3-146

3-146

Belgische Senaat

Handelingen

DONDERDAG 19 JANUARI 2006 - NAMIDDAGVERGADERING

(Vervolg)

Vraag om uitleg van mevrouw Jacinta De Roeck aan de minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid over «het ontwerp van koninklijk besluit inzake het zorgprogramma voor pediatrie» (nr. 3-1266)

De voorzitter. - De heer Didier Donfut, staatssecretaris voor Europese Zaken, toegevoegd aan de minister van Buitenlandse Zaken, antwoordt.

Mevrouw Jacinta De Roeck (SP.A-SPIRIT). - Het ontwerp van koninklijk besluit houdende het zorgprogramma pediatrie bevindt zich in een beslissende fase. Volgens een rondschrijven van kinderartsenorganisaties werden in extremis ingrijpende wijzigingen aangebracht aan het oorspronkelijke ontwerp. Naar ik heb vernomen, zou inmiddels wel al overleg zijn gepleegd.

Enkele wijzigingen hebben mijn bijzondere aandacht genoten. Graag kreeg ik daaromtrent dan ook meer uitleg. Het koninklijk besluit zou van toepassing zijn op kinderen tot en met veertien jaar, of een jaar minder dan momenteel het geval is. Welke motieven roept de minister hiervoor in? Wat is de geschatte budgettaire weerslag van deze maatregel?

De minister wenst een permanentie voor kindergeneeskunde in ziekenhuizen in te voeren. Daartoe dient het aantal fulltime kinderartsen van drie te worden opgetrokken tot vier per ziekenhuis. Doordat Vlaanderen de contingentering al jaren veel strikter toepast dan de andere regio's dreigt een tekort aan ziekenhuispediaters te ontstaan. Onderkent de minister dit probleem? In bevestigend geval, hoe groot schat hij het tekort voor de volgende jaren in en hoe kan remediërend worden opgetreden?

Is de minister het ermee eens dat afgestudeerde pediaters in de toekomst op zijn minst deeltijds verbonden moeten zijn aan een ziekenhuis en er verplicht dienen deel te nemen aan de wachtdienst? Waarom wel of waarom niet?

M. Didier Donfut, secrétaire d'État aux Affaires européennes, adjoint au ministre des Affaires étrangères. - Voici la réponse du ministre Demotte.

Je tiens tout d'abord à vous rappeler que le rapport Cannoodt-Casaer et le projet d'arrêté auquel vous faites allusion visent à l'amélioration de la qualité des soins pédiatriques, à l'humanisation des soins en pédiatrie - le programme reprend en effet les dispositions de la charte européenne de l'enfant hospitalisé - et à l'amélioration des conditions de travail des pédiatres hospitaliers.

Je reviens maintenant à vos questions. L'âge du groupe cible a été effectivement modifié. Le programme de soins pédiatriques concerne désormais les enfants de moins de 15 ans, c'est-à-dire jusque 14 ans et 364 jours, et non plus les enfants de moins de 16 ans. Cette adaptation n'a aucune incidence financière et est motivée par un souci de cohérence par rapport aux groupes cibles figurant déjà dans la législation actuelle.

En ce qui concerne l'augmentation du staff de pédiatres, je tiens tout d'abord à préciser que l'intervention dans le paiement de la prime d'assurance en responsabilité civile des médecins hospitaliers s'inscrit aussi dans cette logique.

Je vais évaluer les mesures compte tenu des réalités du terrain. Le cas échéant des dispositions transitoires seront prévues. Le projet ne peut évidemment pas entraîner des problèmes géographiques d'accès. Il serait évidemment inacceptable que l'offre des soins hospitaliers pour les enfants se limite aux grandes villes.

L'obligation pour les pédiatres privés de participer à des gardes hospitalières soulève d'après moi des problèmes. En effet, ces pédiatres ne connaissent pas la façon de travailler des institutions, ni les procédures, ni le personnel, ce qui peut avoir une répercussion sur la qualité des soins. La garde pédiatrique ne concerne pas seulement le service d'hospitalisation pédiatrique mais aussi le service de maternité où la présence obligatoire de pédiatres lors des accouchements est fixée par un arrêté royal du 20 août 1996. Or les pédiatres travaillant en privé ne sont pas nécessairement compétents en néonatalogie. Les pédiatres privés sont souvent concentrés dans les grandes villes. Ce n'est donc pas une solution pour les hôpitaux situés en région rurale.

Les gardes fréquentes contribuent incontestablement à la pénibilité des tâches des pédiatres hospitaliers. Avec l'équivalent de trois pédiatres à temps plein, il est possible d'organiser la présence sur place d'un pédiatre au moins aux heures normales de travail. Le rapport Cannoodt signalait que la disponibilité permanente d'un pédiatre, 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, requérait par contre que cinq pédiatres au moins participent au système de garde, compte tenu de l'évolution sociale de la répartition du temps disponible pour les patients, du temps pour les activités de formation et du temps de vie familiale et sociale. Trois pédiatres, c'est un minimum absolu qui n'assure pourtant pas une présence 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. C'est la raison pour laquelle, dans le projet d'arrêté royal, un encadrement de quatre pédiatres a été retenu.

La Belgique compte proportionnellement beaucoup plus de pédiatres pour mille enfants que la plupart des pays européens. Le problème n'est pas dû à une offre insuffisante de pédiatres en général mais plutôt au fait que le travail dans un service de pédiatrie disposant de très peu de pédiatres est peu attrayant pour de jeunes médecins. Il importe également que les pédiatres soient mieux rémunérés. À cet effet, une première étape a été franchie par la revalorisation des honoraires de surveillance et de disponibilité ; un montant de 2,397 millions est prévu à partir du 1er février 2006.

Quant au problème de statut de ces médecins externes par rapport à la réglementation hospitalière, je suis convaincu qu'il y a lieu de favoriser la pratique des pédiatres en milieu hospitalier. C'est la raison pour laquelle, j'ai déjà pris des mesures d'encouragement. La collaboration entre hôpitaux me paraît également importante pour remédier au déficit de pédiatres.

Mevrouw Jacinta De Roeck (SP.A-SPIRIT). - Ik dank de minister voor zijn antwoord. Mij verwondert het dat de leeftijd hier daalt, terwijl in het buitenland toch nog vaak 18 jaar wordt gehanteerd. Misschien moet ik hierover in de commissie eens een bijkomende vraag aan de minister stellen.

In verband met het aantal kinderartsen is er toch wel degelijk een probleem. Heel veel vrouwen kiezen voor het beroep van kinderarts, maar ook voor deeltijds werken. Het aantal kinderartsen lijkt dus op een bepaald niveau te liggen, maar deze mensen werken niet allemaal voltijds. In de praktijk zullen er heel wat ziekenhuizen in de toekomst in de problemen komen.

Ik weet dat de minister intussen een onderhoud heeft gehad met de betrokken sector. Ik hoop dat het goed is verlopen en we zullen hem daarover eens ondervragen. Ik wens dit in de commissie te doen, omdat er dan ook andere collega's aanwezig zijn die het debat wat meer kunnen voeden.

Mevrouw Sabine de Bethune (CD&V). - Deze collega's en de minister zijn ook welkom in de plenaire vergadering.

Mevrouw Jacinta De Roeck (SP.A-SPIRIT). - Ik heb liever dat dit op de agenda van een commissievergadering komt en dat de commissieleden die ook met deze materie bezig zijn, aan het debat kunnen deelnemen.