Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-748

de Latifa Gahouchi (PS) du 9 novembre 2020

au vice-premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Covid-19 - Séquelles - Prise en compte - Suivi - Concertation avec les entités fédérées

maladie infectieuse
épidémie
maladie des voies respiratoires
thérapeutique

Chronologie

9/11/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 10/12/2020 )
26/5/2021 Réponse

Réintroduction de : question écrite 7-511

Question n° 7-748 du 9 novembre 2020 : (Question posée en français)

Cette question relève bien de la compétence du Sénat. En effet, la santé publique concerne tant le gouvernement fédéral que les entités fédérées, ces dernières étant notamment responsables des aspects liés à la prévention. Elles ont également des compétences dans les aspects liés à la politique hospitalière.

Par ailleurs dans ce dossier délicat, l'indispensable collaboration entre tous les niveaux de pouvoir n'est pas à démontrer, elle s'impose à tous les acteurs de la santé.

Selon certaines sources d'information, le Covid-19 pourrait affecter sur le long terme les poumons, le cœur, le cerveau et d'autres organes.

Pour certains patients, les séquelles de la maladie pourraient dès lors être irrémédiables.

Ces données constitueraient ainsi une deuxième phase de la pandémie de coronavirus.

Alors que plus d'un million de cas de coronavirus confirmés dans le monde étaient dénombrés au début du mois d'avril 2020, des médecins ont alors précisé que certains malades guéris du Covid-19 avaient développé un syndrome de détresse respiratoire aigüe (SDRA), une pathologie grave pouvant gêner les patients les plus atteints le reste de leur vie.

Plusieurs constats seraient avancés par différentes sources médicales et scientifiques: certains anciens malades auraient des problèmes qui persisteraient, en fonction de la gravité du SDRA, certains auraient des séquelles qui pourraient demeurer à vie, un grand nombre de malades guéris du SDRA ne pourraient pas retourner au travail, etc.

Les conséquences les plus graves consisteraient en «un déclin de l'état physique et fonctionnel, des changements dans les fonctions cognitives et des effets psychologiques».

Par ailleurs, selon d'autres scientifiques, une bonne part des dommages causés sur d'autres organes que les poumons tiendraient aux effets secondaires des traitements, nécessaires mais invasifs, administrés aux patients en soins intensifs.

Pour certains malades guéris du Covid-19, donc, les effets du SDRA provoqués par le virus pourraient être irrémédiables. Certains patients se remettront en trois mois mais d'autres auront des séquelles à vie.

D'éminents pneumologues ont estimé que: «Survivre au virus n'est qu'un début pour les malades. Plus nous reconnaîtrons que les séquelles de certains patients vont être le prochain chapitre de cette pandémie, mieux ce sera.»

1) Disposez-vous d'informations quant au suivi accordé à ce dossier?

2) Des contacts sont-ils pris avec vos collègues des entités fédérées pour mener des politiques intégrées et cohérentes en la matière?

Réponse reçue le 26 mai 2021 :

1) Disposez-vous d'informations quant au suivi accordé à ce dossier ?

Actuellement, l'une des possibilités pour suivre les patients COVID-19 présentant des symptômes de longue durée serait de les prendre en charge au sein d'un service SP. Conformément à l'arrêté royal du 23 octobre 1964 « portant fixation des normes auxquelles les hôpitaux et leurs services doivent répondre », ces services SP sont destinés à recevoir des patients qui nécessitent un traitement médical spécialisé, des soins infirmiers, une réadaptation fonctionnelle et une réactivation en milieu hospitalier et requièrent une prise en charge active et prolongée, mais de durée limitée.

Dans le cadre de la prise en charge des patients COVID-19 dans un service SP, le SPF Santé publique a mené une enquête auprès des différents services SP. Il en est ressorti que sur les 105 services de revalidation ayant participé à l'enquête, 79 services ont pris en charge des patients atteints de la Covid-19 au cours de la période allant du 31 mars au 15 juin 2020. Autrement dit, la majorité des services de revalidation se sont mobilisés pour assurer un suivi ultérieur des patients Covid-19 qui nécessitaient une revalidation plus intensive. Cependant, le nombre absolu de patients Covid-19 pris en charge était faible par rapport au nombre total de patients admis dans les services SP.

En outre, chaque hôpital fournit à tout patient, qu'il soit admis ou non dans le cadre de la Covid-19, un soutien et des recommandations en vue de son suivi ultérieur par le médecin généraliste, le kinésithérapeute, le psychologue. Par ailleurs, nous observons que de nombreux hôpitaux prennent des initiatives sous la forme de consultations spécifiques post-COVID ou de suivi.

Les patients qui n'ont pas été hospitalisés sont suivis par leur médecin généraliste qui peut également les orienter, le cas échéant, vers d'autres prestataires de soins comme un médecin spécialiste, un kinésithérapeute, un psychologue, etc.

En collaboration avec le réseau Evidence Based Practice et le KCE, des initiatives sont prises pour combiner les connaissances scientifiques relatives au groupe cible du COVID pulmonaire. Les développements peuvent être consultés sur le site web https://kce.fgov.be/nl/behoeften-en-opvolging-van-pati%C3%ABnten-met-langdurige-covid-lopende-studie. Ce site web est régulièrement complété et mis à jour.

Sur base de ces éléments, j'examinerai quelles actions supplémentaires sont nécessaires et tiendrai également compte des propositions de la résolution adoptée par la commission de la santé du Parlement, le 20 avril 2021.

2) Des contacts sont-ils pris avec vos collègues des entités fédérées pour mener des politiques intégrées et cohérentes en la matière ?

L'intention est en effet de coordonner l'offre déjà existante avec les Communautés et les Régions. Des contacts ont déjà été pris pour faire l'inventaire de l'offre et inclure les hôpitaux de réhabilitation catégoriels et les soins de santé mentale ambulatoires qui relèvent de la compétence des entités fédérées.