Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-963

de Fatima Ahallouch (PS) du 26 janvier 2021

au vice-premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Ambulanciers - Formation - Compétence - Partage entre le niveau fédéral et les entités fédérées

transport de malades
formation professionnelle

Chronologie

26/1/2021 Envoi question (Fin du délai de réponse: 25/2/2021 )

Réintroduction de : question écrite 7-352

Question n° 7-963 du 26 janvier 2021 : (Question posée en français)

Certes, en tant que ministre fédérale de la Santé publique, seule l'aide médicale urgente relève de vos compétences. Ce dossier est cependant bien transversal et relève donc de la compétence du Sénat.

Les ambulanciers, plus précisément le secteur du transport médico-sanitaire, est dans le flou le plus complet en ce qui concerne leur formation.

En effet, jusqu'ici, ils pouvaient suivre une formation de cent soixante heures sur base d'un décret wallon datant de 2005 (arrêté du gouvernement wallon du 12 mai 2005 portant application du décret du 29 avril 2004 relatif à l'organisation du transport médico-sanitaire) et la formation était ensuite agrée par les Communautés.

Depuis, un arrêté royal du pouvoir exécutif fédéral prévoit la même formation mais - petite précision - qui ne dure que quarante heures et qui doit être également agrée par les Communautés (cf. arrêté royal du 14 mai 2019 relatif à la profession d'ambulancier de transport non urgent de patients).

1) Pourriez-vous nous éclairer quant à la formation qui doit être suivie par les ambulanciers aujourd'hui? Pourquoi cette diminution d'heures de formation obligatoire?

2) Avez-vous procédé à un échange d'informations avec vos collègues des entités fédérées? Comment éclairer le citoyen sur les modifications apportées à leur métier vu le transfert de certaines compétences aux entités fédérées en matière de santé?