vie des détenus et des personnes internées. C'est surtout la situation des sections psychiatriques des centres de détention qui peut être qualifiée de moyenâgeuse. L'infrastructure est la plupart du temps inacceptable. De plus, l'accompagnement et les soins sont beaucoup trop réduits. La plupart des internés sont confrontés à un avenir sans perspective. Sans espoir.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes:

1) Combien de cas de suicides dans les sections psychiatriques de nos prisons ont-ils été enregistrés chaque année au cours de la période 2001-2010 ? Quel pourcentage cela représente-t-il du nombre total d'internés ? Quel est le pourcentage moyen de suicides par rapport à l'ensemble des prisonniers ? Comment le ministre évalue-t-il et explique-t-il l'évolution de ces chiffres et pourcentages ?

2) Combien d'internés y avait-il au cours de la même période dans les sections non psychiatriques et combien de ces internés se sont-ils suicidés ? Comment le ministre évalue-t-il et explique-t-il l'évolution de ces chiffres et pourcentages ?

3) Existe-t-il une corrélation entre les chiffres en matière de suicides et certaines prisons ? Quelles prisons présentent-elles des chiffres significativement plus élevés en matière de suicides d'internés ? Comment peut-on expliquer ces chiffres ?

4) Le ministre dispose-t-il d'un plan d'action, ou en envisage-t-il un, afin de prévenir les suicides dans les prisons ? Quels moyens d'action met-il en œuvre afin de lutter contre le suicide chez les internés ?

Réponse reçue le 13 novembre 2012 :

1. et 2. : Le service des Soins de santé Prisons ne dispose pas des données demandées. L'endroit physique où des suicides ont été commis (en annexe psychiatrique ou non) au cours de la période demandée n'a pas été répertorié.

3. Il n'existe aucune corrélation à long terme connue entre les suicides et des prisons spécifiques. En 2009 et 2010, la prison de Lantin a connu un nombre relativement plus élevé de suicides (respectivement 3/12 et 5/19 de l'ensemble des suicides), mais au cours des années précédentes, à savoir en 2007 et 2008, aucun suicide n'a été commis dans cette prison. Il n'y a dès lors actuellement aucune raison statistique convaincante de pointer cette prison ou une autre du doigt.

4. Il n'existe aucun programme national de prévention du suicide pour l'ensemble des prisons. Il n'en demeure pas moins qu'un certain nombre d'initiatives importantes ont été prises. La prévention du suicide fait structurellement partie du programme de formation des agents pénitentiaires. Il s'agit d'une préoccupation constante des collaborateurs du service psychosocial et du service des Soins de santé Prisons. En 2011, cette matière faisait partie de la formation permanente des médecins et infirmiers des établissements pénitentiaires. Des actions locales de prévention du suicide taillées sur mesure sont menées dans différentes prisons, souvent en collaboration avec les Communautés