2-208

2-208

Belgische Senaat

Handelingen

DONDERDAG 30 MEI 2002 - NAMIDDAGVERGADERING

(Vervolg)

Mondelinge vraag van mevrouw Anne-Marie Lizin aan de minister van Justitie over «de contacten met de gevangenisdirecteurs» (nr. 2-995)

Mme Anne-Marie Lizin (PS). - Indépendamment des demandes salariales, les récents événements survenus dans les prisons ont permis de découvrir de nombreux besoins formulés par le personnel. Cependant, les directeurs de prison sont des interlocuteurs qui ne se sont jamais ou très rarement exprimés en public.

Or, ce sont les personnes les plus informées et les plus compétentes pour formuler une vraie perspective de leur établissement.

Avez-vous organisé une réunion avec tous ces directeurs de prison, par exemple au moment des grèves ? Quand a lieu votre dernier contact avec les directeurs ? Quelles en ont été les conclusions ?

Enfin, quels sont les points sur lesquels les directeurs insistent plus particulièrement ?

M. Marc Verwilghen, ministre de la Justice. - Mon cabinet entretient régulièrement d'excellents rapports avec les différents directeurs de prison. C'est assez normal puisque mes collaborateurs dans cette matière sont également des directeurs de prison.

Ainsi, ils ont eu, à plusieurs reprises, des réunions informelles avec la fédération des directeurs de prison. Il va de soi que le dialogue le plus important a lieu au sein de l'organisation pénitentiaire entre le directeur général et les directeurs régionaux, d'une part, et, d'autre part, avec les directeurs de prison. Ces réunions sont organisées très régulièrement tant à l'échelon central que régional. C'est à ce niveau que nous obtenons bon nombre d'informations cruciales.

Vous me demandez très concrètement de connaître mes projets en ce qui concerne une rencontre éventuelle. Le directeur général a rencontré, le 29 mai dernier, l'ensemble des responsables des établissements pour un debriefing et une évaluation des grèves. Le rapport de cette rencontre me sera transmis prochainement.

En outre, les directeurs sont également invités à l'inauguration de la nouvelle prison d'Ittre. Cet événement sera une nouvelle occasion, pour moi-même et pour mes collaborateurs, d'échanger des idées avec eux.

Je peux donc vous rassurer totalement. Des contacts ont bien lieu et, comme vous, j'estime qu'ils sont très précieux.

Mme Anne-Marie Lizin (PS). - Je vous remercie, monsieur le ministre. Néanmoins, j'aurais aimé en savoir un peu plus sur les sujets qui préoccupent les directeurs.

Le volet surpopulation est bien connu, mais le travail en profondeur sur les suites de l'enfermement et les possibilités de l'après-enfermement inquiètent également les directeurs.

Je serais particulièrement intéressée qu'il y ait un suivi sur les prêches fondamentalistes dans les prisons. En effet, même dans les prisons où il y a très peu de prisonniers fondamentalistes, les prêches sont systématiquement destinées à faire adhérer d'autres prisonniers plus ou moins musulmans et même à recruter des non-musulmans.

Ce sujet n'est peut-être pas directement lié à la grève mais c'est un sujet de sécurité important que suivent en direct les directeurs de prison.

Est-il possible d'approfondir ces matières ?

M. Marc Verwilghen, ministre de la Justice. - Il va de soi que nous ne parlons pas uniquement de la surpopulation dans les prisons, mais également du cadre psychosocial, très important aux yeux des directeurs de prison car il représente, en quelque sorte, un gardiennage humain. À la suite des problèmes auxquels nous avons été confrontés la semaine dernière, ce volet a largement été pris en considération.

Toutes les questions relatives à la sécurité dans les prisons sont à l'ordre du jour, y compris celle que vous venez d'évoquer, madame Lizin. Dans certaines prisons, ce type de problème doit d'ailleurs faire l'objet de toute notre attention.

J'ai demandé aux directeurs de prison concernés de m'informer. Je suis prêt à signaler les cas où cette matière n'aurait pas été suivie comme elle l'aurait dû.